Publicité

Ils nous parlent basket : Mamadou Sy

Ailier du Saint-Vallier Basket Drôme, passé par Boulazac et champion de France Pro B avec Boulogne-sur-Mer la saison dernière, Mamadou Sy a accepté de répondre à nos questions.

basket-svbd.com
basket-svbd.com

Présentation :

Parlons Basket : Peux-tu te présenter rapidement à nos internautes ?

MS : Je m’appelle Mamadou Sy, j’ai 29 ans. Je suis originaire de la région parisienne et je joue à Saint-Vallier en N1, cette année.

PB : Comment as-tu découvert le basket, et à quel âge ?

MS : J’ai découvert le basket à l’âge de 10 ans en aménageant à Cergy (95) parce que je suis né à Paris même mais j’ai déménagé à Cergy. Avant je jouais au foot mais comme à Cergy il y avait beaucoup de  basket et que j’habitais juste à côté du terrain, je voyais les plus âgés jouer au basket et après avec mes frères, parce que j’ai une famille de basketteurs, on s’est pris au jeu et on a découvert le basket de cette manière.

PB : Peux-tu nous raconter ton parcours de basketteur ?

MS : À l’âge de 15 ans je suis parti de chez moi pour aller au centre de formation de Fos-sur-Mer pendant un an. Ensuite j’ai fait deux ans en espoir à l’ASVEL, après quoi je suis parti aux Etats-Unis pendant deux ans et demi: deux ans au Junior College et après vu que j’avais déjà fait des matches en pro à Lyon, je n’ai pas pu aller directement en université. Il y avait pas mal de démarches à faire donc j’ai pu faire qu’un semestre. Puis j’ai commencé ma carrière professionnelle à Boulazac en Pro B pendant deux ans, ensuite un an à Clermont puis je suis allé à Lille jusqu’à l’année dernière avant de rejoindre Boulogne-sur-Mer et cette année je suis à Saint-Vallier.

PB : Tu as donc fais une partie de ta formation aux USA, que t’as apporté cette expérience ? Quelle est la différence avec le système français?

MS : C’est une belle expérience, c’est un autre style de jeu, même jeune c’est déjà physique, ça courait beaucoup. Cela m’a aussi appris à découvrir une nouvelle culture parce que la vie aux Etats-Unis est différente, j’ai appris à parler anglais car quand je suis arrivé je parlais pas du tout anglais. Il y a beaucoup de points positifs.

PB : Justement dans la famille, plus jeune avec tes frères il devait y avoir des petits un contre un, qui était le meilleur?

MS : Oui, dans la famille on est tous des bons joueurs de un contre un, on aimait bien s’affronter. On s’entraînait souvent ensemble et on s’essaye de s’entraîner encore ensemble et on fait toujours des un contre un même maintenant mais le plus fort c’est Amara (ndlr: Amara Sy, joueur de l’ASVEL en Pro A). On copie beaucoup sur lui donc évidemment c’est lui le plus fort mais on se complique beaucoup la vie, il gagne pas facilement quand même!

De gauche à droite: Amara Sy, Mamoudou Sy, Mamadou Sy et Bandja Sy.
De gauche à droite: Amara Sy, Mamoudou Sy, Mamadou Sy et Bandja Sy.

PB : Lequel perd mais en ayant toujours une excuse?

MS : Non, en général on a pas d’excuses. On est des compétiteurs on aime pas perdre mais quand on perd on essaye de travailler pour faire mieux la fois d’après.

Questions d’actualités :

 

PB : Cette saison, tu joues à Saint-Vallier en N1, quels sont les objectifs du club pour la saison ? Et tes objectifs au niveau personnel, quels sont-ils?

MS : C’est de faire une belle saison et de s’approcher le plus possible de la montée parce que l’objectif du club c’est la montée en Pro B le plus rapidement possible. L’objectif c’est de se donner les moyens d’être dans le haut du classement et 

Match-amical-NM1-26-08-14-002-1

pourquoi pas monter cette année… Même s’il y a beaucoup d’équipes compétitives et qu’on a eu un mauvais début de saison, on commence à être mieux en ce moment et la saison est encore longue donc on continue à prendre les match les uns après les autres et si on gagne tous les matches là on sera bien.

Moi, pour ma part, j’ai envie de faire une grosse saison, j’ai plus d’opportunité en N1 c’est une bonne chose après moi je veux faire ce que le coach et le club attendent de moi et si je parviens à faire une bonne saison il y a plus de chances de faire de bons résultats et mon objectif est plus collectif. J’ai envie de gagner des matchs et monter.

PB : Venir jouer en N1 est-ce un moyen pour toi de te relancer pour essayer de revenir a un niveau supérieur ? 

MS : Oui voilà. Cela fait pas mal d’années que je suis en Pro B mais j’avais un rôle avec à peu près 15 minutes à chaque fois par match donc ici en N1 c’est une chance pour moi de pouvoir me montrer davantage et ainsi essayer de repartir en Pro B avec, pourquoi pas, Saint-Vallier avec un rôle plus important.

PB : Es-tu tenté d’aller jouer dans un autre championnat européen ?

MS : Non pas vraiment. Je n’ai pas eu d’opportunités non plus, je suis bien en France et je suis parti aux Etats-Unis, j’ai fait mon expérience à l’étranger déjà!

 

Quel est ? :

 

PB :  Le coach à remercier ?

MS : Franchement je dirais Germain Castano. Tout joueur aimerait avoir un coach comme lui, il est super sur et en dehors du terrain, c’est un bon gars, bon coach, il est toujours disponible pour ses joueurs. Il sait mettre les joueurs en confiance, quand tu veux faire un entraînement en plus il est toujours présent avec ses assistants aussi. Franchement Germain Castano il est au top!

france3-regions.francetvinfo.fr
france3-regions.francetvinfo.fr

PB : L’adversaire le pire à jouer ?

MS : Oulah… je sais pas… c’est une bonne question ça…

PB : Ton rituel d’avant match ?

MS : Moi avant le match je vais au vestiaires j’écoute de la musique et je fais une petite prière.

PB : Quel style de musique ? 

MSPlutôt Rap… plutôt Rap français même je dirais. Avant les matches j’écoute du Rap français même si en temps normal je suis aussi Hip-Hop et Rap américain.

PB : Ton match référence ?

MS : Je pense à mon match contre Nancy en Coupe de France 2013 avec Boulogne. J’avais mis 14 points et pris 11 rebonds et on avait donc sorti une équipe Pro A.

PB : Ton pire et ton meilleur souvenir en tant que basketteur ?

MS : Mon meilleur souvenir c’est le titre de l’année dernière avec Boulogne, toute la saison même était incroyable avec des bons gars. Une saison magnifique! 

Le plus mauvais ça serait… attends laisse-moi réfléchir… je dirais que c’est le fait que je n’ai pas pu aller en première division NCAA à cause du fait que j’ai joué en Pro avec l’ASVEL quand j’étais en Espoir parce que j’avais signé dans une école, tout était bon jusqu’au moment où ils ont découvert que j’avais déjà joué en Pro, tout est tombé à l’eau… Joué en Université en première division cela aurait peut-être changé ma carrière… ou cela l’aurait aussi peut-être changé en moins bien…

PB : Ta musique du moment ?

MS : En ce moment j’écoute pas mal de trucs anciens, en ce moment je suis dans un délire où j’écoute des trucs anciens avec Le combat continue d’Ideal J, tout le CD. Aussi la semaine dernière j’ai repris l’album de Sefyu: Qui suis-je? Vu qu’il y a pas trop de musiques qui sortent en ce moment, je suis retourné à l’ancienne.tumblr_m7cytk7TBb1qcosg7o1_1280

PB : Ton plat préféré ?

MS : Le Tiep… le Tiep de ma mère. J’essaye de l’imiter (rires), le mien n’est pas encore au top mais ça va, je me débrouille.

PB : Ton film préféré ?

 MS : Scarface.

PB : Michael Jordan ou LeBron James ?

 MS : Michael Jordan.

PB : Quel serait ton cinq idéal ?

MS : Magic Johnson en 1, Kobe en 2, Kevin Durant en 3, Tim Duncan en 4 et Shaq en 5 ! 

PB : Et pour finir, cette saison tu vois qui remporter le titre ?

MS : Je vois les Spurs faire le doublé. Après OKC ont des blessés en ce moment mais avec le retour des blessés ils peuvent faire mal. J’aimerais bien San Antonio ou OKC.

L’équipe Parlons Basket remercie chaleureusement Mamadou Sy pour sa disponibilité et pour avoir accepté de répondre à nos questions !

Interview réalisé par Parlons Basket le lundi 24/11/2014 (téléphone).

France / Europe Interviews / Entretiens NM1, NM2, NM3

En direct : toute l'actu NBA