Les rémoises en maitrise, Perpignan peut s’en vouloir, Léon Tregor au forceps, Les Aixoises n’ont pas douté, Les Yonnaises n’ont pas laissé la place au doute, Fin de série pour Limoges qui s’incline au Havre.

 REIMS 86 – 65 SIG 

(18-16, 28-21, 19-10, 21-18)

DNA 

« Les Illkirchoises ont subi la domination de Reims, hier. Supérieures dans tous les compartiments du jeu, les Rémoises ont très logiquement battu la SIG.

La première période était très équilibrée entre les deux formations (6-7, 4e’puis 12-11, 5e’). Bourdin, adroite aux shoots, alimente la marque alsacienne, mais les Champenoises sont dominatrices au rebond. La SIG creuse un petit écart (12-16, 8e’) avant que Badiane, Gorjeu et Korpyaara ne placent les «Roses» en tête à la fin du premier quart (18-16).

Philippe Breitenbucher procède à quelques ajustements et les Bas-Rhinoises reprennent les devants (18-22, 12e’) mais butent sur la défense de zone locale. Jomby en profite pour réussir deux paniers à longue distance (33-27, 15e’). Korpyaara et Davis s’emploient dans la peinture (41-34, 18e’) : le coach illkirchois demande un temps-mort pour arrêter la déferlante rémoise. Cela ne change malheureusement pas la donne. Reims est en tête à la mi-temps (46-37).Au retour des vestiaires, fortes de leur assise défensive, les Rémoises maîtrisent leur sujet et infligent un 9-2 aux Alsaciennes (55-39, 24e’), qui ne parviennent pas à inverser la tendance. Et comme les Champenoises, plus grandes, dominent le rebond, l’écart grandit encore sur deux paniers primés de Jomby (65-47, 30e’). Dans l’ultime quart-temps, Reims poursuit son récital avec Korpyaara et Davis (74-50, 35e’). La SIG ne réussit pas à revenir et s’incline (86-65). À l’issue de la rencontre coach «Breit» ne pouvait que constater la suprématie des locales: «Nous avons été battus par une très belle équipe de Reims qui a très bien joué. Elles ont gagné sur l’agressivité. Il n’y a rien à dire, elles ont été meilleures que nous!». 

REIMS : Gorjeu 9, Korpivaara 19, Jomby 16, Lithard 12, Lesoudard 10, Davis 8, Badiane 12

SIG : Mauler 3, Nsoki 10, Fishbach 4, Bourdin 22, Bouderra 12, Voyner 3, Kadila 2, Schmitt 9

http://www.ffbb.com/_livestats/prod/pdf/lsg209913.pdf

 PAU 73 – 60 PERPIGNAN 

(20-13, 14-17, 18-18, 21-12)

L’INDEPENDANT

En manque de répondant dans le combat et en mal d’adresse, Perpignan s’est logiquement incliné sur le parquet de l’Elan Béarnais hier (73-60). La série de quatre victoires consécutives de Perpignan s’est arrêtée hier, à Mourenx, sur le parquet d’un Elan Béarnais qui avait soif de revanche. Battues à Pons une semaine plus tôt (66-55), les joueuses d’Aurélie Lopez ont même récupéré la différence particulière en fin de match (73-60) sur un panier de Boykin, qui aura fait bien des misères à Perpignan (20 points), comme l’ancienne catalane Mariame Dia (21 points, 8 rebonds). Pourtant bien entrées dans le match (2-6, 2), les joueuses de François Gomez peinent rapidement à contenir la saine agressivité de leurs hôtes. En difficulté dans le combat et en manque de rythme, les Perpignanaises multiplient les pertes de balles et les oublis en défense. Un panier de Dia donne huit points d’avance à l’Elan Béarnais (20-12, 9). Les Catalanes mettent un peu plus d’intensité dans leur entame de deuxième quart-temps et reviennent à deux longueurs sur un drive de Datchy (20-18, 12). Mais chez les locales, Bunel est intenable. Les largesses défensives catalanes, pourtant le point fort des coéquipières de Pauline Lo cette saison, sont criantes. Et sur une nouvelle balle perdue de Datchy, Borde donne neuf points d’avance à son équipe (32-23, 18). L’écart monte même à +11 (47-36, 23). Touchées dans leur orgueil, les Perpignanaises réagissent. Elles trouvent enfin un peu d’adresse à l’image de Pauline Lo qui ramène son équipe à quatre longueurs (52-48, 30e). Mais une nouvelle fois, les visiteuses paient le prix de leurs erreurs. Leur supériorité au rebond (32-24) est gâchée par les balles perdues. Déchaînée en fin de match, Boykin profite d’un mauvais placement défensif pour redonner onze points d’avance à l’Elan Béarnais (67-56, 38). Les Roussillonnaises perdent même le goal-average sur une remise en touche où Boykin se retrouve seule pour conclure (73-60). Comme un symbole des gros manquements défensifs de Perpignan hier. 

PAU : Dia 21, Boykin 20, Bunel 12, Gueye 8, Vidal 5, Arfelis 5, Borde 2

PERPIGNAN : Bertal 16, Datchy 15, Constant 8, Okou 7, Ayissi 7, Lo 7

http://www.ffbb.com/_livestats/prod/pdf/lsg210013.pdf

 LEON TREGOR 69 – 60 CHARTRES 

(11-18, 23-13, 16-16, 19-13)

L’ECHO REPUBLICAIN

Hier soir, dans le Finistère Nord, l’AB Chartres a subi son cinquième revers en six rencontres face au LéonTrégor (60-69). En plus de cette défaite, les filles de Chartres, vainqueur de 7 points (73-66) au match aller, perdent le point- average face aux Bretonnes .Pour autant, tout ne fut pas parfait du côté finistérien et la victoire, si elle ne souffre d’aucune discussion, a vraiment été acquise dans la difficulté. Il faut dire que les protégées d’Alain Boureaud se sont battues jusqu’au bout et n’ont lâché prise qu’en toute fin de partie.

Ce sont les Chartraines qui entamaient le mieux la rencontre menant rapidement (7-10, 5’puis 10-11) grâce notamment à Mendy. Elles profitaient en fait de la maladresse locale et les joueuses de Franck Simon n’arrivaient pas à rentrer dans la partie. L’affaire ne s’arrangeait pas pour le LéonTrégor en début de deuxième quart-temps. Les intérieures Shayok et Pochet étaient terriblement maladroites (3 sur 13) et Chartres menait toujours (13-20, 12′). Heureusement, les joueuses du Trégor étaient combatives et défendaient bien, ce qui leur permettait de revenir à égalité (22-22, 15′). Puis Gresnerova, d’un tir primé, permettait à ses couleurs de virer en tête et de mener 34-31 à la pause. Mais rien n’était joué ! Miguel se mettait à nouveau en évidence en début de troisième quart-temps bien aidé par la capitaine Kernevez et l’ailière Gresnerova à 3 points, si bien que les Bretonnes creusaient l’écart (47-37, 23′) et semblaient du coup avoir le match en main. Les Chartraines ne voulaient pas abdiquer et l’adroite Chéron a 3 points ramenait encore son équipe (50-47, 30′) sur les talons du Trégor. La fin de la partie était passionnante, le nombreux public (encore plus de 800 spectateurs), debout, encourageait son équipe qui s’envolait légèrement (58-53, 35′). Mais l’Américaine Rosche retardait l’échéance. Il fallait alors tout le métier du trio Pochet-Kernevez-Butard pour assurer le succès finistérien, avec en prime Shayok qui inscrivait quelques précieux points dans la peinture (69-60). 

LEON TREGOR : Kernevez (7), Miguel (6), Butard (9), Shayok (13), Pochet (19), Gresnerova (12), Matanga (3).

CHARTRES : Chéron (12), Gonzales (2), Bacconnier (8), Mendy (10), Lemaire (10), Eustache (4), Rosché (14).

http://www.ffbb.com/_livestats/prod/pdf/lsg210113.pdf

 PAYS D’AIX 73 – 59 CENTRE FEDERAL 

(23-19, 16-13, 25-9, 9-18)

LA PROVENCE

Après quatre revers consécutifs, le Pays d’Aix Basket a renoué hier avec la victoire dans sa salle. Certes, l’adversaire n’était sans doute pas le plus coriace de la poule mais il fallait tout de même prendre au sérieux les filles du Centre fédéral malgré leur peu reluisante avant-dernière place.« Être combatif, mettre de l’énergie d’entrée de jeu, pour ne pas laisser le doute s’installer. » C’était le message de Damien Leroux à ses filles. Elles l’ont reçu cinq sur cinq même si elles ont dû batailler pendant un quart-temps et demi avant de prendre la mesure des jeunes de l’Insep. Des jeunes culottées qui faisaient la course en tête en ce début de match. En vérité jusqu’à ce que Damien Leroux fasse un petit changement en incluant Adjutor dans son cinq. Et grâce à ses deux paniers consécutifs, le PABA passait pour la première fois en tête (14-12, 7e). Les Aixoises n’allaient plus la lâcher. Certes, les filles du Centre fédéral restaient toujours aux basques du PABA jusqu’à la fin de ce quart-temps (23-19) mais on sentait la machine aixoise lancée. Impression confirmée dès le début du second quart-temps où l’excellente Landry en faisait voir de toutes les couleurs à ses adversaires (27-21). Un écart maintenu tout au long de ce deuxième temps de jeu, les Aixoises profitant de la maladresse de son hôte et parfois de sa naïveté (39-32). Si elles avaient tenu sans y laisser trop de plumes avant la pause, après le repos, les jeunes du Centre fédéral vont craquer. Les Aixoises avaient réussi à forcer la défense visiteuse en écartant au maximum le jeu ce qui laissait de l’espace sous les panneaux. Un panier primé plus une contre-attaque d’Adjutor et la messe était dite (55-38, 26e). Il ne restait plus aux joueuses de Damien Leroux qu’à gérer le score qui allait atteindre + 23 à la fin du troisième quart-temps. Dans le dernier, le PABA pouvait faire tourner l’effectif

PABA : Adjutor (16), Corre (12), Dinga (2), Landry (24), Dubois (9), Cuomo (2), M’Baye (3), Barthélémy (4)

CFBB : Lenglet (4), Limousin (3), Bienvenu (4), Clanet (9), Bankole (15), Blatrie (12), Chartereau (9), Fagniez (3)

http://www.ffbb.com/_livestats/prod/pdf/lsg210313.pdf

 ROCHE VENDEE 84 – 56 CHARNAY 

(23-6, 23-18, 22-21, 16-11)

OUEST FRANCE

Avec +17 dès la fin du premier quart (23-6), les Yonnaises ont rapidement montré qu’elles allaient renouer avec la victoire. Le doute n’a jamais eu le temps de s’installer. Après trois revers consécutifs, à Calais, Paris (Insep) et Perpignan, les Yonnaises se devaient de renouer avec la victoire. Face à un adversaire encore incapable de s’imposer hors de ses bases, La Roche s’est « rassuré » en stoppant la spirale négative qui l’avait aspiré de la place de coleader à celle de troisième. C’est par vagues et par tranches (10-0, 7-0 et 6-0) que les Yonnaises ont eu match gagné dès le premier quart (23-6). Mukoko à trois points (2 fois) tua vite le suspens (10-2, 4eet 17-3, 6e). Alors que Diop balayait les ballons sous les raquettes, Tayeau, Ouerghi et Kubatova enrhumaient les phases défensives bourguignonnes. Trop faciles par moments, mais la transparence de l’adversaire le permettait, les Yonnaises pointaient rapidement à +24, dès l’entame du second quart (30-6, 12e). Le coup de gueule de Bilel Kheder, le coach de Charnay, rappela à ses joueuses qu’elles devaient être sur le terrain et non des spectatrices. Lors du match aller, elles n’avaient été battues que de quatre points (48-52). Plus concernées, les Bourguignonnes montraient un autre visage en défense face à des Yonnaises, soudainement « empruntées ». Dynamisé par Belleville, le collectif de Kheder faisait jeu égal avec celui de Body (32-15, 16e), lui infligeant même un 0-7. Mais Mukoko à 3 points permettait aux Yonnaises de remporter le second quart (23-18).C’est avec 22 points d’avance que La Roche débutait la seconde période. Dans un match plus débridé, Diallo, Legoupil et Bertal montraient que Charnay méritait sa place en Ligue 2. Dans le même temps, les Yonnaises affichaient leur statut de troisième. C’est cependant grâce à ses individualités, Tayeau, 2 x 3 pts et Fournier, que La Roche remportait le troisième quart (22-21). Les dix dernières minutes commencèrent par un 10-0 pour les Yonnaises avec Bouzenna à 3 points et Kubatova dans la distribution des rôles. Si bien que Ouerghi, Duval et leurs camarades pointèrent très vite à +31 (78-57, 33e). Avec Pavageau déjà sur le terrain, Emmanuel Body lançait sa seconde joueuse non professionnelle. Et c’est d’ailleurs sur un panier à 3 points de la jeune Martineau (18 ans) que La Roche renouait avec la victoire : 84-56.

LA ROCHE : Bouzenna 8, Mukoko 11, Ouerghi 11, Fournier 8, Duval 7, Kubatova 15, Tayeau 17, Martineau 3, Diop 4.

CHARNAY : Aulnette 5, Belleville 11, Legoupil 9, Joret 4, Laurent 5, Rajecka 6, Bertal 8, Diallo 8.

http://www.ffbb.com/_livestats/prod/pdf/lsg210413.pdf

 LE HAVRE 78 – 72 LIMOGES 

(19-17, 22-18, 17-17, 20-20)

LA MONTAGNE

C’est au bout d’un combat âpre, d’une grande abnégation et d’une solidarité exemplaire que LeHavre a mis fin à la série victorieuse de Limoges (78-72). Un match intensif ou un arbitrage souvent incohérent a déstabilisé les deux équipes.

Jusque-là, un match très physique accompagné d’un très grand nombre de fautes se mettait en place. A tel point que l’adresse des deux côtés en pâtissait et les deux formations faisaient évoluer leur marque à coups de lancers francs. Rien de surprenant à ce qu’aucune des deux ne puisse creuser l’écart même si, dans ce premier quart-temps, LeHavre menait les débats, le plus souvent avec deux petites longueurs d’avance (14-12, 8e). Sans doute Maxime Bezin a-t-il trouvé les mots pour secouer son groupe. Limoges revenait avec d’autres intentions, asphyxiait les Normandes au rebond, accélérait ses systèmes et mettait Tiphaine Melois aux trois points. Résultat : un 6-15 qui ne laissait rien présager de bon pour les locales, un 25-32 (15e) que l’on ne savait pas encore être le plus grand écart en faveur des Limougeaudes. Piquées au vif sur leur parquet, les Havraises resserraient la défense, retrouvaient leur place au rebond et la distance aux tirs. Bilan, un extraordinaire 16-3 s’en suivait et un écart totalement inversé au tableau d’affichage (41-35, 20e). La suite fut une bataille acharnée, menée de bout en bout par Aplemont qui n’a jamais eu pourtant le loisir de crier victoire avant le coup de sifflet final.

LE HAVRE : Belleka (3), Tomasevic (10), Ousfar (12), Mendes (14), Fall (15), Balic (14), Nauleau (4), Misset (6).

LIMOGES : Melois (25), Marsac (4), Pope (16), Sinico (10), Devaux (10), Morel (4), Recoura (3).

http://www.ffbb.com/_livestats/prod/pdf/lsg210513.pdf

 DUNKERQUE 57 – 66 CALAIS 

Le compte rendu : ici.

En marge de la journée 24h su sport féminin,  La FFBB a décidé de lancer une opération exceptionnelle de sensibilisation à la pratique du basket féminin.

En marge de la journée 24h su sport féminin, La FFBB a décidé de lancer une opération exceptionnelle de sensibilisation à la pratique du basket féminin.

A propos de l'auteur

Dunkeur fou chez les Spurs au coté de Tony Parker dans ses rêves. Rédacteur pour Parlons Basket dans sa vrai vie. Fan caché des Blazers aussi. #Spurs #Blazers

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.