« Ils me parlent d’éthique sportive, mais je n’ai de leçons de morale à recevoir de personne. Il y a une décision de justice. »

Suite au retour au haut niveau du basket féminin français de Perpignan, les Présidents de différents clubs de la LF2 ont annoncé par l’intermédiaire d’un communiqué le boycott des rencontres contre Perpignan (voir notre article précédent ici). Suite à ce communiqué, le Président de Perpignan, Hervé REGIOR a réagit au micro de France Bleu Roussillon

Pour le Président, une décision a été prise, tous doivent l’appliquer. 

« Moi je ne me réfère qu’à là Ligue. Douze présidents qui sont mécontents, ils ont le droit, ils font ce qu’ils veulent. Moi j’ai un acte de justice qui me donne des droits de jeu. Je ferai appliquer ces droits comme la loi l’impose. Jusqu’à présent je pense qu’en France nous sommes encore dans un pays républicain et ce n’est pas douze présidents de clubs qui vont dicter leur loi. Il y a une Fédération Française de Basket, elle a pris acte de cette décision judiciaire et elle applique la loi. Tout le monde appliquera la loi. »

Il aborde ensuite la situation financière du club.

« Tous les clubs sont en difficulté financière, nous on l’a été aussi. Quand on me parle de sommes d’argent, je ne sais pas de quelles sommes ils parlent car ce n’est toujours calculé, c’est en cours. Ils savent mieux que les gens en place alors qu’on m’explique. Je pense que c’est une poussée de croissance qu’ont eu certains présidents pour se donner de l’importance. Moi je n’irai pas par quatre chemins. Je ferai appliquer la décision de justice. S’ils ne veulent pas l’appliquer, c’est tant pis. Je ne sais pas dans quel pays on vit. Mais moi je vis en France. On est dans la cinquième République et on a des droits et des devoirs. Ils ont à respecter le Droit de la République Française ».

Le Président affirme pour finir que Perpignan sera bien présent le 23 novembre pour son premier match officiel contre Strasbourg. 

« Après, je me demande pourquoi il y a un tel acharnement sur le Perpignan Basket ? On doit gêner dans le paysage. Moi j’ai une décision, je ferai appliquer le Droit. S’ils (les présidents) ne veulent pas l’appliquer, c’est eux qui en tireront les conséquences, financières et sportives. Le 23 novembre, je serai là, nos sponsors et nos supporters également. S’ils ne viennent pas, tant pis pour eux. Ils me parlent d’éthique sportive, mais je n’ai de leçons de morale à ne recevoir de personne. Il y a une décision de justice qui a été faite par le Tribunal Administratif, elle est applicable et elle sera appliquée. On n’est quand même pas dans une république bananière, on est dans un pays civilisé. »

Hervé Regior, Président de Perpignan - Crédit photo : lindependant.fr

Hervé Regior, Président de Perpignan – Crédit photo : lindependant.fr

Le feuilleton Perpignan continue. A suivre. 

A propos de l'auteur

Rédactrice basket féminin.
Fan de Tony Parker, Edwige Lawson ou encore Sandrine Gruda. Veut devenir journaliste sportive. Optimiste avant tout. #Basketballneverstops

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.