Un an avant « The Shot », Michael Jordan était déjà occupé à martyriser Cleveland. Le 8 mai 1988, il bouclait la série du premier tour des playoffs sur le score de 3 à 2, après avoir marqué 226 points. Oui, vous avez bien lu : 226 points en 5 matchs.

On a parfois tendance à l’oublier, mais Michael Jordan est avant tout un scoreur, un assassin du scoring, au sang-froid inébranlable et au talent hors-pair.

Avant de diversifier son jeu et d’enfiler les bagues, MJ a passé la majeure partie des années 80 à mettre des cartons sur la tête de tout le monde, bouclant même la saison 1986-87 avec plus de 37 points (!) de moyenne. Au printemps 1988, après un nouveau titre de meilleur marqueur de la saison régulière largement acquis (35 unités par match), Jordan croise la route des Cavaliers au premier tour des playoffs, dans une série au meilleur des 5 manches.

Chicago remporte les 2 premiers matchs à domicile, et comment aurait-il pu en être autrement ? Lors du 1er match, Michael Jordan donne le tempo en marquant 50 points. Dans cette partie, il est défendu par Craig Ehlo à cause d’une blessure qui avait empêché de Ron Harper de jouer. Après le match, Harper déclare :

Il ne marquera pas 50 points sur moi, je vous le garantis

A lire également : 7 mai 1989, Michael Jordan plante « The Shot » face à Cleveland

Raté. Ron Harper est bel et bien dans le short de Jordan pour le game 2, mais qu’importe. MJ inscrit 55 points, devenant ainsi le premier et seul joueur de l’histoire à marquer plus de 50 pions lors de deux matchs consécutifs en playoffs. Le GOAT fait ça bien : il shoote à plus de 50% (43/80) et à 100% aux lancers.

Cleveland gagne les matchs 3 et 4 à la maison, malgré 38 et 44 points de Jordan. Il faut donc disputer un match décisif au Chicago Stadium, comme ce sera le cas un an plus tard à Cleveland au moment du Shot. Malgré un départ délicat (35-23 pour les Cavs après un quart-temps), les Bulls reviennent dans la partie et gagnent 107-101 derrière 39 points de Jordan. Il finit donc la série avec 226 points au compteur (45,2 par match), un record pour une série en 5 manches.

Michael Jordan, tout simplement.

Mais aussi : 20 avril 1986, « C’était Dieu déguisé en Michael Jordan »