L’affiche de ce Final Four à Sopron en Hongrie s’apparentait pour beaucoup à une finale avant l’heure. Le Dynamo Kursk, invaincu depuis deux ans dans la compétition, était opposé à l’autre ogre russe, Ekaterinburg. La dernière opposition entre les deux équipes, lors de la dernière journée du championnat russe, avait vu l’UMMC gifler son adversaire avec une victoire de 40 points. L’écart n’a cette fois-ci pas été aussi large, mais ce sont bien les coéquipières d’Alba Torrens qui se sont qualifiées pour la finale (84-77).

Le match part sur un rythme très élevé, avec beaucoup de réussite dans les trois premières minutes. Emma Meesseman et Brittney Griner prennent rapidement les choses en main pour Ekaterinburg, tandis que Sonja Petrovic pénètre aisément dans la raquette adverse. Le premier quart-temps se solde sur le score de 21-23 pour Ekaterinburg.

Les deux équipes ne parviennent pas réellement à se départager dans le début du second quart-temps, avec plusieurs runs de chaque côté. C’est néanmoins le Dynamo qui creuse le premier gros écart sur un shoot compliqué de Angel McCoughtry, 41-32. Les joueuses de Miguel Mendez rattrapent cependant leur retard sur la fin de la mi-temps, notamment grâce à Maya Moore. Kursk mène 43-42 à la fin de la première période, portée par McCoughtry (13 points à 5/5 au tir) et Petrovic (10 points, 3 passes, 3 rebonds), pendant que l’adresse derrière l’arc d’Ekaterinburg (62,5%) maintient l’équipe dans le match. Moore compte alors 16 points (à 5/6 à 3pts), Meesseman 12 et Griner 11.

Au retour des vestiaires, Kristi Toliver prend les choses en main côté UMMC, alors qu’Alba Torrens inscrit ses premiers points de la rencontre. Ekaterinburg prend progressivement le large, malgré les efforts de Sonja Petrovic, pour compter 10 points d’avance à la fin du troisième quart-temps (59-69).

Les joueuses du Dynamo ne parviennent pas à faire descendre l’écart à moins de 6 points dans la première moitié du dernier quart. Le match est haché par les fautes, et Nnemkadi Ogwumike laisse de précieux points sur la ligne. Toliver, décidément déchainée dans cette deuxième mi-temps, clôt quasiment les débats avec un gros shoot pour reprendre 10 points d’avance à moins de deux minutes de la fin. Maya Moore plie l’affaire aux lancers, et Ekaterinburg obtient sa place pour la finale de l’Euroleague grâce à une victoire 84-77.

Portée par ses individualités et son cinq majeur, avec 28 points pour Maya Moore, 19 unités pour Meesseman et Griner et 15 pour Toliver, Ekaterinburg retrouvera donc le vainqueur de l’autre affiche Sopron – Yakin Dogu en finale pour décrocher le graal européen.