Les Chartraines complètement hors sujet, FestNoz pour Charnay, la SIG est passée près, Calais poursuit sa marche en avant, Reims se donne de l’air, Le Havre craque sur le fil.

Les résultats  :

CFBB – CHARTRES  61-59

CHARNAY – LEON TREGOR  68-61

PERPIGNAN – SIG 76-70

LIMOGES – CALAIS  65-80

LA ROCHE – AIX  85-44

REIMS – DUNKERQUE   88-61

LE HAVRE – PAU   79-88

1619209_771614359517485_145326915_n

Balic pensait avoir fait le plus dur en donnant 4 points d’avance à son équipe à 1 mn de la fin, mais c’est mal connaitre les paloises…
– Crédit photo : Paris Normandie –

centre_fCentre Fédéral 61 – 59 Chartres Chartres

(22-12, 20-22, 10-9, 9-16)

L’Echo républicain : Dominé de bout en bout par les jeunes du Centre Fédéral (61-59), l’ABC a montré un visage bien pâle. La défaite face à la lanterne rouge confirme les difficultés actuelles la formation chartraine.

Avec un bilan guère reluisant depuis le début de la phase retour – une victoire en six rencontres – l’AB Chartres se déplaçait à l’INSEP à la recherche de certitudes. Face à la lanterne rouge, l’occasion était belle pour emmagasiner de la confiance, sauf qu’une entrée en matière manquée dans les grandes largeurs et un match d’une grande maladresse a laissé les Chartraines sur le carreau. Maladroites en attaques et surtout d’une faiblesse criante dans la raquette, les Chartraines se laissaient complètement débordé (15-4, 5′; 20-9, 8′). L’entrée de Rosalie-Marie Ciss donnait une nouvelle impulsion aux visiteuses (29-22, 13′), puis un trois points de Mendy leur permettait de combler une partie de son débours (29-25, 15′). Sauf que les jeunes pousses du Centre Fédéral continuaient à sonner la charge dans le sillage de Milapie (38-25, 17′). Si par quelques fulgurances signées du duo Bacconnier – Mendy, l’écart se réduisait, à la pause et, contre toute attente, Chartres était loin du niveau attendu (42-34, 20′).

La pause n’altérait pas la dynamique locale, puisque le CFBB continuait à mener la vie dure à des Euréliennes au jeu désordonné. Si bien que l’écart plafonnait toujours à une dizaine de longueurs (48-38, 24′). L’ABC affichait un visage à bien pâle (50-42, 38′). Retrouvant de l’agressivité et une certaine aisance sous les paniers, Chartres renversait la vapeur au gré d’un 11-0 salvateur (52-43; 52-54, 34′). Pour la 1re fois de la rencontre, les coéquipières de Noémie Lemaire prenaient l’avantage, mais le Centre Fédéral ne tardait pas à réagir (60-55, 37′). Dans un final au suspense insoutenable, Chartres ratait un lancer-franc d’égalisation par Rosché à 35 secondes du terme (60-59), puis le panier de l’avantage par Mendy laissant les locaux exulter au coup de sifflet final. Après cette désillusion de grande envergure, la crise bat son plein dans le club chartrain.

CENTRE FEDERAL : Limousin (6),Bienvenu (5), Milapie (9), Clanet(9), Bankole (11)  Lenglet (2),Blatrie (4),Cirgue(12) Turmel (4).

CHARTRES :  Bacconnier(16), Mendy (17), Lemaire(11), Rosché (3), Chéron (4), Ciss (8)

CharnayCharnay 68 –61 Leon TregorLeon Tregor

a.p

 (16-20, 14-13, 17-8, 8-14, 13-6)

Le Télégramme : Bien que propulsé devant grâce à une entame de match sérieuse, Léon Trégor a enregistré sa seconde défaite en cinq jours.

Marie Butard et Adriana Gresnerova mettaient le LTB 29 dans les meilleures dispositions, se montrant adroites dans la raquette (2-2, 2′ puis 2-11, 5′). Mais si Charnay revenait au contact (8-11, 7′), l’adresse à trois pts d’Adriana Gresnerova (2/2 en 10 minutes) s’avérait déterminante. Ce qui n’empêchait pas cependant Charnay de revenir à quatre longueurs (16-20, 10′). Absente de la marque jusqu’alors, Aude Kernevez s’illustrait enfin pour inscrire ses trois premiers points (16-23, 12′), sur un total de huit. Et comme Charnay accumulait les pertes de balles, Léon Trégor reprenait ses distances (18-27, 14′) bien qu’Amélie Pochet ne soit pas à la fête à la marque avec seulement 4 pts inscrits avant la pause (26-33, 18′). Le CBBS recollait tout de même quasiment au score après 20 minutes de jeu (30-33, 20′). Enfin en confiance, les Bourguignonnes revenaient sur le parquet avec les meilleures intentions, prenant même la tête pour la première fois (34-33, 24′), allant jusqu’à compter huit pts d’avance (47-39, 29′). Même si les Bretonnes se montraient dangereuses sur toutes leurs possessions, à l’image d’une Adriana Gresnerova toujours omniprésente, les Charnaysiennes avaient elles aussi fière allure, notamment en défense où leur mordant empêchait à plusieurs reprises les visiteuses de tirer dans le temps imparti (55-49, 38′).

Léon Trégor arrache la prolongation

Mais Léon Trégor gardait la lucidité nécessaire pour arracher une prolongation sous l’impulsion de Kernevez puis Butard, adroites aux lancers-francs (55-51, 39′ puis 55-55, 40′). Même si un superbe panier à 3 pts d’Aude Kernevez permettait à Léon Trégor d’y croire (57-58, 41′), la perte sur blessure de Yar Shayok, transférée à l’hôpital de Mâcon suite à un léger traumatisme crânien, mais surtout un manque certain de fraîcheur physique empêchaient les Finistériennes de renouer avec la victoire, s’inclinant logiquement 68-61 face un téméraire adversaire qui peut encore croire en son maintien.

CHARNAY : Bertal 18, Belleville 14, Rajecka 12, Legoupil 10, Joret 8, Aulnette 4, Diallo 2

LEON TREGOR : Gresnerova 14, Butard 12, Pochet 12, Shayok 12, Kernevez 8, Miguel 2, Matanga 1

 

PerpignanPerpignan 76 – 70 Strasbourg SIG-logo

 (20-26, 17-12, 22-10, 17-22)

DNA : les filles de la SIG ont fait trembler ce Perpignan qui fait tant parler de lui, et pas forcément en bien… une petite victoire en soi.

Cette fois, François Gomez, le coach local, n’a pas eu l’occasion de faire entrer ses jeunes. La faute à une équipe de Graffenstaden qui a poussé Perpignan dans ses derniers retranchements (76-70).

Pourtant, privées de leur meilleure joueuse Schmitt et de l’ailière Fischbach, giflées le week-end dernier à Leon Tregor (91-65), les Alsaciennes ne se présentaient pas à Perpignan dans les meilleures conditions. Mais il faut croire que la polémique née de la «fameuse» photo (*) a laissé des traces dans l’esprit des Catalanes, comme la répétition des matches dans leurs jambes.

Quoi qu’il en soit, les Catalanes, qui étrennaient un nouveau maillot ont eu bien du mal à entrer dans leur match. Pas assez agressives en défense, elles laissaient leurs adversaires, d’une adresse diabolique (69 % dans le premier quart-temps), prendre le large (14-24, 8e’). Mais les joueuses de François Gomez recollaient au score en profitant de leur avantage de taille, notamment à l’intérieur avec une Bertal en réussite (20 pts), et en augmentant le volume en défense à l’image des trois bâches successives infligées par Constant, Okou et Bertal.

Perpignan prenait pour la première fois l’avantage en début de deuxième mi-temps (39-38, 21e’), et l’écart grimpait même à +11 à la fin du troisième quart-temps (59-48). Mais la SIG s’accrochait, restait au contact, et c’est sur la ligne des lancers francs que Fatou Dieng assurait la victoire de son équipe (76-70).

(*) Perpignan a défrayé la chronique cette semaine en affichant sur son site Facebook la photo des filles de l’équipe ”faisant un doigt” à l’encontre de leurs dernières adversaires, Léon Trégor.

PERPIGNAN : Bertal 20, Lo 13, Datchy 13, Okou 11, Dieng 10, Constant 9

SIG : Nsoki 24, Bourdin 15, Dambach 11, Voynet 10, Kadila 6, Pfister 4

Limoges Limoges 65 – 80 Calais Calais

 (17-25, 17-19, 20-15, 11-21)

La Montagne : Limoges n’a pas eu la capacité et/ou ne s’est pas donné les moyens pour faire trébucher le leader dans son antre. Dépassé physiquement, en manque de rotations, le LABC n’a jamais été en mesure de créer l’exploit face à une formation nordiste qui n’a pas eu besoin de forcer son talent.

Changement de rôles. Depuis novembre, Limoges étouffait chacun de ses adversaires dès lors qu’ils mettaient un orteil dans la salle Municipale. Six équipes y avaient laissé la peau. Calais, leader impeccable (17 victoires, 1 défaite), aurait pu être la 7e victime. Mais, d’entrée, il s’installa dans la partie comme s’il était chez lui. Ses trappes sur Mélanie Devaux génèrent la meneuse limougeaude dans sa montée de balle. Puis son jeu (très) rapide empêcha Limoges d’appliquer sa défense agressive. Du coup, Calais prit le large (17-25) grâce notamment à une adresse à trois points indécente (4 sur 6 au premier quart-temps).Cela agaça au plus haut point Mélanie Devaux qui se démena comme une lionne pour ramener son équipe dans la partie (22-28, 12e). Mais, comme à l’autre bout du terrain, le LABC connaissait les pires difficultés dans le secteur intérieur, Calais s’amusa (26-38, 17e). Un temps-mort et une grosse gueulante de Maxime Bézin n’y changèrent rien : le leader Calais avait tranquillement la mainmise sur la rencontre (34-44, 20e). Et la feuille de stats n’était pas là pour contredire cette affirmation (19 rebonds à 14, 10 passes à 7 et 51 % de réussite à 45). Par un gros sursaut d’orgueil, Limoges revint des vestiaires le couteau entre les dents. Il déchiqueta Calais et se retrouva à quatre petites longueurs (41-45, 23e). Calais, une dimension au-dessus, ne s’affola pas et reprit, tout doucement le dessus (44-53, 27e). Il fallut alors un nouveau temps mort de Maxime Bézin pour que le LABC lâche enfin les chevaux. Très agressif des deux côtés du terrain, Limoges recolla à une unité de l’ogre calaisien sur un tir primé de Mélois (54-55, 29e). Mais, il laissa beaucoup de gommes dans ce retour. Du coup, sa défense de zone se fit moins intense, plus large, et Calais artilla à trois points. Trois réussites primées (sur trois) lui permirent de se donner un grand bol d’air (54-68, 35e). Maxime Bézin convoqua bien une dernière cellule de crise. Cela n’y changea strictement rien. Calais, à l’expérience et au talent, continua, sans jamais forcer, son travail de sape. Et il empocha logiquement son 18e succès.

LABC : Devaux 18, Recoura 10, Sinico 4, Berranger 2, Pope 16, Mélois 7, Morel 8.

CALAIS : Cibert 13, Sissoko 10, Fouasseau 16, Allen 6, Clarke 20, Sbahi 6, Mbuyamba 9.

logo2_new_police_v3_broderie La Roche 85 – 44 Pays d’Aix Pays d'Aix

 (20-12, 19-10, 18-10, 28-12)

Ouest France : Les Vendéennes ont signé leur dixième victoire à domicile en autant de sorties. La faible opposition azuréenne a largement aidé les Yonnaises dans cette quête.

Sur une série de neuf victoires en autant de matches à domicile depuis le début de la saison, les Yonnaises, par ailleurs vainqueurs à l’aller en terre azuréenne (60-49), ont signé une dixième hier soir. Celle-ci s’était d’ailleurs dessinée dès les premières minutes. Les Vendéennes prenaient d’entrée le match et le score en main(18-7) dans le sillage d’une Sara Ouerghi en réussite (11 points à 100 %). Et malgré un déficit aux rebonds, corrigé par la suite, le RVBC comptait sur son adresse pour rester devant (20-12, 10′), et sur sa défense, l’une de ses marques de fabrique.Au fil des minutes, le score restait à l’avantage des joueuses d’Emmanuel Body (25-12, 35-16 puis 37-18). La rencontre était pliée, la maîtrise des Vendéennes, de surcroît sur leur parquet, empêchait toute velléité adverse de faire trébucher le RVBC. Un deuxième quart plié 19-10 et l’essentiel était fait. D’autant que dès la reprise, les Aixoises perdaient le peu d’efficacité de leur jeu. Cinq possessions sans marquer contre autant, prolifiques, côté yonnais, et le score tournait à la démonstration (51-24, 24′). Il restait encore plus d’un quart-temps à jouer pour valider ce large et facile succès qui ne sera pas source de grands enseignements cependant. Juste une pierre de plus posée sur le chemin qui mène au Final Four. Mais dans cette optique, à six journées de la fin, chaque succès compte et prépare au mieux les échéances plus importantes qui attendent le RVBC. On pense aux réceptions de Pau-Orthez dans quinze jours, mais, surtout, de Perpignan (le 12 avril) et de Calais (le 26 avril). Ce sera à l’occasion de ces rendez-vous capitaux que l’invincibilité à domicile relèvera bien plus que d’un challenge qui balise une saison.

En attendant, aux Yonnaises de continuer sur leur lancée à Dunkerque samedi prochain pour décrocher ce qui serait leur seizième victoire de la saison en 21 journées.

LA ROCHE VBC :Pavageau 2, Mukoko 9, Duval 9, Bouzenna 4, Ouerghi 17, Kubatova 17, Tayeau 7, Fournier 7, Diop 13.

AIX : Adjutor 7, Corre 2, Landry 14, Dubois 4, Cuomo 7, M’Baye 4, Barthelemy 6.

logo RBF ok Reims 88 – 61 Dunkerque Dunkerque

 (18-16, 29-13, 21-16, 20-16)

Mine de rien, les filles du Reims Basket Féminin avaient la pression hier. Elles savaient que la réception de Dunkerque allait être déterminante pour la fin de saison et que, si elles voulaient faire un pas supplémentaire vers le maintien, elles devaient impérativement s’imposer. «J’étais assez confiant, la semaine d’entraînement s’était bien passée», admettait pourtant Guillaume Rassineux. Le coach marnais a rapidement été conforté dans ses prémonitions. Après un premier quart-temps servant de round d’observation entre deux équipes en danger, ses protégées ont effectivement mis le pied sur l’accélérateur pour ne plus le relâcher et remporter la partie avec plus de vingt points d’avance (88-61). «Elles ont fait un match plein, reconnaît-il. Tout le monde a répondu présent. Je ne peux donc que les féliciter. On s’est mis au niveau dans l’agressivité défensive et dans la présence au rebond (44 au total).» Maud Lesoudard, sifflée trop facilement par les arbitres, et ses partenaires ont «réussi à enfoncer le clou» dans le troisième quart-temps, ce qui n’est pas forcément une habitude. Six joueuses (Gorjeu, Korpivaara, Jomby, Lesoudard et Badiane) ont inscrit dix points et plus. L’internationale finlandaise du RBF a terminé meilleure marqueuse de la partie à hauteur de l’imposante intérieure polonaise de la formation nordiste, Dace Pierre-Joseph, en difficulté mais malgré tout dans ses standards, la seule à ressortir la tête de l’eau avec la meneuse américaine Michele Taelor Karr (16 points). «Tout le monde a pris du plaisir, confirme Emmanuelle Gorjeu. Mais, maintenant, le plus important est de confirmer. Il reste six rencontres. On va être obligé d’aller faire des coups à l’extérieur.» «On n’aura pas le droit à l’erreur chez nous, convient son entraîneur. Il faudrait en tout cas parvenir pour une fois à avoir de la continuité dans nos performances et dans nos résultats.

REIMS : Gorjeu 10, Korpivaara 19, Jomby 12, Lesoudard 14, Davis 13, Pelissou 4, Lithard5, Badiane16

DUNKERQUE : Pierre Joseph 19, Durand 10, Karr 16, Faurez 5, Bal 6, Urien 5

Le Havre Le Havre 79 – 88 Pau Pau

a.p

 (21-21, 11-24, 21-13, 15-10, 20-11)

Paris Normandie : Mener de treize points à la mi-temps face à Pau-Orthez est décidément un mauvais signe pour le basket havrais. Quelques semaines après la défaite du STB face à l’Elan, c’est cette fois Aplemont qui s’est incliné, sur son parquet, face aux Paloises après avoir donc mené de treize points à la pause (45-32). Les Havraises devront donc attendre encore un peu pour assurer leur maintien en LF2.

Tout avait pourtant bien débuté dans une première période spectaculaire. La première banderille du match était signée Caroline Misset qui, à trois points, donna le tempo d’un quart-temps où les deux formations allaient se rendre coup par coup si bien qu’après sept minutes de jeu, le score était déjà de 19-18 en faveur des locales. Des Havraises qui devaient ce maigre avantage à leur adresse au tir primé (67 % et 4/6 dans la première période). Après cette entame de folie, le jeu se calma quelque peu et les défenses prenaient la parole. À vrai dire, surtout celle d’Aplemont dans un second quart-temps où les Paloises n’allaient plus scorer pendant près de quatre minutes voyant le tableau d’affichage passer de 23-24 en leur faveur (11e) à 31-24 (15e). Les fautes se multiplièrent et, sur la ligne, Ousfar et Fall enquillaient pour augmenter l’avance de l’ALA. De l’autre côté du parquet, Davorka Balic faisait la loi au rebond (4 en première mi-temps) et l’Elan, impuissant à l’intérieur, s’entêtait à trois points, via Bunel, sans succès. Aplemont s’envola en fin de mi-temps et suite à une interception de Mendes, Tomasevic scorait au-delà des 6m75 et permettait à son équipe de mener de treize unités à la pause (45-32, 20e).

Cruelles pertes de balles

Mais changement de décor complet au retour des vestiaires, les vertus défensives affichées par les Aplemontaises semblaient avoir suivi Davorka Balic sur le banc. Absentes au rebond, les Havraises voyaient dès lors des Paloises déchaînées revenir très fort, aidées notamment par une réussite insolente au lancer-franc (96 % et 23/24) et par une succession de mauvais choix offensifs de la part des locales qui multipliaient les pertes de balles et les passes imprécises. Bosch sur un tir primé ramenait alors l’Elan à trois points de ses adversaires (56-53, 30e) et le dernier quart-temps permettait aux visiteuses d’égaliser (62-62 puis 64-64). Mais Aplemont trouvait alors les ressources nécessaires pour reprendre l’avantage et à trente secondes de la fin, Davorka Balic inscrivait trois points salvateurs (68-64). Il suffisait alors aux Havraises de tenir le ballon, de chercher à l’intérieur mais deux pertes de balles successives offraient deux lay-up « cadeau » à Pau qui décrochait ainsi une prolongation inespérée (68-68). Cinq minutes supplémentaires vite réglées tant les Aplemontaises n’y étaient plus à l’image d’une Aïda Fall, énorme pendant 35 minutes, mais qui a craqué dans le money-time comme l’ensemble du groupe de Laurent Chamu. Pau déroula et s’imposait finalement 88 à 79.

LE HAVRE : Fall 19 pts, Ousfar 18, Tomasevic 12, Balic 11, Misset 10, Mendes 6, Belleka 2, Nauleau 1.

PAU : Bunel 20 pts, Boykin 20, Gueye 17, Dia 13, Bosch 8, Arfelis 6, Vidal 2, Chrzanowski 2.

Classement officiel de la FFBB à l’issue de la journée 20

 

Equipe Pts

Rencontres

Init

Pén

Forf

Déf

Pénalités

 

Points

J

G

P

N

Arb

Ent

 

M

E

Q

1

COTE D’OPALE BASKET CALAIS

35

18

17

1

0

0

0

0

0

0

0

1346

1053

0.0

2

ROCHE VENDEE BC

33

19

14

5

0

0

0

0

0

0

0

1301

1151

0.0

3

ELAN BEARNAIS PAU LACQ ORTHEZ – Feminine

32

19

13

6

0

0

0

0

0

0

0

1333

1238

0.0

4

LIMOGES ABC EN LIMOUSIN

29

19

10

9

0

0

0

0

0

0

0

1329

1340

0.0

5

ALA LE HAVRE BASKET

29

20

9

11

0

0

0

0

0

0

0

1243

1410

0.0

6

LEON TREGOR BASKET 29

29

19

10

9

0

0

0

0

0

0

0

1326

1311

0.0

7

PERPIGNAN BASKET

27

15

12

3

0

0

0

0

0

0

0

1026

872

1.17661

8

S.I. GRAFFENSTADEN

27

18

9

9

0

0

0

0

0

0

0

1290

1232

1.04708

9

AVENIR BASKET CHARTRES

26

19

7

12

0

0

0

0

0

0

0

1201

1247

0.0

10

DUNKERQUE MALO BASKET CLUB

26

19

7

12

0

0

0

0

0

0

0

1199

1300

0.0

11

PAYS D’AIX BASKET ASPTT

26

18

8

10

0

0

0

0

0

0

0

1105

1108

0.0

12

CHARNAY BASKET BOURGOGNE SUD

25

19

6

13

0

0

0

0

0

0

0

1164

1223

0.0

13

REIMS BASKET FEMININ

25

18

7

11

0

0

0

0

0

0

0

1260

1239

0.0

14

CENTRE FEDERAL BB

21

20

1

19

0

0

0

0

0

0

0

1056

1455

0.0

 

Rencontres : (J)ouées, (G)agnées, (P)erdues, (N)ulles
(Pén)alités, (Forf)ait, (Déf)aut
Points : (M)arqués, (E)ncaissés, (Q)uotient

A propos de l'auteur

Rédactrice basket féminin.
Fan de Tony Parker, Edwige Lawson ou encore Sandrine Gruda. Veut devenir journaliste sportive. Optimiste avant tout. #Basketballneverstops

3 Réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.