NBA – Faute flagrante, expulsions, menaces… : grosses tensions entre Utah et Minnesota

Le match qui opposait le Utah Jazz aux Minnesota Timberwolves cette nuit fut disputé, et pas seulement au niveau du score.

Qui a dit que la NBA était devenue soft ? Cette nuit, une suite d’accrochages a eu lieu lors de la rencontre entre Utah et Minnesota. Les premières tensions apparaissent dès la première mi-temps, lorsque Karl-Anthony Towns est expulsé pour une deuxième faute technique après avoir râlé un peu trop fort sur un arbitre pour réclamer une faute. C’est la première expulsion de sa carrière, et à quelques secondes de la mi-temps, les Wolves doivent composer sans leur star.

Après le conflit arbitre-joueur, on passe à la suite. Alors que Ricky Rubio amorce une contre-attaque, Jeff Teague arrive à pleine vitesse sur lui et l’envoie au sol d’un puissant coup d’épaule. Une faute flagrante qui ne manque pas d’agacer l’espagnol et qui créé un mouvement de foule sur le terrain. Une opposition forcément spéciale lorsqu’on sait que Teague a pris la relève de Rubio à Minnesota au poste de meneur. La faute flagrante est considérée de niveau 2 et l’ancien Hawk est renvoyé au vestiaire à son tour.

Une faute qui change l’atmosphère du match, les tensions entre les deux équipes se faisant alors ressentir. À l’image de cet échange verbal véhément entre Jae Crowder et Tom Thibodeau, lors duquel les deux hommes semblent s’envoyer quelques politesses.

https://www.youtube.com/watch?v=WF7ISfSWPYM

Des images qui ne manquent pas de faire réagir un absent. Un certain Jimmy Butler, qui se sert alors de son compte Twitter pour venir en aide à ses coéquipiers. Après avoir approuvé le geste pourtant dangereux de Jeff Teague, il s’en est alors pris à Crowder :

Jae, éloigne-toi de mon coach. Tu veux pas d’embrouille non plus.

Une provocation à laquelle l’ailier rugueux du Jazz a tenu à répondre après le match :

https://twitter.com/CJC9BOSS/status/969823360455602176

Je m’embrouille pas sur Twitter, je te laisse ça. Mais tu as mon numéro de téléphone et tu connais mon adresse. Tu connais la suite de l’histoire.

Des « menaces » échangées sur les réseaux sociaux par les deux joueurs, mais tout cela ne semble être qu’une bonne partie de trash-talking sans inimitié. Les deux joueurs sont amis et ont joué ensemble à la fac de Marquette pendant un an. Sourire aux lèvres dans les vestiaires, Crowder a tenu à relativiser leur prise de bec au micro d’un journaliste du Deseret News :

C’est un compétiteur et un trash-talker à la fois. Il aurait aimé être là et jouer un match comme ça, et c’est probablement ce qui le ronge. Il souhaite être sur le terrain et se battre avec avec ses gars. C’est mon gars.

Tout est bien qui finit bien, mais les deux équipes se rejouent le 1er avril et les retrouvailles risquent d’être bouillantes. Avant de peut-être se retrouver en playoffs, qui sait ?

Les dernières actualités