Il y a quelques jours Mark Cuban avait émis l’hypothèse de remplacer la NCAA par la D-League pour former les jeunes talents de demain et mieux les préparer au monde professionnel de la NBA. Larry Brown n’est pas d’accord sur le sujet et il l’a fait savoir.

Capture d’écran 2014-03-06 à 09.28.57

Le problème de l’âge minimum pour arriver en NBA est une des grandes questions sur laquelle le commissaire de la NBA, Adam Silver va devoir se pencher très vite. Le propriétaire des Mavs de Dallas, Mark Cuban pointait du doigt il y a quelques jours « l’hypocrisie du système » :

« Si le but c’est d’aller à l’université pour une année, un semestre même, ce n’est pas être un athlète-étudiant. C’est hypocrite et ridicule. Il ne faut pas faire semblant, et considérer les jeunes joueurs comme ils le sont : des athlètes-étudiants. On doit mettre plus l’accent sur l’éducation et aller plus loin que ce que ne fait la NCAA. »

Cuban est allé plus loin dans son raisonnement en proposant de faire de la D-League le centre de formation des prospects :

« On doit développer un niveau de maturité important chez les gamins et cela fait partie du processus. Il ne faut pas les abandonner. Même si on ne va pas à la faculté, on peut réussir. Dans ce cas-là, il n’y a aucune raison pour la NCAA d’exister. »

Larry Brown, ancien coach NBA et NCAA et actuellement entraineur de l’université de Southern Methodist, ne partage pas du tout cette vision et donne un point de vue intéressant sur la question :

« Concernant les propos sur la NCAA, je suis en total désaccord avec lui. C’est l’une des plus grandes sottises que j’ai pu entendre. » affirme le technicien de 73 ans.

« En D-League, on n’apprend pas aux joueurs à développer leur jeu. On ne leur apprend pas non plus à devenir des hommes. Le seul but de la D-League est de se montrer le plus à son avantage possible, au mépris de la qualité du jeu ou des résultats de son équipe. La NCAA n’est pas qu’une école de basket, c’est une école de la vie. La valeur d’un passage à l’université est irremplaçable.« 

Le coach champion universitaire et NBA, n’est pas dupe et ne voit que là un business de plus pour la NBA dans la course aux jeunes talents. L’éducation et la formation d’un joueur et d’un homme ne peut se faire qu’en NCAA grâce à des légendes du coaching :

« Les séminaires proposés par la NBA, je les connais… La ligue offre chaque année un programme de quatre jours aux rookies pour les préparer à la vie d’athlète professionnel. Quand je demandais ce que mes joueurs en avaient retiré, leurs réponses étaient parfois comiques. Ce n’est pas avec des séminaires que l’on apprend à se forger un caractère et que l’on obtient une éducation. Allez passer un an à l’école de Rick Pitino, de Tom Izzo, de Bill Self ou encore de John Calipari et vous verrez que tous leurs joueurs en ressortent grandis, aussi bien sur le plan du basket que sur le plan personnel. »

Larry Brown pense que le seul moyen de parvenir à former des joueurs vraiment opérationnels pour la NBA serait de les garder un minimum de trois ans en NCAA, mais avec une exception :

« Une formule similaire au baseball (3 ans minimum en fac) me semble la plus efficace. Si un gamin possède un talent hors-norme comme LeBron ou Durant, qu’il puisse aller jouer en NBA directement me semble être un bon compromis. Mais si vous voulez rejoindre la NCAA, c’est trois années obligatoires pour bien se préparer à la NBA. »

Le débat sur l’âge et la manière de former les jeunes talents de demain n’a pas finit de faire parler, et la NBA va devoir très vite se pencher sur la question si elle veut rehausser son niveau d’exigence et de compétitivité. Sous peine de voir énormément de talents gâchés comme c’est le cas depuis plusieurs années.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.