NBA – Cliff Robinson s′exprime sur l’étroite relation entre cannabis et sport de haut niveau

Clifford Robinson devant une importante plantation de cannabis dans l'Oregon

L’ancien joueur NBA, Cliff Robinson, a révélé qu’il consommait du cannabis pendant ses années dans la Ligue, pour lutter contre l’anxiété. L’ancien All-Star est formel : il n’aurait jamais pu connaître cette longévité (1989-2007) sans l’usage de la marijuana.


Clifford Ralph Robinson peut se targuer d’être resté 18 saisons en NBA. Il possède notamment un palmarès tout à fait correct avec : un titre de sixième homme de l’année en 1992-93, deux sélections dans la All-Defensive Team et une nomination au All-Star Game, lorsqu’il jouait chez les Blazers en 1993-94.

Ainsi, « Uncle Cliffy » s’est entretenu avec Chris Kudialis, du Las Vegas Sun, à l’occasion de la Cannabis Science Conference de Portland. L’ancien intérieur s’est exprimé sur sa consommation de cannabis avant les matchs et les entraînements tout au long de sa carrière :

Si tu joues 18 ans en NBA et que tu disputes les 82 matchs ou presque, tu vas avoir des problèmes d’anxiété et ta capacité à te relaxer va également en pâtir.

De nombreux athlètes des différentes ligues sportives, majeures (NBA, NFL, MLB, NHL, etc…) ont déclaré préférer la marijuana à des fins médicales plutôt que les analgésiques sur ordonnance. De plus, les États américains sont de plus en plus favorables à l’idée de légaliser la weed, et les confessions des joueurs s’ajoutent à ce soutien croissant. La NBA et la NFL sont strictes à ce sujet et pénalisent leurs joueurs, même en cas de petites doses de tétrahydrocannabinol (THC). De leur côté, la MLB et la NHL sont plus permissives, et laissent davantage de liberté aux sportifs.

Plus tôt dans l’année, Kenyon Martin affirmait que 85% des joueurs NBA fument de l’herbe dans leur vie privée. Matt Barnes, récemment parti à la retraite, a également avoué que les présidents, les coachs, et même les directeurs généraux, comptaient sur le cannabis pour lutter contre l’impitoyable pression mentale et physique qui réside outre-Atlantique.

Ainsi, Adam Silver est ouvert à la révision des politiques de la ligue en matière de marijuana à des fins médicales. Il reste à voir si les changements se produiront la saison prochaine, mais le fait d’en parler ouvertement plutôt que d’être un sujet tabou, est un pas dans la bonne direction pour les partisans de l’utilisation du cannabis dans un cadre médical.

Cliff Robinson, Kenyon Martin et Matt Barnes ont plus de liberté pour en parler maintenant qu’ils sont à la retraite et ne risquent plus d’être les cibles d’une amende ou d’une suspension. Si plus d’études peuvent soutenir leur affirmation, la marijuana médicale peut sûrement changer le paysage de la NBA pour les années à venir. Si ça nous permet de voir les meilleurs joueurs de la planète sur les parquets pendant près de 20 ans, on dit oui !

À lire également : Kenneth Faried arrêté en possession de cannabis

NBA 24/24

En direct : toute l'actu NBA