Publicité

NBA – Russell Westbrook, un leader né ?

Depuis le départ de Kevin Durant cet été dans la baie de San Francisco, la franchise a totalement donné les clés du camion à Russell Westbrook. Démarrant une saison tonitruante avec 31,2 points, 9,9 rebonds et 11,2 passes décisives de moyenne, statistiquement parlant, le marsupilami est au dessus du soleil. Mais c’est clairement dans le leadership que ce dernier veut évoluer. 

Et pour améliorer sa capacité à diriger une équipe, Russell Westbrook veut prendre soin de ses coéquipiers tout en les préparant au maximum pour la saison.

« Je regarde absolument tout. Je fais attention aux gars, voir si leur taux de confiance est élevé et s’ils sont bien engagés dans le jeu. Je fais juste attention à tout sans me soucier de moi-même. Juste m’occuper des gars tout en m’assurant qu’ils sont prêt à jouer et qu’ils savent ce qu’il va se passer. »

Mais pour arriver à être un leader, il fallait que le meneur du Thunder se prouve à lui même mais aussi à l’équipe qu’il en était capable et pour arriver à cette ligne directive il fallait tout simplement montrer l’exemple.

« Ce n’est pas une question d’être à l’aise. C’était plutôt d’être capable de me le prouver à moi même afin que les gens m’écoutent et me suivent qu’importe le match. Parce que tu ne peux pas demander à quelqu’un de faire quelque chose, si toi même tu ne le fais pas. Si tu ne donnes pas tout chaque soir, tu ne peux pas demander aux autres d’en faire autant. »

Si la pile électrique d’OKC a encore quelques progrès à faire, certains de ses coéquipiers sont déjà ravis de son attitude et de son implication au sein de l’équipe.

« Il m’aide à chaque match avec ma confiance. » explique Domantas Sabonis. « Il m’a dit de tirer plus à chaque fois que je recevais la balle. Si je manque quelque chose, il vient vers moi et me réconforte. L’avoir dans le jeu signifie beaucoup pour moi. »

Déjà à la tête de l’équipe en 2015, Billy Donovan ne se rappelle pas d’avoir vu un Russell Westbrook passif dans le leadership au contraire.

« Je ne l’ai jamais vu ne pas être un leader. Mais je pense que lorsque vous avez une collection de joueurs – que ce soit avec un Kevin, un Serge Ibaka, un Nick Collison, un Russell – dans une telle organisation les responsabilités sont forcément partagées. Non pas que Russell a changé mais que l’équipe entière a changé et je pense que les gars attendent beaucoup plus de lui. »

Mais Billy Donovan pense que Russell doit prendre en compte ses propres erreurs car c’est ce qui fait l’âme d’un leader.

« Il fait des erreurs. Et je pense qu’en tant que leader il doit être capable de se dire : ‘C’était de ma faute. J’ai fait une erreur’. Mais il essaye aussi d’élever le niveau de jeu de tout le monde. Il essaye d’insuffler de la confiance ».

Alors certes Westbrook fait encore quelques erreurs… oui ses pertes de balles sont parfois élevées pendant les matchs et certaines actions et sélections de tirs laissent à désirer mais doit-on jeter la pierre à un joueur qui se donne corps et âme sur le parquet pour tirer son équipe vers le haut ? Doit-on fustiger un joueur qui est prêt à gaspiller toute son énergie jusqu’à la dernière goutte pour voir son équipe atteindre les playoffs ?

Sa capacité à diriger une équipe va sans doute évoluer de plus en plus au fil des matchs et il va de soit que ses erreurs lui serviront sûrement de leçon pour les années à venir. En tout cas, une chose est sûre, un joueur aussi athlétique et talentueux prêt à tout pour livrer une bataille acharnée sur le terrain ne court pas dans tous les gymnases.

Source : The Oklahoman

 

NBA 24/24

En direct : toute l'actu NBA