La performance de Théo Maledon restera à jamais gravée dans les archives du basket français. A 17 ans, le meneur de l’ASVEL est monté à plus de 20 d’évaluation.

A 17 ans et 176 jours, Théo Maledon a régné sur la rencontre entre le LDLC ASVEL et Fos-sur-Mer. Il a guidé les Villeurbannais vers un large succès (88-64). Ses statistiques ? 15 points à 6/7 aux tirs, 4 rebonds, 4 passes décisives, 1 interception, 1 contre et 2 balles perdues pour 22 d’évaluation en 22 minutes. Une performance historique pour le meneur normand. Son homologue fosséen Édouard Choquet, champion de France avec l’ASVEL en 2016, n’avait que ses mains pour applaudir :

« C’est une vraie petite pépite. Il est impressionnant de contrôle et hyper propre pour un joueur de son âge. Il est patient, calme et adroit » (propos rapportés par OBuzzer).

Mais Zvezdan Mitrovic, rabat-joie, a quand même voulu remettre en cause la défense du jeune homme : « Défensivement, il n’a pas fait un bon match ». C’est bien la seule critique que le coach monténégrin pouvait énoncer à l’encontre de son protégé.

« Quand je vois un talent, j’aime l’envoyer au feu, dit-t-il. Ce qui me surprend, c’est le sérieux qu’il affiche. Quand il est sur le terrain, on n’a pas l’impression qu’il a 17 ans. Il apprend très vite de ses erreurs. Il a un énorme futur s’il continue sur cette voie. Le plus dur commence car tout le monde parle de lui désormais. Mais j’ai confiance en lui car je pense qu’il a le caractère pour digérer tout ça. »

Mature. C’est l’adjectif qui ressort quand on cherche à définir Théo Maledon.

En ré ouvrant les livres et en consultant les archives du basket français, on se rend compte que depuis près de 19 ans aucun mineur n’a réalisé un match à plus de 20 d’évaluation en Jeep Élite. Le dernier joueur à avoir sorti une telle performance n’est autre que… Tony Parker, le président de Théo Maledon à l’ASVEL. Le 23 novembre 1999, le jeune joueur du Paris Basket Racing alors âgé de 17 ans et demi avait planté un 24 d’évaluation. On se rend alors un peu plus compte de l’ampleur de la performance de Théo Maledon.

Depuis quelques années déjà, on remarque que les coachs en Jeep Élite laissent les jeunes joueurs français s’exprimer de plus en plus. Ceci est une très bonne chose pour le basket français et ces pépites à en devenir. Elles ont maintenant la possibilité de poursuivre leur évolution au sein même de l’hexagone, elles ont du temps de jeu et sont exposées au monde entier. Théo Maledon fait parti de ces cas-là au même titre que des Killian Hayes, Sekou Doumbouya ou même Malcom Cazalon, des membres de la génération 2000/2001. On peut rêver que ces gars-là émergent rapidement en équipe de France A et réalisent l’exploit de décrocher l’or lors de Jeux Olympiques de Paris en 2024.

Source : BeBasket

 

 

A propos de l'auteur

Rédacteur sur le domaine France/Europe. Joueur, arbitre et grand passionné de Basket.