Décevant cette année, Andre Drummond s’est fait opérer des sinus et se sent mieux physiquement. Le pivot veut combler ses faiblesses aux tirs pour ramener les Pistons en playoffs.

Entre la blessure au genou de Reggie Jackson et les rumeurs de transfert d’Andre Drummond, Detroit a été l’une des équipes les plus décevantes après une qualification pour les playoffs en 2015-2016. Les Pistons n’ont pas su confirmer leur bonne performance cette saison pointant à la dixième place à l’Est. Une période compliquée comme l’explique le pivot dans une interview pour The Vertical.

ll y a eu beaucoup de hauts et de bas l’an passé. Ce n’était pas l’équipe qu’on était censés être. Il s’est passé beaucoup de choses. Beaucoup de blessures. Des gars n’ont pas joué à leur meilleur niveau, et moi le premier. Je n’ai pas joué comme j’étais censé le faire. C’était compliqué pour moi physiquement et mentalement, mais je suis dans un super environnement aujourd’hui.

Pour revenir à son meilleur niveau, le pivot de 24 ans s’est fait opérer des sinus cet été pour résoudre son problème de respiration depuis une blessure à son collège du Connecticut. Un passage difficile pour le joueur et sa famille qui lui permet de se délivrer physiquement.

Me faire opérer est énorme pour moi. J’ai la tête libérée, et je suis vraiment reboosté pour la saison à venir. Pour moi, c’était difficile de respirer à certains moments. Mes sinus étaient pires que d’habitude car je respirais avec une seule narine. Me faire opérer est sans doute la meilleure chose que j’ai faite car je respire mieux, je dors mieux et je suis de loin en meilleure forme. Je suis plus endurant. Je suis capable de garder mon poids. Entre la fin de saison et maintenant, j’ai perdu 8 kilos.

Malgré la volonté de son coach, Stan Van Gundy, de le voir évoluer à l’intérieur du cercle à l’image de DeAndre Jordan, Andre Drummond veut tenter sa chance à l’extérieur et améliorer son tir. Son point faible avec ses 38,1% en lancer franc et 26,3% à 3 points dans sa carrière.

Je me suis vraiment donné à fond cet été pour bosser sur mon jeu. Je shoote mes lancers avec confiance, et je prends des tirs avec confiance. Tant que je réussis des contres de l’autre côté du terrain, il n’a rien d’autre à me dire.

Avec l’arrivée d’Avery Bradley à Detroit, Andre Drummond aura un coéquipier en or. L‘un des meilleurs défenseurs à l’arrière de la ligue et un shooteur qui ne cesse de progresser chaque année. L’ancien Celtic emmènera son expérience pour remettre le pivot sur le droit chemin, direction les playoffs et le All-Star Game comme en 2016.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.