Shin Dong-hyuk, un nord-coréen né dans un camp de travail qui a réussi à s’enfuir après 20 années, a écrit une lettre à Dennis Rodman.

Shin Dong-hyuk vit aujourd’hui en Corée du Sud, après avoir passé 23 années dans le centre de détention de Kaechon en Corée du Nord (Crédit photo: thesun.co.uk)

Rappelons que l’ancien joueur des Bulls s’est déjà rendu en Corée du Nord pour rencontrer le dictateur et qu’il est actuellement en route pour Pyongyang, la capitale, pour préparer l’équipe nationale de basket dans le cadre d’un match pour l’anniversaire du dictateur en janvier 2014 :

« M. Rodman, je ne vous ai jamais rencontré et, avant que vous ne visitiez la Corée du Nord, je n’avais jamais entendu parler de vous. Maintenant, je sais que vous êtes un célèbre basketteur à la retraite avec beaucoup de tatouages.

C’est votre droit, en tant qu’Américain, de voyager où bon vous semble et de dire ce que vous souhaitez. C’est votre droit de boire des vins fins et de vous amuser dans des fêtes luxuriantes, comme vous dites l’avoir fait lors de vos précédents voyages à Pyongyang.  Pendant que vous passez du bon temps avec le dictateur, essayez de penser à ce que lui et sa famille ont fait et continuent de faire.

A l’heure où nous parlons, des gens meurent de faim dans ces camps. D’autres sont battus, et l’un d’entre eux va bientôt être publiquement exécuté pour l’exemple

Je vous écris, car, plus que tout au monde, je souhaite que Kim Jong-un entende les cris de son peuple. Peut-être que vous pourriez utiliser votre amitié et le temps que vous passez avec lui pour l’aider à comprendre qu’il a le pouvoir de fermer ces camps et de reconstruire l’économie du pays pour permettre à tout le monde de manger. »

Suite à ça, Dennis Rodman a répondu lors d’une interview à l’aéroport :

« Ces choses se déroulent depuis des années. Si quelqu’un veut se rendre là-bas et essayer de changer les choses, super ! Moi j’y vais simplement pour jouer au basket et m’amuser. »

Alors certes il ne pourra pas changer les choses à lui tout seul, mais un minimum d’empathie ne serait pas de trop. Au moins devant les médias, pour la forme.

Dennis Rodman en compagnie du président/dictateur nord-coréen Kim Jong-un, le 1er mars 2013 à Pyongyang (Crédit photo: 20minutes.fr)

Via Le Monde.

A propos de l'auteur

Rédacteur en chef. Spécialité NBA. Fan des Celtics et fervent supporter des exploits de JaVale McGee dans le Shaqtin’ A Fool.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.