La commission d’appel a décidée aujourd’hui de ne pas faire rejouer le match comptant pour les 1/16e de finale de Coupe de France entre l’Elan Chalon et l’ASVEL et donc de conserver la victoire des Lyonnais qui iront normalement se confronter aux Dijonnais en 1/8. Ce à quoi le président de Chalon-sur-Saône à répondu en jugeant notamment la commission « d’inique ».

Un journaliste de France 3 Bourgogne est allé à la rencontre du président ce midi pour recueillir ses sentiments et le moins qu’on puisse dire c’est que cette décision va avoir beaucoup de mal à être acceptée. 

« On est dans le ridicule. On prend une décision uniquement en fonction des gens qu’ont à en face, du moment ou de la compétition. Ces décisions ne sont pas les mêmes à chaque fois. C’est aberrant de déjuger à chaque fois la commission sportive, autant commencer de suite en appel. C’est vraiment une décision inique, sans fondement, à la tête du client »

Quand on lui demande ensuite s’il se sent persécuté après l’affaire de Cholet voilà ce qu’il répond

« Non, persécuté non. Mais il y a des gens qui pèsent plus, ou qui menacent à l’intérieur des commissions et de la Fédération. Il y aura des suspicions sur tout désormais. Comment on va juger le cas d’Orléans maintenant ? Je ne compte pas en rester là. On va saisir le CNOSF, et dans l’affaire de Cholet, on a aussi saisi le Tribunal Administratif avec un dossier plus que solide, et à la clé de graves conséquences. Je le regrette mais on nous pousse à faire cela. »

Ensuite on lui demande si cela affecte l’effectif

« Il est déjà perturbé par l’affaire de Cholet, alors un peu plus ou moins… Toute l’équipe est révoltée devant des gens inconséquents. »

Une saison pas facile pour les Bourguignons qui affronteront leur prochain match contre une autre équipe à la peine cette saison, le BCM Gravelines-Dunkerque qui devrait laisser partir Yakhouba Diawara.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.