Avec uniquement quatre étrangers dans son effectif (Lyons, Green, Haggins, Reid), la Chorale de Roanne pouvait se permettre d’engager pour le reste de la saison un autre joueur étranger et c’est chose faite avec l’arrivée du shooteur Kim English dans la Loire.

Passé par l’Université de Missouri entre 2008 et 2012, où il n’a pas déçu avec 11,1 points à 42%, 3,1 rebonds et 1,4 passes de moyenne en 141 matches, aux côtés de Marcus Denmon (ancien meneur de l’Elan Chalon), il a réussi à inscrire son nom dans les livres d’histoire de sa fac avec un record de 107 victoires en quatre ans. Élu à deux reprises en 4 ans dans le troisième meilleur cinq de sa conférence, la Big 12, le nouvel ailier roannais a même été désigné meilleur joueur du tournoi de la Big 12 en 2012.

Des belles performances qui ont attirées l’attention de la NBA et plus précisément des Detroit Pistons qui l’ont même sélectionné à la 44e position du 2nd tour de la Draft 2012. Présent toute la saison dernière dans le roster des Pistons, l’Américain y a joué 41 matches pour 2,9 points (à 38%), 0,9 rebond et 0,6 passe, il a aussi joué 3 matchs avec les Mad Ants de Fort Wayne en NBA D-League pour des moyennes de 18.0 points, 5.0 rebonds et 5.7 passes décisives par match.

N’ayant pas réussi à convaincre vraiment les dirigeants de Detroit, il a été coupé cet été par la franchise du Michigan, Kim English a su rebondir dans la prestigieuse équipe de Sienne, septuple championne d’Italie en titre. Vainqueur de la SuperCoupe d’Italie en début de saison, le natif du Maryland a pu découvrir la Lega  où il tournait à 8,6 points à 53%, 3 rebonds et 1,5 passe en 5 matches, ainsi que l’Euroleague  où il tournait à 7,5 points à 33%, 2,3 rebonds et 1 passe en 4 rencontres, mais aurait connu quelques soucis extra-sportifs et s’est donc retrouvé à quitter l’écurie italienne.

A propos de l'auteur

Grand fan de basket en général. Rédacteur polyvalent. Supporter des Bulls de Chicago et des genoux de Derrick Rose pour la NBA et du Paris Levallois en France tout en ayant un petit penchant pour l'ASVEL.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.