Les Milwaukee Bucks, franchise NBA basée dans l’Etat du Wisconsin et créée en 1968. En 1971, Kareem Abdul-Jabbar (répondant au nom de Lew Alcindor lors de ses débuts dans la ligue) emmena cette équipe jusqu’au titre NBA (4 victoires à 0 face aux Baltimore Bullets). Pourtant, en 1975, Abdul-Jabbar sera cédé aux Los Angeles Lakers.

La suite ? Don Nelson deviendra coach de l’équipe de 1976 à 1987 avec notamment deux titres de Coach of the Year (en 1983 et 1985). A cette époque, les Bucks termine régulièrement en tête de la Division Midwest mais rejoindront la Division Centrale au sein de la Conférence Est en 1980 suite à la réorganisation du championnat. Par la suite, Milwaukee continuera à se qualifier pour les phases finales grâce à Sidney Moncrief (5ème choix de la draft 1979) et Bob Lanier mais la franchise butera plusieurs fois sur les 76ers et les Celtics lors des playoffs (de 1981 à 1987 !) avant d’être supplantée par les Hawks, les Pistons et enfin les Bulls à la fin des années 80 et à l’aube des années 90.

 

En 1991, les Bucks vont désormais connaître les bas-fonds du classement et ce durant 7 ans. Après avoir retrouvé les playoffs en 1999 grâce au duo Ray Allen – Glenn Robinson (sweepé 3 – 0 au 1er tour face aux Pacers), l’ajout de Sam Cassell mais aussi de Tim Thomas pour la saison suivante va s’avérer déterminant pour le succès de la franchise du Wisconsin même si celle-ci chutera de nouveau face à Indiana (3 victoires à 2 dans la série pour les Pacers).

La saison 2000-2001 sera celle de la confirmation pour les hommes de George Karl (coach des Bucks de 1998 à 2003). Les Bucks vont réaliser une saison à la hauteur des espérances du staff et de leurs fans avec un bilan de 52 victoires et 30 défaites (soit le meilleur bilan du club sur les 15 dernières années), ils se classent 1er de la Central Divison devant les Toronto Raptors (47 – 35), les Charlotte Hornets (46 – 36) ou encore leur rivaux des Indiana Pacers (41 – 41) et sont 2ème de la Conférence Est derrière les 76ers (56 – 26) mais devançant le Miami Heat (50 – 32). Emmené par son trio de stars Sam Cassell (18,2 pts, 3,8 rbds et 7,5 pds) – Ray Allen (22 pts, 5,2 rbds et 4,6 pds) – Glenn Robinson (22 pts, 6,9 rbds et 3,3 pds), Milwaukee fait saliver toute la ligue. Cette équipe considérée comme une franchise de bas de classement ou tout juste capable de se qualifier pour un 1er tour de playoffs avant de s’éclipser va cette fois-ci faire trembler ses adversaires directs lors des playoffs.

Au 1er tour, les Bucks l’emportent face au Magic (3 victoires à 1 dans la série).

Au second tour, les Hornets seront éliminés au terme d’une série très serrée entre les deux équipes (4 – 3 au final pour les Bucks). Glenn Robinson montrera notamment toute sa hargne et son envie avec un shoot un 3pts au buzzer en fin de 3ème quart:

 

Les Bucks remporteront le 7ème match décisif sur le score de 104 – 95 et se qualifieront pour la Finale de Conférence (une première pour la franchise depuis 1986) où les attendent les Sixers d’Allen Iverson.

Les joueurs de Philadelphie ont quasiment effectué le même parcours lors de ces playoffs 2001 (3 – 1 au 1er tour face aux Pacers et 4 – 3 en demi face aux Raptors de Vince Carter) et se présentent donc sur le chemin de Milwaukee. L’opposition entre les deux équipes promet.

D’un côté, les Sixers emmenés par la fougue de leur leader Allen Iverson et de l’autre Milwaukee et son trio infernal Sam Cassell – Ray Allen – Glenn Robinson. Bien que semblant esseulé au sein de l’effectif de Philly, AI peut néanmoins compter sur la dissuasion de Dikembe Mutombo, Theo Ratliff et Tyrone Hill dans le secteur intérieur mais également sur l’apport de role players tels que Aaron Mckie (meilleur 6ème homme), Eric Snow à la mène ou encore la défense de Raja Bell en sortie de banc.

Les deux formations vont se rendre coup pour coup lors de cette Finale de Conférence. Lors du Game 1, Philly l’emporte 93 – 85 grâce aux 34 pts d’Allen Iverson bien secondé par Aaron McKie (23 pts, 5 rbds, 5 pds) et Dikembe Mutombo (15 pts et 18 rbds). En face, les 31 pts (4/6 à 3 pts) de Ray Allen n’y feront rien.

Les Bucks remporte le Game 2, toujours sur le terrain des Sixers, sur le score de 92 – 78. Ray Allen a une nouvelle fois la main chaude et inscrit 38 pts (dont 7/11 à 3pts !). Glenn Robinson (16 pts) et Sam Cassell (14 pts, 11 pds, 6 rbds) font eux aussi le boulot. Egalité 1 – 1 dans la série avant les deux prochains matchs au Bradley Center de Milwaukee.

Allen Iverson blessé lors du Game 3, les Bucks en profitent pour gagner le match 80 – 74 à domicile malgré la belle résistance des Sixers en l’absence de leur leader avec notamment 22 pts, 7 rbds, 5 pds et 4 int d’Aaron Mckie.

Iverson effectue tout de même son retour pour le Game 4 et score 28 pts auxquels il ajoute 5 rbds et 8 pds pour une victoire 89 – 83 de Philadelphie. Glenn Robinson finit lui avec 20 pts, 10 rbds, 5 pds et 3 cts mais la franchise du Wisconsin n’a pas dit son dernier mot.

Retour au First Union Center, en Pennsylvanie. Les deux équipes sont à égalité 2 – 2 dans la série. Malgré les 60 points cumulés de son Big Three, Milwaukee s’incline sur le fil (89 – 88) sur un shoot raté de Glenn Robinson. 21 pts et 13 rbds pour Mutombo, 18 pts pour Eric Snow et… 15 pts seulement pour Iverson mais avec 9 rbds, 8 pds et 4 int !

 

1er Juin 2001, Game 6, les Bucks évoluent de nouveau dans leur antre du Bradley Center et doivent à tout prix égaliser dans la série. Ce sera chose faite avec une victoire 110 – 100. Un match dans lequel Allen Iverson et Ray Allen vont se livrer un duel fratricide (46 pts pour Iverson, 41 pts pour Allen). Glenn Robinson termine avec 22 pts, Sam Cassell ne score que 6 pts mais distribue 11 pds en plus de ses 5 rbds. Et puis, côté Bucks, il y aussi l’aspirateur à rebonds Ervin Johnson (8 pts et 12 rbds), le vaillant Scott Williams (12 pts et 7 rbds) ou encore Tim Thomas (13 pts) toujours aussi précieux en sortie de banc.

 

Sonne l’heure du Game 7 où celui qui l’emportera accédera aux Finales NBA. Le match se déroule à Philadelphie et la tention est palpable à quelques heures du coup d’envoi. Cela fait 18 ans que les Sixers n’ont pas été en finales alors que Milwaukee n’y est pas retourné depuis 30 ans ! Le trio infernal des Bucks n’entendait donc pas manquer le rendez-vous. Hélas, malgré les 70 pts du Big Three (26 pts pour Allen, 24 pour Robinson et 20 pour Cassell), Philly va parvenir à vaincre ses adversaires avec notamment un A.I des grands soirs (44 pts, 6 rbds et 7 pds) mais aussi un Dikembe Mutombo plus revanchard que jamais (23 pts et 19 rbds). Score final 108 – 91 pour les Sixers qui rejoignent les Lakers en finales NBA.

 

La fin d’une belle aventure pour les Bucks qui auront réussi cette année là à redonner espoir à toute une franchise qui aujourd’hui encore est retombée dans ses travers (13 victoires et 50 défaites à l’heure de ses lignes, dernier de la Conférence Est derrière… Philadelphia).

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.