Après la réaction du Président, François Gomez, entraîneur du Perpignan Basket, a réagit dans le médias. Dans le journal « L’Indépendant » d’hier, explique qu’il est persuadé que le boycott n’aura pas lieu et que les différents clubs seront bien présents contre Perpignan. « Je suis convaincu que le 23 novembre, date de notre premier match de championnat, Graffenstaden sera bien présent à Perpignan». Il ajoute que les « adversaires ne doivent pas se tromper de cible » et qu’ils doivent s’adresser à la Fédération.

François Gomez - Photo : L'Indépendant

François Gomez – Photo : L’Indépendant

« lls ont contre eux la loi et le droit. La Fédération s’est positionnée en intégrant notre équipe en Ligue 2 en sachant que le championnat avait débuté depuis le 12 octobre. Nous, on n’a pas à bouger dans cette affaire. On n’a rien à voir là-dedans. Les clubs qui ont mené la fronde et j’en soupçonne au moins trois (Léon Trégor, Pau-Orthez et Limoges) n’ont pas mesuré les conséquences de leurs actes sur la forme comme sur le fond. Comment peut-on décider de boycotter un club alors qu’on appartient à une fédération chargée par le Ministère des sports de mettre en place la compétition? En refusant de jouer leurs matches contre Perpignan, à l’aller comme au retour, les clubs vont à l’encontre du droit au travail. Le préjudice est important. Il peut être estimé à un « billet » de 10 000 euros : 5000 pour les frais de déplacement et 5000 pour les frais d’organisation (billetterie, réceptions…). Il n’y a pas de fondement dans leur décision de boycotter le Perpignan Basket si ce n’est que le déplacement chez nous n’était pas budgétisé. Et là, les clubs doivent se retourner vers l’organisme responsable, en l’occurrence la Fédération qui a mal traité l’affaire. Nos adversaires ne doivent pas se tromper de cible. Pour moi, je le répète, tout va rentrer dans l’ordre ces prochains jours. C’est évidemment à la Fédération de raisonner ces clubs. Nous, quoi  qu’il en soit, on se prépare avec un premier entraînement collectif prévu ce dimanche après-midi au gymnase Pons (17h30). Car je suis convaincu que le 23 novembre, date de notre premier match de championnat, Graffenstaden sera bien présent à Perpignan».

Propos entièrement recueillis par l’Indépendant

A propos de l'auteur

Rédactrice basket féminin. Fan de Tony Parker, Edwige Lawson ou encore Sandrine Gruda. Veut devenir journaliste sportive. Optimiste avant tout. #Basketballneverstops

Une réponse

  1. vieuxbasketteur

    Comment 5000 e le déplacement: 2 minibus loués a des partenaires a tarif preférenciel, conduit par des dirigeants et l’entraineur. Un panier repas a midi sur une aire d’autoroute et le soir repas avec l’équipe adverse dans le foyer du club. Ceci est le déplacement de nombreuses équipes de ligue2, c’est du vécu. On est loin de 5000e peut etre que certains savent compter et vivent avec leurs petits moyens, cela fait aussi des saisons difficiles, mais les clubs sont toujours là et se battent sans grandes joueuses qu’ils ne pourraient pas payer.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.