Bonne shooteuse et agressive au cercle, cette arrière de 26 ans est un pur produit du Basket Serbe. Elle a décidé il y a quelques semaines de rejoindre Basket-Landes, club particulièrement handicapé par les blessures… Elle revient avec nous sur son choix, et son été à Rio.

See English language version.

ET SI ON COMMENÇAIT EN PARLANT DE BASKET LANDES…

Parlons-Basket Féminin : Pourquoi avoir fait le choix de quitter la Turquie pour rejoindre Basket Landes ?

Nevena Jovanović : J’avais une clause dans mon contrat qui me permettait de quitter la Turquie donc finalement j’ai pris la décision de partir pour plusieurs raisons. Je crois que c’était un bon choix parce que je me plais à Basket Landes. On m’avait dit beaucoup de choses positives sur le club, de la part des gens auxquelles je fais confiance, donc j’ai pris la décision de venir ici.

PBF : Et là tout s’enchaine, tu rejoins Basket-Landes et après deux jours sur le territoire français, place au match. Tu réalises une super performance. Comment as-tu préparé ce match ?

NJ : C’était un moment difficile pour moi. Il y a eu les matchs de qualification pour la Serbie, puis le retour en Turquie et enfin le départ pour la France – beaucoup de voyages mais ça fait partie de la vie d’une joueuse pro.

PBF : Comment s’est passée ton intégration dans l’équipe ?

NJ : Je pense vraiment qu’on a un très bon groupe ici ainsi qu’un excellent coach donc je me sens vraiment à l’aise. Les filles ainsi que tout le personnel du club ont tout fait pour que je me sens chez moi à Basket Landes, et ce dès le début et c’est quelque chose que j’apprécie énormément.

PBF : Tu arrives alors que l’équipe a beaucoup de blessées, tu as réussi à trouver ta place ?

NJ : Oui, j’étais déjà au courant pour les blessées avant mon arrivée. Malheureusement les blessures font partie de tout sport. Il faut être fort mentalement, persister et avancer. Je pense que mon rôle ici était clair dès le début donc je sais ce que je dois faire à chaque match pour aider mon équipe et c’est une chose importante pour moi.

Crédit photo : Julien Bacot – Sport Emotions Photographie pour Basket Landes

PBF : Vos premières impressions de vos coéquipières ? Attention – C’est possible que certaines lisent …

NJ : Depuis la première rencontre je me suis rendue compte que c’est une équipe un peu folle ! Non, parlons sérieusement maintenant, les filles sont super sympas, elles m’ont acceptée sans problème, au point où j’oublie que je suis ici depuis seulement 2 semaines. J’ai plutôt l’impression que je fais partie de l’équipe depuis le début de la saison.

PBF : Comment juges-tu le niveau de la Ligue Féminine de Basket (LFB) ?

NJ : C’est bien reconnu dans le monde du basket ; la Ligue Féminine est l’une des meilleures de l’Europe. Chaque joueuse veut jouer à son plus haut niveau à chaque match et personne ne veut des matchs qui soient trop faciles. Chaque joueuse qui se respecte veut se battre et dans cette ligue on peut atteindre ses limites. On voit déjà en regardant le classement qu’il y a beaucoup d’équipes qui visent la première place et même les équipes moins bien classées sont compétitives. Il ne faut surtout pas sous-estimer la moindre équipe et chaque soir, il faut lutter pour gagner. C’est la meilleure façon pour progresser ; que cela soit pour les équipes ou pour les joueuses et c’est ce que je recherche moi aussi.

PBF : A quelle fin de saison de ton équipe doit-on s’attendre ?

NJ : Je ne veux pas pronostiquer mais cette équipe a le potentiel d’aller loin. Je pense que les filles ont déjà montré ça avant mon arrivée et maintenant ensemble on est à la deuxième place. J’ai confiance en cette équipe, en nos coachs, en notre staff, en tout le monde en fait. Je pense qu’ensemble on peut faire une belle saison et faire dès progrès en tant qu’individus mais également en tant qu’équipe.

PBF : Comment trouves tu la vie à la française ?

NJ : J’aime beaucoup. Le seul problème, c’est que je mange beaucoup de baguettes ! :-) Non, sérieusement, tout se passe bien jusqu’ici – les gens sont gentils donc je suis très contente d’être ici !

ET PUIS MAINTENANT, PARLONS DE LA SERBIE…

Crédit photo : Nevena Jovanovíc

PBF : Cet été, tu remportes la médaille de bronze aux Jeux-Olympiques (JO) laissant ainsi la France au pied du podium. 4 mois après, quand on te parle des JO, qu’est-ce qui te vient en premier à l’esprit ?

NJ : C’est sûr que c’était l’expérience d’une vie. Je rêvais des JO quand j’étais jeune et maintenant j’y ai participé et on y a même gagné une médaille. C’était comme une conte de fées. Chaque jour au village olympique on vivait une expérience unique. C’est pas tous les jours qu’on peut manger au même endroit que Pau Gasol, Rafael Nadal, Novak Djokovic et Usain Bolt, ainsi que toutes les autres superstars du sport, et finalement de passer du temps au quotidien avec eux.

PBF : Qu’est-ce que tu retiens de cette aventure olympique ?

NJ : La cérémonie d’ouverture, c’est quelque chose que je n’oublierai jamais et puis le jour où on a gagné notre médaille de bronze bien sûr.  Je n’arrive pas à exprimer mes sentiments, et même aujourd’hui je me demande si ce n’était pas qu’un rêve ! Mais on a réussi à jouer comme des championnes et on a mérité notre succès. Tout ce que j’ai vécu à Rio, je ne l’oublierai jamais.

PBF : Venir en France après les avoir éliminé deux fois, c’est forcément spécial non ?

NJ : Honnêtement, j’y ai jamais pensé. J’ai énormément de respect pour la France et même si on les a battu aux dernières compétitions, elles restent une belle équipe et elles resteront longtemps une référence pour le basket européen.

Crédit photo : FIBA

PBF : Si vous vous trouvez de nouveau en finale de l’Euro à Prague l’année prochaine contre la France, qu’est-ce que vous direz à Céline Dumerc avant le match ?!

NJ : Je vais lui dire son mot favori en serbe – Madame ! Et puis je vais essayer de l’énerver avant le match ! 😂 »

PBF :Vous êtes tenantes du titre, quels sont vos objectifs pour l’Euro ?

NJ : On a déjà prouvé que la Serbie mérite de nouveau sa place parmi l’élite du basket féminin et on en est très fières. Bien sûr c’est toujours plus difficile de défendre un titre mais on est une équipe qui se donne à fond pour gagner, et même si tout le monde est motivé pour prendre notre titre je crois fortement qu’on peut redevenir championnes d’Europe !

QUELQUES PETITE QUESTIONS POUR FINIR…

PBF : Et vos ambitions en dehors du basket ?

NJ : J’aimerai bien développer ma propre entreprise après ma « retraite » sportive et j’ai déjà beaucoup d’idées dans la tête. Actuellement, je n’ai pas encore décidé exactement ce que j’allai faire. C’est sûr qu’il s’agira de quelque chose qui me passionne et auquel je prendrai du plaisir à me consacrer.

PBF : Avez-vous un héros/héroine basket ?

NJ : Oui, pour moi ça a toujours été Sasha Djordjevic, le coach de notre sélection nationale masculine, qui est une vraie légende du basket serbe.

 

PBF : Votre meilleur souvenir basket ?…

NJ : J’ai énormement de chance d’avoir vécu tellement de beaux moments dans ma carrière… Mais si je dois en choisir un, enfin deux,  je dirai notre médaille d’or à l’EuroBasket 2015 et notre médaille de bronze à Rio.

PBF : Parlez-nous de votre tatouage, le logo des Jeux ?…

NJ : J’ai décidé de le faire parce que je voulais un souvenir de cette belle expérience. Il s’agit de trois symboles : la statue du Christ (le symbole de Rio), les anneaux olympiques et la date où on a gagné notre médaille de bronze.

Merci à Nevena d’avoir pris le temps de nous répondre avec son planning chargé.
Bonne chance pour le reste de la saison LFB.

Traduction : Rachel Cox

A propos de l'auteur

« Certains veulent que ça arrive, d’autres aimeraient que ça arrive et d’autres font que ça arrive »
A-t-on besoin de préciser son auteur ? Une référence pour n’importe quel basketteur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.