Jeune joueur récemment arrivé à la JSF Nanterre en provenance de Boulogne, Mouhammadou Jaiteh a accepté de répondre à nos questions.

Présentation :

Parlons Basket : Peux-tu te présenter rapidement à nos internautes (nom, surnom, âge, taille, poids, ville actuelle, poste, club actuel…)

Mam :  Je m’appelle Mouhammadou Jaiteh, on me surnomme Mam. L’année dernière j’étais à Boulogne sur Mer en Pro, je joue actuellement à la JSF Nanterre et j’aurai 19 ans en Novembre.

PB : Comment as-tu découvert le basket, et à quel âge ?

Mam : Assez tardivement, à 13 ans.  J’ai été voir un match de National 3 de l’équipe de Malakoff qui est ma ville d’origine. J’ai vu des grands, des joueurs qui faisaient ma taille, même plus grands, et je me suis senti à l’aise.  Je suis allé jouer au ballon juste derrière, faire des paniers et c’est là où j’ai pris plaisir tout d’un coup et que je me suis mis à jouer. Donc c’est un peu par hasard.

Image

Mam Jaiteh sous les couleurs du centre fédéral (photo: LNB)

PB : Ton parcours (du premier club jusqu’à ta carrière professionnelle) ?

Mam :  J’ai commencé juste après avoir vu ce match de N3, dans l’équipe de Malakoff en minime départementale où j’avais mon coach qui m’a appris toutes les règles. J’ai commencé en Janvier.  Je n’ai pas commencé au début de la saison parce que je faisais du foot que j’ai arrêté en cours d’année pour me mettre au basket. Donc j’ai appris toutes les règles, les bases.  J’ai commencé à faire des détections notamment parce que j’étais plus grand que les autres. Ensuite, je suis allé à Nanterre en minime championnat de France.  J’ai eu une blessure qui m’a arrêté 8 mois, mais ai quand même eu la chance d’avoir été retenu pour intégrer l’INSEP où j’ai fait mes 3 années cadets. L’année dernière, j’ai fait le choix de partir à Boulogne Sur Mer en ProB où j’ai fait la saison, et maintenant me voilà à Nanterre.

Donc on va dire que tout s’est passé assez vite.

PB : Nous savons maintenant que tu es intérieur, mais peux-tu décrire un peu plus ton style, ton jeu ? Quels aspects de ceux-ci dois-tu encore travailler ?

Mam : On va dire que je suis un peu polyvalent, j’aime bien un peu tout faire dans le sens où je peux jouer au poste bas, je peux un peu tirer extérieur et driver.

J’aimerais vraiment bosser sur ma vitesse d’exécution.

Questions d’actualités :

PB : Pourquoi avoir hésité à rejoindre une université aux États Unis, pour finalement décider de rester en France ?

Mam :  J’ai toujours été quelqu’un qui à l’esprit ouvert et, avant de choisir,  j’ai toujours voulu voir ce qu’il y avait autour, voir tous les choix possible. En voyant des vidéos des Etats-Unis, ça m’a plu.  Je suis donc allé visiter les universités de Gonzaga et de Washington. Je suis allé là-bas et ne me suis pas totalement senti à l’aise. Pour que j’aille aux Etat-Unis il fallait vraiment que je sois sûr à 100% de bien m’y sentir. Mais j’avais des petits doutes après en être revenu, j’ai donc préféré ne pas prendre ce risque.  

PB : Revenons sur la Draft 2013. Pourquoi avoir retiré ton nom au dernier moment ?

Mam :  Je ne me sentais pas totalement prêt par rapport à ça et je cherchais une garantie au 1er  tour, que je n’ai pas réussi à obtenir. J’ai donc préféré rester en Europe pour chercher à m’aguerrir et être plus dur pour être prêt là-bas.

PB : Tu as finalement décidé de rejoindre la JSF Nanterre cet été, et donc d’évoluer en Pro A. N’est-ce pas une pression supplémentaire de rejoindre le champion de France en titre ? Penses-tu avoir un temps de jeu raisonnable ?

Mam : Si, c’est clairement une pression supplémentaire de rejoindre Nanterre. Après, je pense que ce n’est pas quelque chose de mauvais. Au contraire,  c’est une sorte de motivation en plus pour moi. Et puis c’est quelque chose de très excitant de relever ce challenge là, et d’avoir la chance de fouler les parquets de la pro A et de l’Euroleague à mon âge, ce qui est quelque chose de plutôt rarissime. C’est donc un bon challenge pour moi.

Après, je pense que je peux avoir un temps de jeu raisonnable, mais c’est quelque chose qui va se gagner au mérite on va dire.

PB : Quelles sont tes relations avec Pascal Donadieu ?

Pascal Donadieu (photo: Le Télégrame)

Pascal Donadieu (photo: Le Télégrame)

Mam : Il faut un temps d’adaptation, c’est un peu comme une relation avec toute personne. Il y a du nouveau, il faut mettre les choses en place mais c’est de mieux en mieux. Il y a des choses qui sont vraiment très encourageantes et j’arrive à être plus à l’aise sur le terrain au fur et à mesure du temps. Pour le moment c’est encourageant.

PB : Tes premiers matchs (notamment celui des champions face à Paris) ce sont-ils passés comme tu l’imaginais ?

Mam : Si je disais « oui » je mentirais.  Je dirais que je prends ça de manière positive, je suis content que ça m’arrive maintenant, qu’il y ait un moment de doute au début, plutôt que cela arrive à la fin, car justement cela me donne encore plus envie de bosser.

PB : Quels sont les objectifs du club cette saison ?

Mam : L’objectif du club est, avant tout, de conserver le titre de champion de France.

PB : Et les tiens ?

Mam : Pour moi j’aimerais progresser un maximum pour être plus fort l’année prochaine.

Le « quel est ?» :

PB : Quelle est ton idole ?

Mam : Il y a deux joueurs que j’aime vraiment bien : Tim Duncan et LaMarcus Aldrige. Ce sont des joueurs que j’ai toujours bien aimés. Leurs styles de jeux très différents l’un de l’autre me plaisent vraiment bien.

PB : Le coach à remercier ?

Mam :  Je dirais que chaque coach a apporté quelque chose à ma progression. Chaque coach m’a appris un truc différent chaque année et chaque coach m’a permis d’avancer et de vraiment beaucoup progresser chaque année.

PB : L’adversaire le pire à jouer ?

Mam : Je n’’ai pas spécialement de pire joueur à jouer, par période ça peut être un certain joueur et puis à un autre moment ça peut être un autre joueur.

PB : Ton rituel avant un match ?

Mam :  Je n’en ai pas spécialement, c’est surtout une préparation mentale avant chaque match pour être prêt à rentrer sur le terrain.

PB : Ton match référence ?

Mam :  Je n’ai pas de match référence. J’essaie de ne pas vraiment repenser au matchs passés. Je joue les matchs les uns après les autres car je pense que chaque mach est différent. Donc je n’ai pas de match référence, je les prends un par un et j’y vais. 

PB : Ton pire souvenir en tant que basketteur ?

Mam :  Je dirais mes défaites en quart de finale avec les équipes de France

PB : La question qui fait, et qui fera toujours débat. Michael Jordan ou LeBron James ?

Mam : Michael Jordan c’est un peu vieux pour moi donc je préfère vivre avec mon époque et dire LeBron James.

PB : Et pour finir, quel serait ton cinq idéal ?

Mam : Euh… Magic Johnson, Michael Jordan, Kobe Bryant, LeBron James sur le poste 4 et Hakeem Olajuwon.

PB : Tu es sur la route du match actuellement ?

 Mam : Oui on est sur la route, on va Strasbourg. On commence par des grands et gros costauds. On va pouvoir se mesurer.  

On est pratiquement au complet, il manque juste Ali Traoré encore qui ne joue toujours pas. 

        L’équipe Parlons Basket remercie chaleureusement Mouhammadou Jaiteh pour avoir accepté de répondre à nos questions !

Interview réalisé par Parlons Basket le vendredi 04/10/2013 (téléphone).

A propos de l'auteur

Grand fan de basket en général. Rédacteur polyvalent. Supporter des Bulls de Chicago et des genoux de Derrick Rose pour la NBA et du Paris Levallois en France tout en ayant un petit penchant pour l’ASVEL.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.