Ah, la rivalité entre Bulls et Knicks des années 90… Elle nous manquerait presque. Intensité, défense et trash-talking sur et en dehors du terrain rendaient les oppositions très intéressantes et musclées. Comme cet épisode entre Larry Johnson et Scottie Pippen en 1997.

Les années 90 n’étaient pas seulement les années de l’âge d’or de la NBA : à l’époque, le trash-talking est une partie intégrante du basket. On profite alors d’un jeu rugueux et d’arbitres plus complaisants pour rentrer dans la tête de l’adversaire par des phrases blessantes dites sur ou en dehors du terrain. L’épisode de trash-talking entre Johnson et Pippen se passe en dehors des terrains, par médias interposés.

L’histoire commence au début de la saison 97-98 quand Pippen est interrogé sur l’intersaison de ses rivaux : les Knicks. Cette année-là, New York a acquis Larry Johnson en échange d’Anthony Mason. Pippen juge l’intersaison terrible car, selon lui, l’équipe perd de sa dureté avec cet échange. L’ailier rajoute une couche plus tard dans la saison, s’en prenant directement à Johnson.

« Il est nul à chier. Il devrait aller s’asseoir en tribune à côté de Spike Lee. La seule chose qu’il fait pour cette équipe, c’est d’être leur pom-pom girl »

Mais après la première rencontre entre les deux, c’est à Larry de parler et d’ajouter de l’huile sur le feu vif de cette rivalité. Défendu par Johnson, Pippen ne finit qu’à 14 points, à 4/18 aux shoots. Le Knick s’est logiquement senti pousser des ailes après avoir calmé celui qui était alors quintuple champion NBA. Après le match, il tire à balles réelles :

« Il faut qu’il ferme sa bouche maintenant. La seule chose qu’il a à faire, c’est de donner la balle au 23 (Michael Jordan). C’est son meilleur système. C’est un minable ».

A lire également : Quand Jordan recadrait Shaq pour leur première rencontre

Scottie Pippen ne s’est pas fait prier pour répondre directement :

« Larry ne peut pas défendre donc les Knicks doivent aligner une petite équipe en taille. Et quand je ne suis pas en réussite, il dit que c’est grâce à lui, mais il est probablement l’un des pires défenseurs de la ligue »

Le coach des Knicks d’alors, Jeff Van Gundy, n’avait en tout pas manqué de voler au secours de son joueur dans cette guerre des mots :

« Pippen est un excellent joueur mais il a fait 4/18 sur tout le match. Il dit que Larry est un joueur qui ne défend pas. Moi, je dirais plutôt que Pippen est une autre personne qui le sous-estime »

Cet épisode n’est rien d’autre que quelque de courant pour l’époque, surtout entre Bulls et Knicks. Mais le « 90s basketball » semble bien loin.

Mais aussi : Les meilleurs histoires de trash-talking des joueurs