Publicité

Euroligue : Les Tangos ne sont jamais KO.

Mais quel match !! Dans le stade une ambiance survoltée, le public était encore frissonnant de la performance de leurs joueuses.

(Crédit Photo : Frédéric Lambert)

Pourtant tout n’avait pas commencé sur les chapeaux de roues. Bourges tout d’abord réduit à 8 avec la blessure à la cheville de Marina Tolo, qui l’éloignera des parquets pour au moins 3 semaines, n’était sur le papier pas favori du tout.

Dans le premier quart-temps la tension et la fébrilité étaient palpable. Beaucoup d’approximations et de déchets aussi bien dans les passes que dans les shoots de part et d’autres ; les deux équipes se jaugent. Mais le manque de réalisme de Bourges sous le panier, fera que les filles de Kursk virent en tête en la fin de ce premier quart temps.

Aidée par une présence au rebond ainsi que d’une adresse au shoot Kursk garde la tête. Mais malgré toujours ce manque cruel de réussite dans les shoots et un trop grand nombre de passes gâchées, les Berruyères ne perdent pas pied. À la mi-temps, rien n’est encore fait (31-34). Kursk dégage une  nonchalance impressionnante, également une grande efficacité. Mais du coté de Bourges on peut compter sur une défense de fer, qui sans elle, aurait permis aux russes de grandement prendre le large.

La présence d’Héléna Ciak, muraille infranchissable sous le panneau, les contres et interceptions de Johannah Leedham mais surtout une Paoline Salagnac survoltée en fin de 3eme et début de 4eme quart-temps permettent aux Tangos de prendre l’avantage.

Fragile avantage. Pour l’équipe Russe, une Epiphanny Prince d’une adresse impressionnante dans la conduite du ballon tout comme au shoot, épaulée par Simeone Augustus ainsi que Jelena Milovanović à trois points comme à mi-distance, l’écart ne change pas. Les deux formations se rendent coup pour coup, ce qui fait monter la tension au Prado.

Jusqu’à la dernière minute, l’issue du match reste incertaine. Les Russes possèdent même la balle de match, Prince se retrouve seule sous le panier, mais échoue. Soulagement au Prado, Bourges l’emporte 64 à 62.

En résumé, malgré l’adresse et le réalisme Russe, les Berruyères ont tenu bon. Avec une très solide défense, portée par une Héléna Ciak de gala (MVP du match), une régularité dans la raquette notamment grâce aux 19 points d’Endy Miyem ainsi que Paoline Salagnac, auteure d’un « second souffle » pour son équipe, elles ont su compenser leur fébrilité de chaque début de quart-temps pour au final arracher une belle victoire les conduisant à disputer une belle en Russie..

Prochain match, mercredi pour savoir de qui entre Bourges et Kursk atteindra le dernier carré de l’Euroligue.

LFB, LF2

En direct : toute l'actu NBA