Les clubs de LF2 l’avaient annoncé : ils l’ont fait. Le boycott du club de Perpignan est maintenant un fait réel : selon L’Indépendant, Graffenstaden a annoncé à la FFBB le forfait du club pour son déplacement à Perpignan, samedi 23 novembre pour la 7ème journée de LF2.

Les clubs se sont engagés par un communiqué signé et daté du 8 novembre 2013:

  • À rester chez eux les jours où le calendrier prévoit une rencontre à Perpignan.
  • À ne pas disputer une seule rencontre à domicile contre le Perpignan Basket.
  • À assumer cette décision de boycott du premier au dernier match de la saison 2013-2014.

Les clubs restent donc sur leur position. Il faut noter qu’au bout de 2 forfaits, l’équipe est disqualifiée. 

0

0
0
Au même moment, une interview d’Elodie Bertal, nouvelle joueuse de Perpignan, a été publié sur le site lattesmontpellier-basket.com. Elle aborde la situation du club de Perpignan mais aussi celle des nouvelles joueuses. On apprend aussi la composition du groupe de Perpignan : Pauline LOFatou DIENGLaurie DATCHYMargaux OKOU ZOUZOUOFabienne CONSTANTMarie-Frédérique AYISSI et Elodie BERTAL.
0
Voici un extrait de l’interview :
Elodie BERTAL avec le maillot de Perpignan
• Que penses-tu de la fronde des clubs de LF2? 
Le boycott, tu veux dire! Je pense qu’ils ne visent pas les bonnes personnes. Les dirigeants ont changé, le staff et les joueuses n’y sont pour rien dans tout ce qui s’est passé. Nous essayons tous à notre niveau de sauver ce club; pourquoi nous punir nous? Bref, je trouve ça ridicule. Nous voulons juste pouvoir exercer notre passion et métier : jouer au basket-ball! • Peux-tu comprendre que l’arrogance dont a fait ou fait parfois Perpignan (dans sa communication depuis le début de l’affaire ou depuis la décision du tribunal administratif de Montpellier), son positionnement en victime puisse irriter? 
Ce n’est pas un comportement de victime, le club essaie juste de faire comprendre aux gens qu’ il y a eu un « avant » et que maintenant c’est différent. Oui nous utilisons les même locaux et c’est la même ville. Mais comme je te le disais, ce sont de nouveaux dirigeants, une nouvelle équipe et un nouveau projet. Ils se sont battus pendant 6 mois pour sauver le club et là on ne veut pas nous laisser jouer? Je n’ai rien d autre à dire… 

• Es-tu prête à ne pas jouer si le boycott se confirme? 
Moi, je suis basketteuse professionnelle et je m’entraîne tous les jours pour jouer le samedi. Le match, c’est l’aboutissement d’un travail, une récompense. Apparemment, les personnes des bureaux ne réfléchissent pas toutes comme cela mais est-ce si surprenant?

A propos de l'auteur

Rédactrice basket féminin. Fan de Tony Parker, Edwige Lawson ou encore Sandrine Gruda. Veut devenir journaliste sportive. Optimiste avant tout. #Basketballneverstops

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.