Sale soirée pour Reims, La SIG tout près du hold up, Les Yonnaises trop fortes pour les Havraises, Les Chartraines en panne d’adresse, La marche était trop haute pour le LTB29, Perpignan impose le tempo, Le LABC mal récompensé. 

 

 

  • AIX – SIG

DNP

 Menées de 13 points à l’entame du dernier quart-temps, les filles de la SIG ont réussi à arracher la prolongation. pour finalement chuter les armes à la main. L’audace et la mobilité des Illkirchoises posent d’emblée quelques soucis à leurs homologues provençales. Une tactique payante, puisqu’elle leur permettait de prendre la mesure d’un premier quart-temps vite expédié (16-18).

Du côté de la SIG, Bourdin mène l’orchestre avec brio, mais le PABA ne se fait pas prier pour riposter par le biais de sa pivot américaine, Shenita Landry (23 pts, 14 rds, 39 d’évaluation). Renvoyés dos à dos, (24-24), les deux cinq majeurs ne fléchissent pas. Et continuent d’imprimer un rythme effréné, qui inclue de fait, des largesses défensives propices au spectacle. Néanmoins, à l’approche de la pause, le vent commence à tourner assez nettement en faveur des locales, à l’instar d’un shoot primé de Viviane Adjutor. Au point de voir la SIG baisser pavillon, pour se faire croquer dans les duels et sur chaque rebond (41-27 à la mi-temps). Aussi haletante qu’en première période, la rencontre demeure en faveur d’Aixoises rarement aussi sereines et organisées. A contrario des Alsaciennes, dont les intentions perdent en spontanéité et que l’arceau semble vouloir bouder (52-32). Mais bizarrement, alors que le PABA a le match en main, les efforts déployés par Céline Schmitt, (13 pts), et consorts finissent par déboucher sur une prolongation. Ces dernières auraient même pu rafler la mise si Dambach n’avait pas échoué sur lancer-franc à 2 secondes du terme (67-67). Il y eut donc cinq minutes de rab complètement folles, à l’issue desquelles le Pays d’Aix finissait par l’emporter.

 

AIX – SIG  16-18, 25-9, 16-17, 10-23. Prolongations : 9-6.

PABA : Dinga M’Bomi (5), Bousbaa (7), Corre (12), Barthélémy (2), Landry (23), Cuomo (3), Adjutor (13), Coste, M’Baye (11).

SIG : Nsoki (11), Fischbach (11), Dambach (10), Schmitt (13), Mauler (4), Bourdin (17), Bouderra (3), Voynet (4), Dupuy

 http://www.ffbb.com/_livestats/prod/pdf/lsg211313.pdf

                                                                         

 

 

  • LA ROCHE – LE HAVRE

 Ouest France

Les Yonnaises n’ont pas eu à forcer leur talent pour imposer leur rythme et leur maîtrise.. Relancées après leur double succès, face à Charnay, et surtout à Graffenstaden, les Yonnaises confortent leur deuxième place retrouvée il y a quinze jours, au détriment de Pau-Orthez. Elles démarrent fort, face au Havre, grâce à une adresse bien supérieure. Dans le premier quart-temps (21-14), elles mènent la danse, réussissant neuf shoots sur douze, dont deux primés au crédit de Tayeau, contre six sur quinze à leurs concurrentes, dont un bonifié (Mendes).

À la faveur d’un nouveau tir à trois points, à l’attaque du second quart, les Yonnaises portent même leur avantage à dix longueurs (24-14). Un seuil psychologique, atteint grâce à une belle maîtrise, et une efficacité patente, offensivement comme défensivement. Restant sur deux succès d’affilée à la maison, les Havraises, au contraire, payent les pots cassés, et confirment leurs difficultés hors de leurs bases.

En cinq minutes (3-0), elles n’inscrivent d’ailleurs pas le moindre point ! Mais comme le RVBC se montre (temporairement) moins pressant (43 % de réussite aux tirs, contre 75 % initialement), le score n’évolue pas, ou très peu (28-14, grâce à deux paniers de Ouerghi). Dans cette séquence, il faut attendre 6’30 pour que les Aplemontaises, auteurs d’un 0-5, réduisent enfin le score par Ousfar, puis Belleka (28-19, 18′). Un sursaut de courte durée, cependant, car Kubatova remet sa formation dans le droit chemin, au bénéfice d’un tir primé, puis Diop l’imite sur sa tentative simple, portant à nouveau le score, au-delà des dix points (33-19, 19′). Même si Belleka entretient un mince espoir de retour (33-24), la mainmise demeure yonnaise à la pause, après un nouveau panier de Duval, sur le buzzer (35-24). Tout sauf anodin, d’autant moins lorsqu’on affronte candidat au Final Four, seulement distancé d’une victoire par Limoges (4e). C’est désormais davantage, car Aplemont, promu, ne parviendra pas à refaire son handicap sur son rival vendéen, clairement au-dessus. Après 23 minutes, le débours culmine une première fois à 16 points (42-26), puis 18 un peu plus tard, par Diop (46-28), et même 20 par Fournier (48-28, 27′) !  Intraitables dans tous les compartiments, les Yonnaises, portées par une excellente Duval, se promènent, et peuvent faire tourner, dans un troisième quart-temps à sens unique (21-9), parachevé par Pavageau (56-33). Le niveau de jeu pâtit d’un déséquilibre qui s’accroît encore (63-37), au fil d’une fin de match quelconque (9-8). En totale confiance, face à un adversaire trop vite submergé, les Vendéennes ont bien préparé leur déplacement à Reims.

 LA ROCHE – LE HAVRE 65-41 (21-14, 14-10, 21-9, 9-8).

LA ROCHE : Pavageau 3, Bouzenna 7, Ouerghi (cap) 6, Fournier 5, Duval 16, Kubatova 15, Tayeau 7,Diop 6.

LE HAVRE : Belleka 5, Balic 4, Tomasevic 2, Nauleau (cap) 6, Fall 11, Ousfar 8, Mendes 5.

 http://www.ffbb.com/_livestats/prod/pdf/lsg211413.pdf

 

 

 

  • REIMS – CHARNAY

 Le JSL

Au pied du mur, Charnay est allé chercher avec ses tripes sur le parquet de Reims un succès indispensable pour continuer à croire au maintien en Ligue 2. Mais que cela fut dur et surtout indécis puisque deux prolongations ont été nécessaires aux protégées de Bilel Kheder, lauréates 78-86. Après une entame de match une nouvelle fois décevante (6-0, 2epuis 10-2, 4e), les Charnaysiennes refaisaient rapidement leur retard sous l’impulsion notamment d’une Géraldine Bertal particulièrement bien inspirée face au panier (17 points au total). Mené de 5 longueurs (22-17, 10e), puis de 2 à l’heure d’atteindre la pause (31-29), le CBBS prenait logiquement l’ascendant au retour des vestiaires (31-34, 22e) grâce à l’adresse extérieure d’Elodie Decker et Dasa Rajecka notamment. Pour ne plus jamais quitter la tête (41-49, 28epuis 57-63, 38e) jusqu’à 34 secondes du buzzer, Reims refaisant son retard au plus mauvais moment. Mais à 11 secondes de la fin du match, Laure Belleville ne tremblait pas, ces deux lancers-francs permettant au CBBS d’arracher une prolongation méritée (65-65, 40e). Alors que le CBBS faisait l’essentiel de ce temps additionnel en tête, avec encore une fois une Laure Belleville impériale avec 5 points marqués sur les 8 de son équipe (24 au total), c’était cette fois-ci au tour de Reims d’arracher une nouvelle prolongation (73-73, 45e). Mais finalement Charnay se montrait le plus fort mentalement dans les deux dernières minutes, s’offrant un succès qui lui permet de rester en vie.

 

1920054_761463980532523_605730187_n

La capitaine de Charnay, Laure Belleville a montré le chemin à ses coéquipières pour arracher un précieux succès à Reims – Crédit photo : F. A. (CLP)

 

REIMS – CHARNAY 78-86  après 2 prolongations (22-17, 9-12, 15-21, 19-15, 8-8, 5-13).

REIMS : Lesoudard 19, Lithard 18, Davis 17, Korpivaara 8, Badiane 8, Gorjeu 7 et Jomby 1.

CHARNAY : Belleville 24, Decker 19, Bertal 17, Rajecka 15, Diallo 9, Legoupil 2

 http://www.ffbb.com/_livestats/prod/pdf/lsg211813.pdf

 

 

 

  • PAU – CHARTRES

 L’Echo Républicain

Pour une des rares fois cette saison, Alain Boureaud, le coach chartrain, pouvait compter sur l’intégralité de son effectif, même si certaines reprenaient la compétition après des blessures. Ce n’était pas le cas des Béarnaises qui étaient privées de Gueye et de l’ex-Chartraine Vélia Bosch, deux éléments clés des Paloises. Malgré ces absences, l’ABC n’est pas parvenu à s’imposer (73-62). Chartres débute cette rencontre sans complexe en passant immédiatement un 6-0 à des locales qui paraissent tendues, grâce notamment à Mendy et Baconnier (0-6, 3′). Cette embellie ne va malheureusement pas durer, les Paloises vont se réveiller et virer en tête à la fin du premier quart-temps (17-15). Le début du deuxième quart-temps est catastrophique pour l’ABC qui encaisse un terrible 10-0 sans pouvoir réagir (27-15, 14′). Les joueuses d’Alain Boureaud semblent sans réaction, jusqu’au moment où la meneuse locale Bunel, est obligée de sortir pour 3 fautes. Avec plusieurs changements de tactique en défense (individuelle et zone), plus une press sur Borde transformée en meneuse, Chartres grignote son retard en faisant perdre beaucoup de ballons aux Béarnaises. La mi-temps survient au bon moment pour les locales qui commencent à perdre pied (36-32).

Au retour sur le parquet, malgré deux paniers consécutifs de Rosché, les Chartraines vont subir les assauts palois sans réagir. Les Pyrénéennes sont euphoriques, alors que l’ABC vient systématiquement buter sur la défense de zone tissée par Aurélie Lopez. Pau reprend confiance, ce qui n’est pas le cas de Chartres et lorsqu’on arrive aux dix dernières minutes de cette partie, l’écart est le plus important de la soirée (61-40, 30′). Alors qu’on pense que les locales vont s’envoler vers une facile victoire, les Chartraines ont une réaction d’orgueil à l’image de la capitaine Lemaire à mi-distance et de Rosché dans la peinture. Petit à petit sous les coups de pattes de ces deux joueuses, l’écart se restreint (64-58, 37′). Seulement, la maladresse extérieure revient au mauvais moment à la grande joie des Béarnaises qui se sont fait peur. 

 

PAU – CHARTRES : 73-62 (17-15, 19-17, 25-8 et 12-22).

PAU : Boykin (20), Arfelis (11), Dia (9), Vidal (8), Bunel (16), Borde (2) Chrzanowski (7)

CHARTRES : Gauthier (8), Bacconnier (2), Mendy (10), Lemaire (20), Rosché (10)  Chéron (8), Ciss (2), Eustache (2)

 http://www.ffbb.com/_livestats/prod/pdf/lsg211513.pdf

 

 

  • LEON TREGOR – CALAIS

 Ouest France

Les Léonardes ne se sont pas laissées dominer par le leader du championnat… jusqu’à la mi-temps.

Les visiteuses donnaient le ton en imposant une défense individuelle arc-boutée sur sa raquette, et les filles du LRB comprenaient vite qu’il n’y aurait pas de seconde chance au rebond offensif. Mais elles jouaient très vite pour répondre à la supériorité physique de leurs adversaires, sous l’impulsion de Marie Butard (5-10, 5′). Gresnerova démarrait à longue distance pour recoller une première fois (12-12, 6′), puis Pochet se montrait à l’aise en tête de raquette. Il fallait au moins ça pour répondre aux incursions des puissantes intérieures calaisiennes Allen et Clarke, et le LTB avaient marqué son territoire (18-23, 10′).Les défenses prenaient le pas sur les velléités offensives de part et d’autre, parfois de manière très spectaculaire, avec les nombreux contres de Clarke et Mbuyamba, maîtresses dans leur raquette. Mais les visiteuses se cassaient les dents sur les feux follets finistériens (24-25, 15′), avant de creuser le plus grand écart de la mi-temps (26-35, 19′) pour mettre fin à cette disette offensive. Enfin, si on parle de réussite, car les tentatives étaient nombreuses (16 sur 42), alors que le LTB29, qui obtenait la moitié moins de fenêtres de tirs, tenait bon grâce aux lancers francs provoqués (13 sur 19, contre 2 sur 2 pour Calais). Mais les Calaisiennes revenaient des vestiaires avec la ferme intention de tout casser dans la raquette locale et Allen, bien servie, notamment par les passes laser de Cibert, se régalait. Elle était relayée par Fouasseau, à mi-distance. Pour les locales tout devenait très difficile dès la mise en place de leurs attaques. La défense calaisienne haussait encore le ton, malgré les fautes et elles étaient poussées aux mauvais choix (30-50, 15′). L’écart était fait et il devenait incompressible (40-62, 30′), faute de trouver l’adresse à longue distance, alors que les contres pleuvaient à l’intérieur. Seule Shayok marquait dans le quart-temps. Les Calaisiennes restaient appliquées et ne lâchaient rien jusqu’au bout. Pas de tir facile, telle était leur consigne jusqu’à la dernière seconde. L’addition était bien lourde pour les Finistériennes, qui ont lutté avec leurs armes. Mais l’invincibilité des Calaisiennes n’était pas un vain mot ce soir-là encore.

 

LÉON-TRÉGOR – CALAIS : 47-79 (18-23, 10-12, 12-27, 7-17).

LTB 29 : Miguel 3, Butard 4,Shayok 11, Pochet 16, Gresnerova 11, Cloarec 2.

CALAIS : Fouasseau 11,  Capon 2, Sbahi 8, Cibert 9, Arnaud 2, Allen 22, Cibert, Allen 22, Mbuyamba 7, Clarke 18.

 http://www.ffbb.com/_livestats/prod/pdf/lsg211613.pdf

 

 

 

  • CFBB – PERPIGNAN

 L’Indépendant

Comme attendu, les Perpignanaises n’ont fait qu’une bouchée du Centre Fédéral hier (53-82) confirmant leurs excellentes dispositions.
Avec un septième succès lors de des huit dernières rencontres, Perpignan réalise un parcours digne d’un postulant au leader Calais. Cela tombe bien, ce sera le prochain adversaire des Catalanes le week-end prochain. Après avoir lancé sa saison face au Centre Fédéral le 18 décembre par un succès étriqué (59-49), Perpignan retrouvait les grandes espoirs du basket français avec cette fois-ci une rencontre qui a très vite été un combat à sens unique. Sans Ayissi – dont la saison est fortement compromise – mais portée par une Elodie Bertal tranchante, la formation catalane prenait la poudre d’escampette d’entrée de jeu (2-12, 2e). Si le CFBB tentait bien de remettre les choses à l’endroit par ses gabarits imposants dans la raquette (18-25, 12e), Perpignan enfilait sans discontinuer les paniers par le le duo Okou – Lo (20-35, 15e). D’une implacable efficacité, les filles de François Gomez avaient déjà réalisé un écart très conséquent à la pause (25-45, 20e). Gérant sans sourciller sa confortable avance, Perpignan ne donnait jamais l’illusion à son adversaire d’un éventuel regain de forme (35-55, 25e). Vainqueur du deuxième du classement La Roche il y a trois journées, le Centre Fédéral montrait un visage pâle et ne parvenait pas à briser le festival offensif de son adversaire (40-61, 30e).
Le leader invaincu calaisien n’a qu’à bien se tenir, car Perpignan arrive en trombe.

 

 CFBB – PERPIGNAN 53-82 (14-23, 11-22, 15-16, 13-21)

CFBB : Lenglet (5), Limousin (5), Clanet (6), Bankole (13), Blatrie (11), Toi (2), Cirgue (5), Turmel (6).

PERPIGNAN  : Constant (11), Dieng (4), Datchy (16), Okou-Zouzouo (17), Lo (15), Bertal (19)

 http://www.ffbb.com/_livestats/prod/pdf/lsg211713.pdf

 

 

 

  • DUNKERQUE – LIMOGES

 La Montagne

Les Dunkerquoises ont été devant au score moins de deux minutes, mais ce fut suffisant pour remporter un succès que Limoges avait bien construit avant de subir le réveil des Nordistes.

Durant les deux premiers quarts temps, ce fut une course-poursuite pour les Dunkerquoises, menées (0-8, 3e) puis (22-31, 14e). Autant préciser que les filles de Sébastien Devos se compliquaient la vie. Si les réactions arrivèrent grâce à des paniers primés (5/7 durant les dix premières minutes), le reste n’était pas à la hauteur dès espérances du coach dunkerquois. Pertes de balles qui permettant aux Limougeaudes de filer pour inscrire des nouveaux paniers. En plus, les visiteuses, contrairement aux locales, défendaient leur zone avec hargne. Même si les Nordistes revenaient à hauteur de leurs hôtes et prenaient les devants durant le premier quart-temps (18-16, 8e), les Limougeaudes, entamèrent malgré tout le second quart avec un avantage de deux points (18-20). Rapidement celui-ci prit de l’ampleur, malgré les réussites de Sonia Bal et Dace Pierre Joseph (22-31, 14e). Bien emmené par l’ex-Calaisienne Mélanie Devaux, Limoges, toujours aussi agressif en dessous de son panier, ne lâcha rien (28-37) puis (29-40, 18e) avant de rejoindre la pause avec toujours un écart confortable (34-45, 20e).

Les Dunkerquoises se devaient de réagir afin de ne pas connaître une soirée des plus sombre. Il ne restait plus qu’à Sébastien Devos de recadrer sa troupe, le message passa, puisqu’au fil des minutes le DMBC refaisait son retard. Même si l’ultime quart-temps débuta avec une avance confortable pour les Limougeaudes, les Nordistes avaient démontré une telle envie de faire oublier leur maigre prestation du début de rencontre.

Rien n’était joué, cela se précisa, puisque Taelor Kaer Dace Pierre Joseph se montrèrent enfin à leur avantage, et comme Sonia Bal avait retrouvé sa main chaude à trois points, Limoges pouvait se faire du souci.

Tour à tour les deux formations prenaient l’avantage durant le money time (76-77) (81-79). Taelor Karr décida de l’issue de la rencontre en inscrivant ses deux lancer (83-69)

 

DUNKERQUE – LIMOGES  83-79 (18-20, 16-25, 25-19, 24-15).

DUNKERQUE : Urien 2, Pierre-Joseph 25, Viale 2, Durand 15, Karr 21, Rozewick 1, Bal 17

LIMOGES : Melois 9, Berranger 2, Poppe 7, Sinico 21, Devaux 16, Morel 13, Recoura 11

 http://www.ffbb.com/_livestats/prod/pdf/lsg211913.pdf

 

A propos de l'auteur

Rédactrice basket féminin.
Fan de Tony Parker, Edwige Lawson ou encore Sandrine Gruda. Veut devenir journaliste sportive. Optimiste avant tout. #Basketballneverstops

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.