La 22ème journée du championnat de LF2, c’est aujourd’hui !

Le programme : 

LE HAVRE – LEON TREGOR
REIMS – PERPIGNAN
SIG – CHARTRES
CHARNAY – CALAIS
LIMOGES – CFBB
AIX – DUNKERQUE
LA ROCHE – PAU

Pour le moment, Chartres et Charnay occupent le wagon de queue et amorcent un tournant délicat avec le déplacement du premier à la SIG qui joue aussi le maintien et n’perdu que deux fois dans son fief (Calais et Roche Vendée), et la réception du leader calaisien pour le second. Autre face-à-face de mal classés Aix- Dunkerque tandis que Reims reçoit Perpignan et même si les Catalanes marquent le pas actuellement, elles joueront à fond leur place en playoffs.

LE HAVRE – LEON TREGOR

Les Aplemontaises sont tout simplement en danger à cinq journées officielles du terme (quatre pour elles) dans un duel pas loin du quitte ou double face à Léon Trégor. Elles devront proposer une défense irréprochable faceàune dangereuse équipe. En l’absence probable de Davorka Balic mais avec Emmanuelle Nauleau, le groupe devra effectivement sortir le grand jeu face à la 4e attaque et la 3e marqueuse (Amélie Pochet) du championnat. Car si les Bretonnes restent sur trois défaites consécutives, elles n’ont cédé que d’un point devant Perpignan.

« On va devoir mettre en place une hyper défense, c’est là que se fera la décision car cette équipe est dangereuse partout » assure Laurent Chamu dans Paris- Normandie. Pour les Bretonnes, le maintien n’est pas encore acquis à cinq journées de la clôture d’un championnat qui met au coude à coude les 2 équipes au classement, l’équipe finistérienne ayant toutefois une rencontre de plus à disputer.

REIMS – PERPIGNAN

Une victoire de Perpignan à Reims rapprocherait les catalanes de leur objectif de Final Four et elles tenteront ce soir de prolonger leur série de 10 succès consécutifs. Les rémoises sont dans une bonne dynamique et espèrent faire «un coup» avant de retrouver les Perpignanaises dès vendredi prochain sur les bords de la Méditerranée. Deux jours avant de défier Pau-Lacq-Orthez dans le Béarn. Un calendrier musclé qui les verra affronter trois des membres du Top 4 à l’extérieur (avec Calais) contre deux réceptions (Chartres et le Centre fédéral pour terminer).

SIG – CHARTRES

La SIG doit gagner pour s’éviter des sueurs froides à cinq journées de la fin du championnat et éviter une spirale de défaite avec, juste derrière, un match chez le leader, Calais. A domicile les Alsaciennes pourront retrouver leurs automatismes et surtout rejouer au complet, ce qui n’a pas été le cas lors de leurs dernières sorties. Une bonne nouvelle, d’autant que le match de ce soir, contre Chartres, en zone rouge, s’annonce déjà déterminant pour la course finale au maintien (avec un match joué en moins, la SIG est à égalité de points avec l’équipe visiteuse). Les euréliennes ont besoin de deux victoires pour se maintenir et espèrent gagner là où les locales ne se sont inclinées que deux fois (Calais, La Roche). 

CHARNAY – CALAIS

Face au leader calaisien qui s’est imposé à 19 reprises en 20 rencontres disputées, les Charnaysiennes n’ont pas le droit à l’erreur pour espérer s’imposer.(JSL)

Kevin Brohan : «Charnay joue sa survie. Chaque match va désormais compter et si la formation bourguignonne veut s’en sortir, il lui faudra gagner des rencontres. Elle n’est pas passée loin le week-end dernier face à Perpignan où elle a mené pendant plus de trente minutes (66-57). On est donc prévenu, à domicile, Charnay vendra chèrement sa peau. À nous de ne pas tomber dans le piège. L’objectif est simple, la victoire quelle que soit la manière»(VDN)

LIMOGES – CFBB

Le LABC n’a pas le droit de s’égarer – La Montagne

Après s’être perdu en route sur les chemins du Havre et de Dunkerque, après s’être fait voler à La Roche-Vendée, le Limoges ABC a enfin ramené autre chose que défaites, frustrations et regrets d’un de ses déplacements cette année. Au prix d’un match maîtrisé sur le plan tactique et d’une énergie retrouvée, Limoges a décroché son premier succès à l’extérieur de l’année à Pays d’Aix, une équipe qui descend de Ligue. Cette victoire, « arrachée avec les tripes » dixit Tiphaine Mélois, ne servira strictement à rien si Limoges venait à se prendre les pieds dans le tapis, à la Municipale ce soir, face aux gamines du Centre Fédéral.

AIX – DUNKERQUE

La Provence : A la suite d’une 21e journée, où les résultats de ses concurrents directs lui ont été défavorables, le Pays d’Aix ASPTT se trouve plus que jamais au cœur d’une lutte acharnée pour le maintien. Tandis que se profile la réception d’une surprenante escouade dunkerquoise, qui vient de terrasser Roche Vendée, l’un des prétendants à l’accession (97-69). « C’est un match capital, où celui qui sera mentalement plus costaud passera » lance Maurice Donati qui ne croit pas si bien dire. Car outre les blessures, le souci majeur du PABA reste bel et bien cette peur qui paralyse par moments certaines joueuses du groupe. Lequel doit, de surcroît, composer sans deux de ses fers de lance. La meneuse Linda Bousbaa blessée au pied, à laquelle s’ajoute sa comparse Kelly Corre, victime d’une perforation du tympan. La seule éclaircie provient de l’état de forme de Shenita Landry qui scinde la mer en deux depuis quelques matchs, comme l’illustre sa copie rendue face à Limoges (23 pts, 18 rds, 28 d’évaluation). Mais sera-ce suffisant, contre un rival gonflé à bloc et vexé d’avoir perdu chez lui au match aller ?

La Voix du Nord : Depuis son large succès, samedi, face à la Roche Vendée (97-69), les Dunkerquoises ont retrouvé le moral. Il reste maintenant à confirmer à Aix un état d’esprit que Sébastien Devos a apprécié: «On a réalisé face à La Roche une performance de bon niveau. Il faut que les filles gardent l’esprit de compétition dévoilé le week-end dernier.» Si les Nordistes ont inscrit 97points face aux Vendéennes (dont 32 dans le dernier quart-temps) et réalisé également un match plein, il convient maintenant de rééditer ça. «Habituellement, on avait tendance à des relâchements. Les joueuses ont prouvé qu’elles étaient capables de garder le même rythme durant toute la rencontre. Une dose de confiance collective s’est installée. La pression sera sur les épaules des Aixoises. Nous, on l’aura une semaine plus tard face au Havre. Notre assise défensive fut la base de notre succès. J’espère bien revoir ça, ce soir», précise Sébastien Devos. La blessure de longue durée de Marta Rozewicz sera l’occasion pour l’intérieure Miriam Uro-Nilie de faire ses premiers pas avec le DMBC. Cette Ukrainienne de 19 ans (1, 87m), internationale, a effectué son premier entraînement avec ses nouvelles partenaires, lundi. «C’est une jeune joueuse. Il faut qu’elle s’adapte à nos principes de jeu.»

LA ROCHE – PAU

En cas de victoire, les Yonnaises seront qualifiées pour le Final Four. Encore faut-il briser l’Élan Béarnais. (Ouest France)

Pau n’est pas seulement devant La Roche-sur-Yon au classement. Lors du calendrier aller, les Paloises furent aussi les premières à battre les Yonnaises (80-62). Depuis, les deux équipes se croisent dans ce championnat. À égalité de points (21), la victoire des joueuses d’Emmanuel Body est donc capitale. Déjà pour être définitivement certain de disputer le Final Four, les 17 et 18 mai à Calais… ou Perpignan. Ensuite, mais là c’est du basket-fiction à prendre au conditionnel (pléonasme), pour éviter de jouer dès le premier match des playoffs, le vainqueur du championnat régulier, automatiquement qualifié pour évoluer en Ligue, la saison prochaine.

Le match contre Pau/Lacq/Orthez est le premier d’une série où les Yonnaises vont recevoir les trois premiers du championnat : l’Élan Béarnais (2e), ce samedi ; Perpignan (4e avec 3 matches en moins, le 12 avril) et enfin, Calais, le leader, le 26 avril.«Le premier objectif est le Final Four et il passe déjà par une victoire contre Pau, poursuit Emmanuel Body. Ensuite, ce serait sympa de rester invaincu à domicile. Le but est de commencer les playoffs avec un mental optimum. »

Dès ce soir, les Yonnaises vont devoir briser l’élan des Béarnaises qui restent sur trois succès consécutifs. Et c’est là le problème. À l’aller, on avait pris 18 points(80-62) se souvient le coach vendéen…

Dans le Nord, Emmanuel Body avait dû jouer sans Sarah Ouerghi (blessée) et se passer de Johanna Tayeau en seconde période, sortie sur civière après un choc à la tête.«J’ai pu récupérer Sarah et Johanna en milieu de semaine, annonce-t-il. Nous avons bien travaillé, ces derniers jours. Face à Pau, nous savons qu’il faudra s’appuyer sur notre point fort, la défense, pour prendre l’ascendant. »

la-roche-vbc-est-bel-et-bien-la

Il faudra une Sarah Ouerghi en pleine forme ce soir pour assurer la victoire face aux paloises. (Crédit photo : Ouest France)

A propos de l'auteur

Dunkeur fou chez les Spurs au coté de Tony Parker dans ses rêves. Rédacteur pour Parlons Basket dans sa vrai vie. Fan caché des Blazers aussi. #Spurs #Blazers

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.