Pro A : Premier bilan après 10 journées !

Après 10 matchs joués voici donc un premier bilan de ce championnat de Pro A.

Nous en faisions nos favoris en début de saison et ils n’ont pas déçu. Les joueurs de la principauté sont les leaders incontestables de cet exercice 2016/2017.
Avec 9 victoires et 1 défaite (à Nancy) ils sont logiquement en tête. Jamal Shuler mène merveilleusement bien son équipe. Autour, les Galdyr, Bost, Ouattara, Caner-Medley et la nouvelle recrue Bryant, se répartissent parfaitement les rôles. Monaco a de quoi voir venir et peu d’équipes parviendront à les accrocher s’ils continuent ainsi.

Derrière Monaco, 3 équipes se détachent : Chalon sur Saône, Nanterre et Pau-Lacq-Orthez.

C’était notre outsider et il mérite amplement sa seconde place. L’Elan Chalon réalise un formidable début de saison. Agressif en attaque, solide à tous les postes, l’effectif concocté par les dirigeants Chalonnais est remarquable. Le trio Fall, Roberson, Harris est capable de tous les exploits et s’entend à merveille.
Avec 8 victoires pour 2 défaites, les rouges réalisent leur meilleur départ et peuvent continuer à viser très haut !

Dans l’ombre de l’ASVEL, de la SIG ou du CSP, Nanterre continue d’avancer. Malgré le départ de Mam Jaiteh à l’intersaison, les verts ont su recruter intelligemment. Schaffartzik est revenu au club. Morency amène sa fougue. Warren est le leader en attaque. Butterfield fait partie des meilleurs tireurs à 3 points. Et, les jeunes comme Mathias Lessort et Hugo Invernizzi  sont en pleine éclosion ! Actuellement 3ème, les Nanterriens n’ont rien, ni personne à craindre !

Pour la première fois en 11 ans, l’EBPLO a été provisoirement premier de Pro A avant de reculer à la 4ème place.
Avec la perte de ses 4 meilleurs joueurs, on craignait une saison compliquée pour les Béarnais. Mais c’était sans compter sur le coach Eric Bartecheky pour rapidement mettre en place sa nouvelle équipe. Avec D.J Cooper, Alain Koffi, Antywan Robinson, Ron Lewis ou encore Vitalis Chikoko fraichement arrivés, il a su former un groupe capable de rivaliser avec n’importe quel adversaire.
D.J Cooper réalise une saison fantastique. Marqueur, passeur, organisateur, clutch quand il le faut, le petit meneur palois est pour l’instant favori au titre de MVP.

Derrière ce premier carré convaincant, 6 équipes sont à l’équilibre : Paris-Levallois, Le Mans, Châlons-Reims, Lyon-Villeurbanne, Strasbourg et Limoges.

Les Parisiens ont réalisé un bon début de championnat avant de subir quelques revers. Louis Labeyrie revient en forme. Fred Fauthoux parvient à faire des miracles avec ce groupe. Ce démarrage est convaincant !

Le Mans est décevant. On avait misé mieux, surtout après un bon recrutement : Watson, Yeguete, Pearson, Hanlan ! Cette équipe a fière allure sur le papier. Ils ont su garder leurs cadres avec Gelabale, Amagou, Konaté, ou encore le néo-drafté Cornelie. C’est pourquoi on espérait mieux. Il faudra se méfier de cette équipe qui va progresser et risque de jouer les trouble-fête jusqu’au bout.

Les Champenois sont là, à l’affut. Après un grand remaniement et l’arrivée de nombreux joueurs issus de la pro A (Cain, Choquet, De Jong, Pain, Smith, Vasl), l’équipe de Châlons-Reims a tout de même montré de belles choses. Mais la régularité reste son point faible.

Après son titre de champion et l’euphorie qui va avec, on attendait l’ASVEL au top cette saison. Malgré les départs de Ware, Jean-Charles, Andersen et Lighty, les Lyonnais ont fait venir des joueurs de qualité : Uter,  Hodge, Vaughn, Bandja Sy, Dragovic …
On sent du mieux mais il faudra savoir s’imposer dans les grands rendez-vous. Peut-être quelques recrues à venir pour la team Parker ?

Strasbourg qui a aussi vécu un grand ménage à l’intersaison, a eu les plus grandes difficultés à se lancer. Timorés, manquant d’efficacité, ils ont fait un début de saison catastrophique; si bien que les dirigeants se sont séparés de l’entraineur Henrik Dettmann et ont rappelé à la rescousse Vincent Collet.
Depuis le retour de Collet aux affaires et de Matt Howard à l’intérieur, cela va beaucoup mieux pour la SIG. Elle remonte petit à petit au classement. Le trio Slaughter, Walker , Pape Sy commence à faire des étincelles. Mam Jaiteh continue sa progression et le longiligne Finlandais Murphy dégaine à 3 points. Encore quelques réglages et les Alsaciens continueront à jouer les premiers rôles.

Un peu à l’image de la SIG, le CSP nous a habitué à bien mieux. Dure mission pour le président Fred Forté avec les départs de nombreux joueurs cadres, le chantier était immense.
Beaucoup de joueurs sont arrivés d’horizons divers. Avec seulement 11 joueurs pros, l’effectif est moins clinquant qu’à l’accoutumée.  Espérons pour les supporters limougeauds que les nouvelles recrues trouvent rapidement leur rythme car le calendrier jusqu’à la fin des matchs aller et loin d’être simple … (Ils iront à l’ASVEL, au Mans, à Pau et recevront Monaco)

En retrait, un groupe composé de Gravelines-Dunkerque, Hyères-Toulon, Dijon, Cholet, Orléans est à 4 victoires pour 6 défaites.

Le BCM a perdu Andrew Albicy, l’âme de cette équipe ainsi que Pape Sy. Pourtant sur le papier, cette équipe a fière allure : Cobbs, Gibson, Cel, King ! Mais la mayonnaise ne prend pas. Le jeu collectif des Nordistes a été totalement absent. On a parfois vu de belles choses individuellement mais collectivement cela reste insuffisant et trop irrégulier. Il faudra montrer plus d’envie de jouer ensemble et peut être un système différent. King n’a pas été conservé, son apport a été jugé insuffisant. Récemment, le BCM a recruté pour la saison Henri Sek, bon joueur en provenance de Pau (il remplaçait Yannick Bokolo blessé et finira la saison dans le Nord).

Le promu Hyères-Toulon nous fait plaisir, les français de son effectif également : Michineau, Chassang, Prénom se font agréablement remarqués. S’ils continuent ainsi, ils devraient parvenir à poursuivre l’aventure en Pro A sans grande difficulté.

Dijon … après un bon début de saison, la machine semble s’enrailler. Pourtant, les dirigeants ont pour une fois su garder leurs joueurs. On attend vraiment mieux de cette équipe.

Avec un effectif réduit, Cholet semble glisser peu à peu vers le fond. Même si Noel, Swann ou encore Rodriguez ont réalisé de bonnes performances, l’ensemble est un peu léger.
Du renfort expérimenté serait le bienvenu dans cette équipe historique de notre championnat.

La saison s’annonçait compliquée pour Orléans. Le point d’interrogation « Nivins », qui, après une saison sans jouer, a donné sa réponse. Pour l’instant, ce n’est pas le Nivins que l’on a pu connaitre avec Poitiers ou Pau (15min, 4,9 points, 2,1 rebonds en 10 matchs), dominant la peinture et capable d’actions spectaculaires. Espérons pour lui qu’il retrouve au plus vite son niveau. Avec un bon Nivins, cela changerait bien des choses pour Orléans. De plus, la blessure du meneur Antoine Eito (il a manqué 4 matchs) n’a vraiment pas aidé …

Le Portel et Antibes sont à seulement 3 victoires pour 7 défaites.

Le Portel a un peu plus de mal que son compère Hyères-Toulon dans cette saison d’apprentissage. L’effectif proposé est également plus court. Mais ces débuts sont encourageants.
Les Vikings ont longtemps tenu tête à des équipes telles que Monaco, Pau et Strasbourg !
Ils ont été chercher deux victoires à Cholet et à Nancy. Ils ont également remporté leur premier duel face au HTV, cette fois à domicile.

Beaucoup de spécialistes annonçaient les Sharks en bas de classement et malheuresement, après 10 matchs, Antibes est relégable. Le départ de Fall leur a fait beaucoup de mal.
Pourtant ils ont réalisé une bonne préparation, gagnant la plupart de leurs matchs. Ils ont également su conserver Tim Blue et Will Solomon. Espérons que les nouvelles recrues s’expriment mieux et qu’Isaia Cordinier nous montre un peu plus tout son talent !

Nancy ferme la marche avec 2 victoires pour 8 défaites.

Après avoir fini 15ème l’an passé, le temps était à la reconstruction. Exit les frères Pietrus, le guerrier Randal Falker. Mais, dans la continuité de la saison passée, l’alchimie n’est pas là. Pourtant seule équipe à avoir fait chuter Monaco, le SLUC ne parvient pas à avancer. Il va falloir rapidement redresser la tête et surtout croire en soi pour obtenir des victoires. La saison est longue, rien n’est encore joué.

Betclic Elite

En direct : toute l'actu NBA