À l’instar de Luka Doncic ou encore Stephen Curry la nuit passée, beaucoup de joueurs se montrent très clutch cette saison. Mais qu’en est-il du côté des franchises ? Attention, beaucoup de surprises au programme.


Si vous aimez les shoots clutch en tout genre, vous avez probablement été gâté la nuit dernière. Stephen Curry a encore fait parler la poudre alors que Luka Doncic a continué de nous surprendre avec un tir fou. Si l’on parle ici des joueurs, penchons-nous plutôt du côté collectif et des équipes. Quelles sont les franchises les plus clutch une fois le moment venu ? On a de belles surprises.

Petit rappel nécessaire, le clutch time pris en compte se limite ici aux 5 dernières minutes d’un match se jouant à moins de 5 points.

En fonction des statistiques, les équipes varient. Les Celtics sont par exemple plutôt bons dans le clutch time (merci Kyrie Irving) avec un net rating de 12.3 points dans le final. Mais les hommes de Brad Stevens ne remportent que 47% de leurs matchs.

On retrouve également les Clippers très haut dans ce classement. Les coéquipiers de Tobias Harris possèdent un différentiel de 21.7, ce qui les classe troisième meilleure franchise dans les dernières minutes d’un match. Une excellente statistique qui se confirme puisque les Clipps remportent 65% de leurs rencontres serrées. Bien que le match des Warriors cette nuit se soit conclu par une défaite. Une explication de plus pour confirmer le très bon début de saison des hommes de Doc Rivers.

A lire également : Tout sauf clutch, un joueur NCAA dunke sur son propre panier

Autre équipe à retenir dans le clutch time : les Pacers. Deuxièmes de la ligue avec un différentiel de 26, Victor Oladipo et les siens remportent 64.7% de leurs matchs dans une telle situation. Il n’est alors pas surprenant de retrouver les Pacers à la troisième place de la conférence Est.

Autre équipe souvent victorieuse lors des moments chauds : les Sixers. Les coéquipiers de Joel Embiid possèdent un mauvais différentiel de -2.5, mais ils remportent 72.2% des matchs dans le clutchtime.

Mais lorsqu’il s’agit des rois du clutch time, une seule franchise s’empare de tous les classements. Vous l’avez ?

Les Kings.

Eh oui, cette saison, on ne fait pas mieux que la franchise californienne dans ce domaine. Avec une nouvelle et courte victoire cette nuit face aux Pelicans (122-117), Sacramento a remporté 13 de ses 17 matchs dans le clutch time, soit un pourcentage de 76.5%. Le meilleur de toute la ligue. Leur différentiel écrase également la concurrence avec un pic à 32.6. Si leur attaque brille, c’est également la défense qui fait la différence puisque les coéquipiers de De’Aaron Fox possèdent un defensive rating de 82.7.

Comment expliquer un tel succès ? Grâce au jeu des Kings, tout simplement. L’équipe de Dave Joerger a trouvé son identité avec De’Aaron Fox et Buddy Hield notamment : un jeu rapide et porté vers le trois points. Les joueurs accélèrent le rythme dès qu’ils en ont l’occasion et cela épuise forcément l’adversaire, encore pllus dans les dernières minutes. Il faut aussi mettre en valeur la clutch attitude, notamment pour Buddy Hield. L’arrière passe clairement un cap cette saison et il forme avec Fox un backcourt très prometteur.

Cependant cette stratégie a parfois des limites. Si les joueurs des Kings cherchent à fatiguer leurs adversaires, cela peut se retourner contre eux, comme lors du match face aux Wolves où les titulaires n’avaient joué que 10 minutes ou moins, sauf dans le cas de Hield. L’équipe avait visiblement besoin de souffler après plusieurs matchs en quelques jours et Joerger a quelque peu « jeté » ce match.

Virtuellement en playoffs après des années de galère, les Kings viennent confirmer leur bonne forme du moment et leur attirance pour les matchs serrés. Le futur est radieux du côté de Sacramento.

Recommandé chez notre partenaire Southball :


La collection Miami Heat Punchlines. A découvrir sur www.southball.fr

Mais aussi : Les Sixers et Joel Embiid risquent-ils un procès ?