Le départ de son collègue DeMarcus Cousins ne semble pas perturber Anthony Davis, bien au contraire. Désormais habitué des grandes performances avec New Orleans, le mono-sourcil le plus célèbre de la planète nous a offert du jamais vu depuis les années 1960 en match d’ouverture…


Impressionnante, monstrueuse voire… tyrannique. La performance d’Anthony Davis met d’ores et déjà tout le monde d’accord. Il est incontestablement l’artisan principal du succès écrasant des siens à Houston (131-112), rien que ça. En plus des 32 points et des 16 rebonds qu’il a enregistrés, AD s’est aussi mué en passeur avec 8 offrandes distribuées. Ajoutez à cela 3 contres et autant d’interceptions, vous obtenez la ligne statistique la plus flamboyante de cette journée d’ouverture en NBA.

Davis semble d’ailleurs toujours excité à l’idée de débuter une nouvelle campagne. L’intérieur des Pelicans aime les matchs d’ouverture et ses trois derniers ont terminé en véritable boucherie. AD est sur une série dont il est premier à pouvoir se vanter depuis plus de cinquante ans : il est le premier joueur depuis Walt Bellamy (entre 1962-64, ndlr) à enregistrer au moins 30 points et 15 rebonds sur trois matchs d’ouverture consécutifs. Pour la petite histoire, le regretté Walt Bellamy dominait les raquettes dans les années 60 et 70 avec 20.1 points et 13.7 rebonds en carrière. Il a notamment évolué sous la tunique des Baltimore Bullets (ancêtres de Washington), des Knicks puis des Hawks.

En chiffres, les trois derniers matchs d’ouverture pour Anthony Davis nous offrent ce genre de lignes statistiques :

  • 50 points, 15 rebonds, 5 passes contre Denver (le 26 octobre 2016)
  • 33 points et 18 rebonds à Memphis (le 18 octobre 2017)
  • 32 points, 16 rebonds et 8 passes à Houston (le 17 octobre 2018)


Vous l’aurez compris, Unibrow est toujours à l’heure pour la rentrée des classes. Il est fort probable que son niveau de jeu soit similaire au cours de la saison et que des records deviennent les siens. AD confirmerait alors son constat osé, où il se voit même meilleur que LeBron et Kevin Durant

A lire également : Vince Carter entre un peu plus dans l’histoire !

A propos de l'auteur

Mordu de NBA depuis seulement 5 ans, je tanke à temps plein pour réussir mes études de journalisme. Mon rêve : suivre une équipe universitaire pendant une saison entière pour en faire un reportage...