Russell Westbrook ne disputera pas le training camp à venir et manquera la pré-saison, la faute à un genou droit une nouvelle fois douloureux. Faut-il s’inquiéter sur le long terme concernant l’état du MVP 2017 ?

La nouvelle a eu l’effet d’une petite bombe ce mercredi soir : Russell Westbrook a été contraint de se faire opérer au genou droit après des douleurs survenues la semaine passée. Le meneur du Thunder sera réévalué dans quatre semaines afin d’en savoir plus, mettant en doute sa participation au premier match de saison régulière face aux Warriors le 16 octobre prochain.

Malheureusement pour tout l’Oklahoma, au-delà de la simple arthroscopie qu’il vient de subir, c’est encore une fois le genou droit de Westbrook qui est meurtri. La saison passée, c’est ce même genou qui avait subi une injection de PRP (plasma enrichi en plaquettes), forçant alors le meneur à rater encore une fois le début du training camp. Au total, en ajoutant cette nouvelle opération, Russell en est donc à sa quatrième intervention sur ce genou droit. Petit retour en arrière.

Sa période la plus marquante reste l’année 2013/14. Touché en playoffs après un contact avec Patrick Beverley, le ménisque du genou droit de Westbrook est alors touché. Le début d’une longue galère. En l’espace de 9 mois, le meneur d’OKC va connaître trois opérations, dont deux arthroscopies. S’il n’a manqué que cinq matchs ces trois dernières saisons, il n’a pris part qu’à 46 matchs lors de la saison 2013-14. Un cauchemar pour un tel compétiteur. Cela faisait donc plus de quatre ans que Westbrook semblait débarrassé de ses soucis.

Mais on le sait finalement, à la manière de Derrick Rose, le natif de Californie n’est pas vraiment connu pour son jeu calme et posé. Amateur de dunk rageur, de spectacle en tout genre et d’une détermination sans failles, Russell Westbrook sollicite énormément son corps. Et même s’il est souvent considéré comme un OVNI dans le genre physique, cette nouvelle vient rappeler qu’il est encore bien humain et que même lui, n’est pas à l’abri des blessures.

Deux problèmes se posent finalement. Le premier, son âge. Le 12 novembre prochain, Russell Westbrook fêtera ses 30 ans. Et c’est bien connu, la santé va rarement en s’arrangeant à cet âge-là. Le deuxième, son contrat. Pour 205 millions de dollars pour cinq années supplémentaires, Westbrook a prolongé l’année passée avec sa franchise de toujours. Son nouveau montant prendra effet cette saison puisqu’il touchera plus de 35 millions, pour toucher potentiellement plus de 46 millions de dollars d’ici 2023. Alors forcément, cette nouvelle opération au genou a de quoi inquiéter.

Réévalué dans quatre semaines, le Thunder ne devrait certainement pas précipiter le retour de son meneur. Cette phrase est encore plus vraie que l’année passée quand on sait que la franchise d’Oklahoma a récupéré Dennis Schroder durant l’été. Un starter qui devrait être un sixième homme de luxe cette saison. Mais en attendant le retour de Westbrook, l’ancien joueur des Hawks devrait donc être promu.

La sonnette d’alarme ne peut évidemment pas être tirée trop tôt, mais compte-tenu de son âge et des soucis répétés, il y a de quoi se poser quelques questions concernant le long terme et la santé du meneur. Son genou montre des signes de faiblesse et son jeu ne devrait pas favoriser quoi que ce soit.

Mais après tout, trois opérations en quelques mois n’ont pas empêché le Russell de devenir MVP et d’effectuer deux saisons de suite en triple-double de moyenne. Du côté physique, le marsupilami est donc toujours capable de nous surprendre.

A lire également : Dennis Schroder veut apprendre de Russell Westbrook