C’était le match tant attendu de la journée, la finale de l’Euroleague, LA compétition européenne de l’année. Et pour cette édition 2017, on pouvait dire que les Bleues étaient bien représentées. Lors du match entre Kursk et Fenerbahce, deux internationales françaises, Hélèna Ciak et Sandrine Gruda. Alors qu’Ekaterinbourg a disposé de Prague en début d’après-midi, quant est-il du côté de la finale ? Réponse dans notre résumé de match. 

Kursk – Fenerbahce

Le début de match est à sens unique, Kursk n’arrive pas à dérouler son jeu, alors que Fenerbahce par le biais de Candace Parker impose clairement son rythme (6 points). Après quatre  minutes de jeu, le club turc mène 0 à 10. Le coach Lucas Mondelo est alors obligé de prendre un temps-mort pour remobiliser ses troupes. Une décision payante puisque Koursk est revenu dans le match. L’écart continue de fondre comme neige au soleil, seulement 3 points de retard. Sur un panier d’Angel McCoughtry (13 points moins de 10 minutes), tout simplement inarrêtable durant ce premier quart-temps, le club russe passe même devant (17-16  à la 9e minute de jeu.). Le score est identique à la fin du premier quart-temps. Pourtant au début du deuxième quart, Kursk semble réellement avoir trouvé sa dynamique, pour preuve un 14 à 3 imposé en seulement 4 minutes… Une faute antisportive sifflée en faveur de Candace Parker relance Fenerbahce qui recolle à 4 unités (31-27 ; 16′).

Même si en soit, ce fait de jeu n’a pas grande importance, Anna Cruz nous a régalés sur une magnifique passe alley-oop pour Nnemka Ogwumike redonnant 6 points d’avance à Kursk (33-27).

Sur un nouveau panier de Candace Parker (13 points en première mi-temps), le club turc revient à un point de Kursk (35-34) mais les coéquipières d’Hélèna Ciak remettent un coup d’accélérateur. Après dix premières minutes très offensives d’Angel McCoughtry (20 points), c’est maintenant au tour de Nnemka Ogwumike d’être sur son nuage… L’écart gonfle grâce à un 9 à 0 imposé. A à la mi-temps Kursk est devant (44-34).

Kursk revient des vestiaires avec énormément d’envie, ne laissant aucune chance à Fenerbahce, faisant tout pour se mettre à l’abri d’un éventuel retour. Alors qu’Anna Cruz inscrit un panier offrant 18 points d’avance à son équipe, Fenerbahce va reprendre du poil de la bête en montrant un tout autre visage. Le jeu est d’abord replacé. Tout va mieux. Elles volent quelques ballons et reviennent à 10 unités de leur adversaire. Le duo Candace Parker (18 points) /Allie Quigley fait des miracles… L’intensité monte alors d’un cran ! Et à la fin du troisième quart, seulement 7 points séparent les deux formations… (62-55).
Les dix dernières minutes s’annoncent insoutenables ! Et pour preuve, Fenerbahce débute parfaitement cet ultime quart-temps. Birsel Vardali, suivie d’Allie Quigley (19 points et 5 rebonds) sur un 3 points assassin ramènent leur équipe à 2 petit points alors qu’il reste 9 minutes à jouer. Un petit passage à vide marqué par la maladresse du club turc relance les coéquipières d’Anna Cruz. (67-60 ; 35’). Nmenka Ogwumike (19 points et 10 rebonds) et Epiphanny Prince (18 points et 7 passes décisives) anéantissent les derniers espoirs du Fenerbahce, et Kursk l’emporte 77 à 63. La maladresse du Fenerbahce (34% de réussite) aura compliqué la tâche pour s’imposer face aux 49% de réussite du club Russe.

Dans cette finale, l’apport d’Hélèna Ciak aura été intéressant, elle termine la rencontre avec 5 points, 4 rebonds, 2 passes décisives et 1 contre en 26 minutes alors que Sandrine Gruda aura été un peu plus discrète (15 minutes, 5 points).

Angel Mcgouthry est logiquement nommée MVP de ce Final Four !!!

(Crédit photo : FIBA)

(Crédit photo : FIBA)

 

A propos de l'auteur

« Certains veulent que ça arrive, d’autres aimeraient que ça arrive et d’autres font que ça arrive » A-t-on besoin de préciser son auteur ? Une référence pour n'importe quel basketteur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.