Publicité

Pro A : Philippe Hervé – « On est loin d’avoir fait un mauvais match. »

Vendredi, Limoges se déplaçait à Nancy pour disputer le troisième match de la demi-finale qui les opposait. Il s’est conclu sur le score de 82 à 77 pour les limougeauds.

Philippe Hervé

(Crédit photo : sports.nouvelobs.com)

Pendant le premier quart-temps, Nancy a réussi a imposé son rythme de jeu à ses adversaires qui l’ont, toutefois mené. Limoges a réussi à se défaire des lorrains en ne précipitant pas ses tirs pendant la deuxième période. A la mi-temps, ils menaient de sept points (33 à 40). Après la pause, les limougeauds retombent dans leurs travers ce qui permet aux hommes d’Alain Weisz de mener le champion en titre de quelques points pendant quelques minutes. Le CSP reprend les commandes du match pour de bon. Des acteurs du match ont livré leurs impressions au site lequipe.fr. Philippe Hervé, entraîneur de Limoges, était satisfait de l’issue du match :

«Je suis content car on a gagné un match difficile. J’étais convaincu que ce serait compliqué alors que tout le monde avait dit et écrit qu’il n’y aurait pas de match. Nancy avait une énorme détermination qui ne m’a pas surpris. Adrien Moerman, qui était touché au dos, a eu du mal à se mettre dedans défensivement. Et on n’a pas bien géré les premières minutes. Mais on est loin d’avoir fait un mauvais match, il a fallu combattre, je suis satisfait d’avoir vu un groupe qui n’a pas lâché face à un adversaire valeureux. Et je suis content que Nancy termine sa superbe saison sur ce match-là. Cela aurait été un sérieux candidat pour le titre s’il n’avait pas eu toutes ses blessures. Maintenant, on s’attaque en finale à Strasbourg, l’Everest du Championnat.»

Adrien Moerman, intérieur de Limoges et MVP de la rencontre, a su se projeter dans l’avenir :

«On savait que Nancy allait être revanchard. On s’est fait un peu peur. Nancy était diminué mais ce sont des basketteurs, pas des joueurs de ping-ping. La confiance est là, il faut continuer à la garder. Il n’était pas évident d’aller deux fois de suite en finale. Mais Strasbourg sera plus dur à jouer que Nancy. Par moments, on a des oublis défensifs qu’il faut rectifier. Face à Strasbourg, cela va être une belle finale. Si on a cette mentalité de ne rien lâcher et de défendre, on peut aller loin.»

Alain Weisz, entraîneur de Nancy, reconnaissait la supériorité de l’équipe adverse :

«Il n’a pas manqué grand-chose, on les a gênés mais il fallait être fort pour battre Limoges. Les joueurs qui étaient sur le terrain ont fait le maximum mais on était diminués. La perspective de qualification était difficile à envisager et on n’a pas abandonné. Ce n’est pas une mauvaise fin.»

Betclic Elite France / Europe

En direct : toute l'actu NBA