Les 14 clubs de Ligue 2 étaient présents hier à Paris à la réunion organisée par la Fédération. Aucune décision ne sera prise avant vendredi lors du bureau fédéral.

Les débats se sont déroulés en présence du président de la FFBB, Jean-Pierre Siutat, de Philippe Legname président de la Ligue Féminine de Basket, du directeur juridique et du directeur du contrôle de gestion de la Fédération. Pendant quatre heures, de 11 h à 15 h, tous les points ont été soulevés. Les clubs ont joué carte sur table. Par la voix de son président, Hervé Régior, le Perpignan Basket a pu s’exprimer. Selon les déclarations de ce dernier dans le quotidien L’Indépendant « …le Président de la Fédération souhaite un retour à la normale et a rappelé aux clubs qu’ils seraient disqualifiés en cas de second forfait ». Aucun club n’a fait connaître hier sa décision de poursuivre ou non le boycott et le dirigeant perpignanais est ressorti de la salle sans être pleinement rassuré si ce n’est par le soutien du président de la Fédération, commente le journal.

Ce soir, les douze présidents auront une conférence téléphonique pour décider de la suite à donner à l’affaire et les clubs feront connaître au plus tard vendredi matin leur décision à la Fédération qui tiendra dans la même journée un Bureau Fédéral. La FFBB pourra alors prendre une décision puisqu’elle aura pris connaissance de la décision des dirigeants de Ligue 2. On saura si tout rendre dans l’ordre ou pas.

Le quotidien L’Indépendant affirme que « la tendance serait à un retour à la normale ». Parmi les 12 clubs, qui avaient décidé dans un courrier commun daté du 8 novembre de ne pas jouer contre l’équipe catalane, Graffenstaden, Reims et Charnay comptent déjà un match perdu par forfait pour avoir refusé de jouer contre Perpignan. Afin de ramener de la sérénité, la FFBB, arguant qu’il en allait de la survie d’un club, a justifié la décision de justice. De ce fait, l’instance fédérale a proposé aux clubs contestataires d’annuler les forfaits, de modifier le calendrier et faire ainsi rejouer tous les matches perdus sur tapis vert. Dans le quotidien La Voix du Nord on apprend que Philippe Scy, le Président de Calais, est prêt à revenir en arrière et pourrait accepter les propositions. Il argumente : « Peut-on déjà s’opposer à une décision de justice? On a montré notre mécontentement et la fédération est prête à faire des concessions, c’est déjà une bonne chose. Dans un registre plus égoïste, où est l’intérêt pour le COB de rester sur sa position? Si un club de milieu de tableau n’a que faire de perdre un match par forfait, ce n’est pas le cas pour Calais. Notre équipe première, en effet, a le potentiel pour terminer dans le final four et ne pas y être pour avoir perdu un match sur tapis vert serait trop stupide…»

Avec des si …

A propos de l'auteur

Fondateur du projet Parlons Basket. Grand passionné de Sport, et principalement de Basket. Supporte les New York Knicks et l'ASVEL Basket.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.