NBA Flashback – « The Shot » : Vingt-huitième bougie pour 19 secondes devenues légendaires

0

C’est peut-être le meilleur moyen pour un joueur de marquer son temps. Coller un shoot déterminant à la sonnerie d’un match d’une importance cruciale. Ce shoot qui, s’il rentre, il vous envoie à la prochaine étape, sinon directement en vacances. Deux options possibles que beaucoup ont tenté, parfois avec échec, plus rarement sans pitié.

Et il a 28 ans jour pour jour, le 7 mai 1989, il fût un joueur qui préféra la première possibilité. Vous le connaissez sûrement d’ailleurs, un nom que probablement la Terre entière connaît puisqu’il a su marquer les esprits plus qu’avec ce shoot par la suite. C’est évidemment de Michael Jordan dont nous parlons. Et aujourd’hui donc, nous soufflons la 28e bougie de cet instant d’anthologie.

Nous sommes au Game 5 de la série opposant les Bulls de Doug Collins et les Cavaliers de Lenny Wilkens dans un premier tour de Playoffs qui se jouait encore à l’époque au meilleur des 5 matches. Cela fait donc 2 victoires partout entre les deux équipes. Et après un match serré, le suspense grimpera encore d’un cran si ce n’est plus alors qu’il ne reste que 19 secondes au compteur. Cleveland est devant par 98-97 à ce moment du match et c’est le moment que choisit Jordan pour planter un premier tir près du panier, à 45°. Le temps mort est immédiatement demandé bien-sûr, et le retour sera parfaitement exécuté par les Cavaliers et notamment Craig Ehlo (auteur de 24 points ce soir-là, en sortie de banc) puisque ce dernier, après avoir remis la balle en jeu, s’en va droit vers l’arceau en récupérant la gonfle pour terminer sur un lay-up casse-cou mais primé, le tout en moins de 3 secondes. Il en reste alors 3 pour les Bulls, dos au mur, menés 100-99.

Et c’est donc au retour d’un nouveau temps mort que Jordan décide de rentrer dans l’histoire de la NBA, éteignant à lui seul les 20 273 personnes présentes ce soir-là au Coliseum at Richfield, l’ancienne antre des Cavaliers démolie en 1999. Un shoot devenir historique puisqu’il porte même un nom, « The Shot », et qu’on ne peut parler de la carrière de His Airness sans mentionner cet exploit. Malheureusement, les Bulls chuteront en Finales de Conférence face aux Pistons d’Isiah Thomas et Bill Lambeer après une série en 6 matches. Retour donc sur cet instant où le temps s’est littéralement arrêté à Cleveland :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.