NBA – Les joueurs qui ont réussi le 100%, ou « perfect absolu »

0

Le « perfect absolu » en NBA, entendez par cela le fait de rendre une copie statistiquement parfaite, sans le moindre tir raté. Découvrez ces joueurs all-time qui, le temps d’un match, ont été touchés par la grâce sportive.

Le match parfait, un rêve qui reste inatteignable pour beaucoup de joueurs. Ils sont pourtant un nombre non-négligeable à avoir réussi l’exploit de boucler un match NBA sans rater le moindre shoot. Si on ne considère que les joueurs ayant pris 10 tirs minimum dans un match, ils sont 76, un nombre plutôt élevé.

Le patron ? Wilt Chamberlain, qui a réussi à marquer 42, 37, 34 et 32 points sans manquer le moindre tir. Le premier de ces matchs, disputé en 1967 face à Baltimore, n’est d’ailleurs pas loin d’être surhumain : 42 points (18/18 au tir), 30 rebonds, 10 passes décisives. 

A lire également : La zone, un état mental rarissime qui transforme certains joueurs le temps d’un match

Parmi cet afflux de joueurs ayant réalisé la performance (la plupart en prenant 10 à 12 tirs), ils sont beaucoup moins nombreux à avoir terminé un match en ne manquant ni tir à 2 points, ni tir à 3 points, ni lancer franc. Ils ne sont d’ailleurs que cinq, en plus de Chamberlain, à inscrire leurs noms dans cette prestigieuse liste :

  • Thomas Bryant vs Phoenix, 2018 – 31 points (14/14 au tir, 3/3 au lancer), 13 rebonds, 2 passes
  • J.J Redick vs Dallas, 2018 – 28 points (10/10 au tir dont 7/7 à 3 points, 1/1 au lancer), 4 passes
  • Gary Payton vs Cleveland, 1995 – 32 points (14/14 au tir dont 1/1 à 3 points, 3/3 au lancer), 6 passes, 5 rebonds
  • Charles Barkley vs San Antonio, 1989 – 31 points (10/10 au tir dont 2/2 à 3 points, 9/9 au lancer), 6 passes, 7 rebonds
  • Chris Mullin vs Miami, 1990 – 28 points (11/11 au tir dont 1/1 à 3 points, 5/5 au lancer), 5 passes, 3 rebonds

De quoi mettre en lumière la superbe performance de Thomas Bryant cette nuit face aux Suns, pendant que Bradley Beal marquait lui aussi l’histoire des Wizards et que John Wall regardait tout ça depuis le banc. 

Mais aussi : Les plus grands Big 3 de l’histoire de chaque franchise

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.