LFB : Bourges et les filles en avaient 13 envie

« On en a tous 13 envie » était la devise du club pour la saison. Et ce soir cette devise est devenue réalité !

(Crédit Photo : Bourges Basket)
(Crédit Photo : Bourges Basket)

Bourges entre dans l’histoire et avec la manière. Bousculé dans la première demi-finale aller par Landes, puis de nouveau tenu en échec dans le premier match de la finale, Bourges a finalement trouvé à chaque fois les ressources pour s’imposer. Ce match aura été 40 minutes de pure intensité, à l’image des duels entre Hélèna Ciak et Ann Wauters, Endy Miyem et Fatimatou Sacko, ou bien encore Megan Mahoney et Jo Leedham. La victoire de Bourges au match deux n’avait en rien émoussé le jeu des nordistes. Les deux équipes verrouillent leurs raquettes avec une défense en fer, comme le prouve le début du dernier quart-temps. Les deux équipes ne scorent pas le moindre points pendant 3min30 de jeu.

Les Guerrières n’ont d’ailleurs jamais aussi bien porté leur surnom, menées de 15 points dans le troisième quart temps, elles reviennent une énième fois et recollent à seulement 2 longueurs de Bourges à une minute trente de la fin du match, ce qui plonge le Prado dans une tension d’anthologie. La balle de match se retrouve dans les mains des Nordistes, Mahoney transmet la balle à Virginie Bremont qui échoue de peu. Bourges l’emporte 51 à 49 sur son parquet et garde son invincibilité à domicile cette saison (Euroligue compris).

Les Berruyères avaient envie de cette victoire historique. Chacun de leurs points étaient fêtés, chaque actions étaient synonymes de levé de banc et de hurlement. Et pour sa dernière soirée dans « l’ancien Prado » les joueuses et les supporter se sont offert une fin historique. Un 13 ème titre de championne de France pour le Tango de Bourges, qui leur permet de rejoindre le club le plus titré en LFB, le CUC.

Ce match n’aura pas été un festival de shoots et d’attaques mais de métier, de défenses, d’interceptions. Les deux équipes ont très bien joués, tous les coups étaient rendus, et la victoire s’est au final joué sur de petits détails !

Du coté des nordistes, Megan Mahoney et Ann Wauters se sont particulièrement illustrées avec respectivement 12 points pour la première, 17 points et 8 rebonds pour la seconde. Pour Bourges le scoring est plus réparti, seule Céline Dumerc (11 points) et Endy Miyem (10 points) ont dépassé la barre des 10 points. Jo Leedham a réalisé un très gros travail défensif, avec 10 rebonds, pendant que Diandra Tchatchouang a enchainé les interceptions (4 au total).

Bourges-ChampionsLFB-PaolineSalagnac-Filet
(Crédit Photo : Cl0_11)

Valérie Garnier s’est exprimée à nos cotés sur cette série de matchs.

Alors oui, on est soulagé. Ça a été très difficile… C’était une série difficile. C’était une finale difficile, donc la victoire n’en est que meilleure.

L’équipe de Parlons-Basket en a profité pour lui parler du match de samedi, concernant la finale de Coupe de France.

Avec une équipe qui va manquer de jeu, de matchs comme Montpellier, qui ne joue plus depuis un petit moment, et nous qui avons un trop plein… Je ne sais pas ce que cela va donner. Il va surtout falloir récupérer.

Diandra Tchatchouang nous a également fait part de sa réaction.

Honnêtement ça fait super plaisir. Gagner avec ce groupe de filles, ce staff, ça fait vraiment plaisir. C’est la concrétisation d’une bonne saison régulière, et d’une bonne saison en générale. On espère remettre ça samedi. Avant, on va bien évidement profiter, se reposer pour aller chercher le dernier titre samedi.

Et enfin Hélèna Ciak s’est exprimée à nos cotés.

Soulagée, rassurée, contente, la pression lâche. Pendant 3m30 on ne score pas, mais on ne peut pas dire que nous ayons eu peur. Nous n’avons pas marqué, mais elles n’ont pas marqué non plus. Elles sont quand même revenus. Vers la fin on a eu chaud, mais on a su bien défendre. Voilà en attaque ça rentre pas, mais je penses pas qu’on est douté une seule seconde. On était juste focalisé sur les consignes que l’on avait à respecter.

Parlons Basket en a profité pour lui rappeler que cela fait deux saisons de suite qu’elle est championne de France…

Honnêtement, je ne réalise pas du tout. En plus c’est deux fois ici. J’ai l’impression que je revis celui de l’année dernière. Et je me dis, non, c’est pas possible.

Voici un reportage photos sur le titre de Bourges.

En direct : toute l'actu NBA