Publicité

NBA – Les 10 meilleures performances « made in France »

Nicolas Batum, Rodrigue Beaubois et Tony Parker
(DR)

Depuis Tariq Abdul-Wahad en 1997, un petit contingent de joueurs français a rejoint la NBA au fil des années. Au total, un peu plus d’une trentaine ont foulé les parquets américains entre les débuts de Tariq et aujourd’hui. Assez pour faire un petit bilan sympathique des 10 performances individuelles les plus marquantes de nos Frenchies.

Publicité

10. Rudy Gobert (janvier 2017)

Stats : 27 points à 8/12, 25 rebonds, 1 passe, 2 contres, 1 interception en 41 minutes contre les Dallas Mavericks (20 janvier 2017)


Lors de la saison 2016-2017, Rudy Gobert explose véritablement. Il devient un joueur de calibre All-Star et l’un des tops défenseurs du championnat. Mais il sait aussi scorer lorsqu’il le faut. Comme il l’a fait lors de cette rencontre serrée face aux Mavs, réussissant son premier 20-20 en carrière.

9. Tony Parker (avril 2009)

Stats : 43 points à 18/29, 5 rebonds, 3 passes, 4 interceptions, 1 contre en 41 minutes contre les Dallas Mavericks (25 avril 2009 – Game 4 du premier tour des playoffs)


Lors des playoffs 2009, les Spurs sont privés de Manu Ginobili et se font surprendre dès le 1e tour par Dallas (4-1). Sans l’Argentin et avec un Tim Duncan moins dominant qu’à l’accoutumée, Parker porte la franchise avec 28.6 points, 6.8 passes et 4.2 rebonds de moyenne sur la série. Dans le match 4, malgré la défaite, il réalise son career-high en playoffs avec 43 unités au compteur et égale le record de franchise de points en une mi-temps. Avec Dirk Nowitzki, il devient alors le seul joueur européen de l’histoire à comptabiliser au moins deux matchs à plus de 40 points en playoffs.  

Publicité

8. Rudy Gobert (mars 2017)

Stats : 35 points à 13/15, 15 rebonds, 1 passe, 4 contres, 1 interception en 38 minutes contre les New York Knicks (22 mars 2017)


Lors des 10 dernières années, moins de 10 joueurs ont inscrit 35 points dans un match avec un pourcentage aux tirs supérieur à 85%. Cette performance de Gobzilla intègre donc ce cercle très fermé. Un double-double d’une grande propreté qui reste sans doute son match le plus dominant en carrière.

7. Boris Diaw (mai 2006)

Stats : 25 points à 7/12, 10 rebonds, 9 passes, 1 interception en 38 minutes contre les Los Angeles Lakers (2 mai 2006 – Game 5 du premier tour des playoffs)

Boris Diaw sous le maillot des San Antonio Spurs

Tellement de performances de Babac pourraient intégrer cette liste. Mais celle-ci est sans doute celle qui résume le mieux le joueur qu’il était. Doué, complet, presque sans déchets, altruiste et toujours au rendez-vous des grands matchs. Dans cette joute de playoffs face aux Lakers de Kobe, alors que les Suns sont dos au mur (menés 3-1), il est le meilleur joueur du match et redonne une impulsion à sa franchise pour se sortir du piège, confirmant son statut de révélation de la saison. Il termine meilleur scoreur, rebondeur et passeur de son équipe dans un “win or go home” game et passe à une petite assist de son seul triple-double en playoffs.

Publicité

6. Rodrigue Beaubois (mars 2010)

Stats : 40 points à 15/22 (9/11 à 3p), 8 rebonds, 3 passes, 3 contres en 29 minutes contre les Golden State Warriors (27 mars 2010)


Si vous demandez à un fan des Mavericks son meilleur souvenir de Rodrigue Beaubois, ça se jouera sans doute entre ses alley-oops magiques avec Jason Kidd ou ses 40 points face aux Warriors. Sans doute la plus improbable de ce classement, cette perf de Roddy reste évidemment son plus gros fait d’armes en NBA. Le tout en tant que rookie et en sortant du banc ! 

5. Joakim Noah (décembre 2012)

Stats : 30 points à 12/19, 23 rebonds, 6 passes, 2 contres, 2 interceptions en 43 minutes contre les Detroit Pistons (7 décembre 2012)


Si Jooks n’est plus vraiment en odeur de sainteté dans la ligue, il ne faudrait pas oublier le niveau extraordinaire qu’il affichait à son prime. Dans la discussion pour le titre de meilleur pivot de la ligue, son impact dans le collectif des Bulls était indispensable. Dans ce match de saison régulière au Palace d’Auburn Hills, il place son record en carrière en points marqués (30) et se permet d’ajouter 23 rebonds (dont 10 offensifs) et 6 passes. Les Pistons de l’époque n’étaient pas la plus glamour ni la plus performante des équipes, mais peu importe l’adversaire ou l’importance du match, de telles statistiques restent d’une insolence rare. 

Publicité




4. Tony Parker (avril 2008)

Stats : 41 points, 12 passes, 5 rebonds, 2 interceptions en 40 minutes contre les Phoenix Suns (25 avril 2008 – Game 3 du premier tour des playoffs)


Dans les années 2000, la rivalité entre San Antonio et Phoenix était l’une des plus féroces de la ligue. Les deux équipes s’affrontaient souvent en post-season et c’était souvent chaud. Dans ce match 3 du 1er tour des playoffs, TP récite sa leçon pour donner un avantage de 3-0 aux Spurs. En 40 minutes de jeu, il humilie Steve Nash (récent double MVP). Le Canadien, adversaire direct du Français, termine à 7 points à 3/8 et 9 passes pendant que Tony compile 41 points, 12 passes, 5 rebonds et 2 interceptions. Du grand art ! 

3. Nicolas Batum (décembre 2012)

Stats : 11 points à 4/11, 10 passes, 5 rebonds, 5 interceptions, 5 contres en 42 minutes contre les New Orleans Hornets (16 décembre 2012)


11 points, 10 passes et 5 rebonds, c’est un bon match. Mais finalement assez commun. Mais quand vous rajoutez 5 interceptions et 5 contres, ça donne un 5 by 5. Une performance que moins de 15 joueurs ont réalisé dans l’histoire de la ligue. Ce jour-là, face à des Hornets de New Orleans (certes très faibles), Nicolas Batum était absolument partout, délivrant ce qu’un basketteur puisse accomplir de plus complet statistiquement parlant, avec le quadruple double. Le genre de prouesse qui grave votre nom dans les livres d’histoire.

Publicité

2. Joakim Noah (février 2013)

Stats : 23 points à 8/12, 21 rebonds, 1 passe, 11 contres, 3 interceptions en 45 minutes contre les Philadelphia 76ers (28 février 2013)


Au rang des triple-doubles les plus bluffants de ces dernières années, celui-ci de Joakim Noah a droit à une bonne place parmi les meilleures listes. Un 20-20 + 10 contres ? Seuls Kareem Abdul-Jabbar, Shaquille O’Neal, Hakeem Olajuwon et l’un peu plus improbable Shawn Bradley avaient accompli jusque-là une telle performance. Historique.

1. Tony Parker (novembre 2008)

Stats : 55 points, 10 passes, 7 rebonds en 50 minutes contre les Minnesota Timberwolves (5 novembre 2008)


Vous vous en doutiez sûrement, le festival de TP un soir de novembre 2008 à Minnesota rafle notre première place. 55 points à plus de 60% de réussite, 10 passes et 7 rebonds et le shoot au buzzer qui arrache la prolongation en prime. À l’époque, il est le seul joueur de l’histoire avec Michael Jordan et Oscar Robertson à coucher pareils chiffres sur une feuille de match. Avant que James Harden et Russell Westbrook ne passent par là.

Lire aussi : À quoi ressemble le meilleur 5 all-time uniquement avec des joueurs européens ?

Sans surprise, Tony Parker domine ce classement avec trois performances et la première place. Néanmoins, s’étant appuyé en priorité sur la force des statistiques, aucun match de ses finales 2007 ou 2013 n’apparaît. Rudy Gobert est déjà en bonne position et sera amené à faire encore mieux dans les années à venir, on l’espère. Le coup d’éclat de Beaubois reste mémorable et le prime de Joakim Noah rend toujours aussi nostalgique. Un classement qui nous permet de constater l’énorme palette de performances réussies par nos français durant toutes ces années. Et on peut en être fiers !

Feed NBA 24/24