Cette semaine, nous nous penchons sur la carrière de Kayla McBride, jeune arrière bourrée de talent.

Née en 1992 en Pennsylvanie, l’arrière n’aura pas perdu de temps pour faire parler d’elle dans la Ligue. Au contraire de ses homologues masculins, et comme beaucoup de ses collègues de WNBA, Kayla McBride étudie à l’université pendant quatre années avant de se présenter à la Draft. Elle choisit l’université de Notre Dame dans l’Indiana. Là-bas, sa progression est visible année après année. Malheureusement pour elle, son équipe échoue chaque année à remporter le titre, malgré deux finales disputées et quatre années consécutives dans le Final Four.

McBride se présente donc à la Draft WNBA 2014. Elle est choisit en troisième position par les San Antonio Stars. Après une saison rookie à 13 points de moyenne elle élue dans le meilleur cinq des débutantes et échoue à la troisième place dans la course pour le trophée de Rookie de l’Année. De plus, les Stars se qualifient pour les playoffs, mais sont éliminées dès le premier tour. Pour sa deuxième saison, McBride affiche des statistiques en hausse et est conviée au All-Star Game, pourtant son équipe ne se qualifie pas pour les playoffs. Sa troisième saison sera faite de hauts et de bas : avec 17 points, 4 rebonds et 2 passes de moyenne, elle affiche ses meilleures moyennes en carrière, mais une blessure au pied la stoppe dans son élan, ainsi elle ne dispute que 17 matchs. En 2017, elle retrouve la santé et continue sur lancée avec 15 points et 4 rebonds de moyenne. Néanmoins, les Stars sont engluées, années après années dans les bas-fonds du classement de la Ligue. Ainsi le talent de McBride n’est pas forcément reconnu à sa juste valeur.

L’année 2018 marque un changement de décor pour Kayla McBride et ses coéquipières, en effet la franchise déménage à Las Vegas et prend le nom des Aces. Sous ces nouvelles couleurs, l’arrière de 26 ans s’illustre, elle affiche pour le moment 19 points, 4 rebonds et 3 passes de moyenne, tout en tirant avec les plus hauts pourcentages de sa carrière : 46% dont 40% à trois points. Avec un bilan de 10 victoires pour 13 défaites pour le moment, les Aces ne sont toujours pas dans les meilleures équipes de la Ligue, mais ses joueuses peuvent nourrir de grandes ambitions pour le futur, grâce à l’arrivée d’A’ja Wilson (1er choix de la Draft 2018) dans l’effectif.

Cette saison, en Europe, McBride a atteint le Final Four de l’EuroLeague, elle était par ailleurs la meilleure marqueuse de la compétition avec 18.7 points par match. (FIBA)

En parallèle de la WNBA, McBride fait également le pari de disputer les championnats européens. Ainsi, après Sopron en Hongrie, et Orenbourg en Russie où elle ne reste qu’une année à chaque fois, la joueuse des Aces rejoint la Turquie et Yakin Dogu pour la saison 2016-2017. Elle y remporte la Coupe de Turquie ainsi que l’EuroCup, et décide donc de poursuivre son aventure dans ce même club pour la saison 2017-2018 où elle retrouve une certaine Sandrine Gruda. Malheureusement, après la fin du championnat turc, le club annonce la cessation de ses activités. Kayla McBride n’a pour le moment pas fait d’annonce concernant sa prochaine destination.

Avec l’équipe nationale elle n’a pas encore eu sa chance, à part avec les jeunes où son seul fait d’armes se limite à une médaille d’or lors du championnat des Amériques U18 en 2010. Toutefois, sa progression constante laisse penser qu’elle aura tôt ou tard sa chance avec la Team USA.

Ainsi, Kayla McBride est encore jeune et a donc le temps pour marquer son sport de son empreinte, les progrès qu’elle montre au fil des années, que ce soit à la fac ou en WNBA, montrent sa capacité à se surpasser. Néanmoins, le doute est permis quant aux chances de titre que peut lui offrir sa franchise actuelle.

Focus 1 : Diana Taurasi, la légende américaine

Focus 2 : Sue Bird, meilleure passeuse de l’histoire de la Ligue

Focus 3 : Elena Delle Donne, l’histoire est en marche