Andrew Wiggins, Jabari Parker, Tyler Ennis, Joël Embiid, Aaron Gordon, Julius Randle. Si les noms de ces joueurs vous sont inconnus, voici une video pour vous faire une idée, compilant leurs meilleures actions de la saison.

Il y a eu la draft de 1996 (Kobe Bryant, Allen Iverson, Ray Allen, Steve Nash, …), puis celle de 2003 (LeBron James, Carmelo Anthony, Dwayne Wade, Chris Bosh, …), il y aura une draft 2014 peut-être la plus talentueuse de toute l’histoire. Faisons un zoom sur les six freshmen, six prospects, six candidats aux trois premières places de la prochaine draft 2014. Petit tour d’horizon de ces talents bruts déjà star de leur université dès leur première année, des joueurs susceptibles de venir renforcer une équipe NBA dès le mois de juin prochain.

  • Andrew Wiggins (Kansas) – Ailier – 2m03, 91 kg

Capture d’écran 2014-01-31 à 09.40.28Future superstar annoncée, Andrew Wiggins avait démarré en trombe sa saison universitaire, en nous offrant un duel déjà légendaire face à son grand rival Jabari Parker et Duke. Mais au fil de la saison les doutes des observateurs se sont installés : nonchalance, manque de leadership, trop discret, ses statistiques n’ont jamais vraiment décollé. Son talent et son potentiel sont incontestables, Andrew Wiggins est capable de tout (bien) faire sur un terrain et depuis quelques semaines il sort la tête de l’eau en alignant les cartons offensifs. Le réveil de la star des Jayhawks arrive à un mois de la March Madness, les recruteurs NBA se contenteront-ils de ça pour en faire leur franchise player ? A-t-il les épaules pour être la méga star tant attendue par la NBA depuis LeBron James et Kevin Durant ? Autant de questions auxquelles Andrew Wiggins devra répondre avant le mois juin.

Statistiques : 16,5 points à 46% aux shoots, 6,1 rebonds, 1,5 passe décisive, 0,8 block, 0,9 interception, 2,3 balles perdues.

  • Jabari Parker (Duke) – Ailier – 2m03, 107 kg

Capture d’écran 2014-01-31 à 09.41.34Après un début de saison en fanfare, Jabari Parker a connu un petit coup de mou il y a quelques semaines, mais semble reprendre son chantier. Leader incontesté de Duke, le natif de Chicago fait partie de ces joueurs déjà prêt pour la NBA. Très élégant à voir jouer, Jabari Parker force souvent la comparaison avec Carmelo Anthony dans sa capacité à scorer, à prendre des rebonds et à jouer dos au panier, mais il dispose d’un meilleur altruisme et d’un Q.I. basket plus élevé. Mais les GM de la grande ligue devront peut-être attendre une année de plus avant de pouvoir mettre la main dessus, la rumeur du moment rapporte que J. Parker pourrait rester encore un an sur le campus de Duke.

Statistiques : 18,8 points à 46% aux shoots, 8,1 rebonds, 1,3 passe décisive, 1,1 block, 1,0 interception, 2,1 balles perdues.

  • Aaron Gordon (Arizona) – Ailier fort – 2m06, 102 kg

Capture d’écran 2014-01-31 à 09.49.40Membre de la meilleure équipe du pays, MVP et champion au championnat du monde des U19, Aaron Gordon est un athlète phénoménal et spectaculaire. Doté de capacités physiques extraordinaires, le joueur des Wildcats dispose également d’un excellent sens du rebonds et du contre. La comparaison avec Blake Griffin ne s’est pas faite attendre, même s’il devra travailler son manque de masse musculaire. Aaron Gordon est une copie de l’intérieur de Clippers en plus fluide et mieux aboutit, capable de s’écarter du cercle jusqu’à la ligne des trois points, de créer son propre shoot et de se mettre au service du collectif grâce à son jeu de passe comme il le fait déjà avec Arizona. Les recruteurs NBA devront faire preuve de patience avec Aaron Gordon, c’est un joyau brut qui demande à être encore poli, notamment avec un travail sur son shoot, mais d’ici quelques années il peut s’avérer être une véritable arme de destruction.

Statistiques : 12,0 points à 47% aux shoots, 7,9 rebonds, 1,5 passe décisive, 1,0 block, 0,6 interception, 1,4 balle perdue.

  • Joël Embiid (Kansas) – Pivot – 2m13, 113 kg

Capture d’écran 2014-01-31 à 09.53.06Seulement quatre ans de basket, trois mois de compétition universitaire et déjà considéré comme le prochain Hakeem Olajuwon et futur numéro 1 de la prochaine draft. Non pas parce qu’il est lui aussi camerounais et dépasse les 2m10, mais bien parce que l’ascension de Joël Embiid est impressionnante et fulgurante (éclipsant au passage son coéquipier Andrew Wiggins). La palette du pivot des Jayhawks est déjà bien développée en si peu de temps, mais la marge de progression est encore large. Redoutable défenseur, Joël Embiid est une force de dissuasion unique également capable d’apporter en attaque et très intelligent dans son jeu de passe. En somme, un pivot dont toutes les franchises NBA rêvent. Si la progression se confirme, la place de numéro un de la draft est promise à Joël Embiid et il sera difficile de résister aux sirènes de la NBA. Mais lui même le sait, l’apprentissage du poste de pivot est un processus long qui demande une énorme charge de travail. L’idée de rester une année de plus à l’université de Kansas à bosser son jeu pour être vraiment prêt pour la NBA ne lui déplairait pas, et ce serait tout à son honneur.

Statistiques : 11,4 points à 66% aux shoots, 7,6 rebonds, 1,4 passe décisive, 2,7 blocks, 0,9 interception, 2,3 balles perdues.

  • Julius Randle (Kentucky) – Ailier fort – 2m06, 113 kg

Capture d’écran 2014-01-31 à 09.44.46Le parfait mélange entre puissance, explosivité et agilité. Trop physique pour les ailiers, trop rapide pour les intérieurs adverses, Julius Randle est un concentré de qualités athlétiques avec une patte gauche qui en font une machine à scorer et à prendre des rebonds. La preuve avec ses statistiques, il tourne déjà avec un double double de moyenne et sur vingt matchs joués, douze fois il a dépassé les 10 unités dans ces deux secteurs de jeu. Une sorte de Zach Randolph mais dans un corps d’athlète, avec un jeu dos au panier déjà complet, un premier pas extrêmement rapide et capable de répondre à n’importe quel défi physique. Régulier depuis le début du championnat, Julius Randle s’est imposé comme le patron de l’escouade de freshmen débarqué dans le Kentucky cette saison. Les GM n’auront pas trop à se mouiller s’ils parient sur lui, un produit déjà prêt pour la NBA et dont l’impact sera immédiat. 

Statistiques : 16,1 points à 52% aux shoots, 10,2 rebonds, 1,7 passe décisive, 0,8 block, 0,4 interception, 3,2 balles perdues.

 

  • Tyler Ennis (Syracuse) – Meneur – 1m88, 82 kg

Capture d’écran 2014-01-31 à 09.43.15Aux manettes de la deuxième meilleure équipe du pays, et seule invaincue avec Arizona, le meneur de jeu Tyler Ennis à mis du temps avant de faire son trou cette saison. Mais si Syracuse en est là, c’est en partie grâce à son meneur de jeu. Successeur de Michael Carter-Williams parti à la conquête de la NBA, Tyler Ennis marche dans ses pas, meneur gestionnaire, bon passeur, fort en défense sur l’homme et sur les lignes de passes. Il dispose également d’un très bon Q.I. basket, Ennis est intelligent sur le terrain et fait souvent les bons choix, il perd très peu de ballon pour un meneur. Capable de se mettre à scorer grâce à un shoot fiable si le besoin s’en fait sentir, il est un véritable playmaker lorsqu’il est bien entouré comme c’est le cas à Syracuse. En effet, les observateurs mettent un point d’interrogation sur sa capacité à être un franchise player et son manque de rapidité pour un meneur.

Statistiques : 12,3 points à 43% aux shoots, 3,4 rebonds, 5,4 passes décisives, 0,2 block, 2,5 interceptions, 1,4 balle perdue.

  

Mention spéciale : Noah Vonleh (Indiana) Zach LaVine (UCLA), James Young (Kentucky), Aaron Harrisson (Kentucky), Andrew Harrisson (Kentucky).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.