Pour son premier match de la compétition les bleus remportent leur premier match, dans la douleur, face à une Allemagne coriace.


Des débuts difficiles pour l’équipe de France après son entrée en lice dans la Coupe du Monde. Opposés à l’Allemagne, les bleus s’imposent 78 à 74 dans une rencontre d’un bon niveau mais où les français n’ont jamais su tuer la rencontre. Evan Fournier (26 points, 10 rebonds, 3 passes, 25 d’éval) et Amath M’Baye (21 points, 4 rebonds, 1 passe, 1 contre, 21 d’éval) ont été les plus en vue cet après-midi.

L’EDF prend un départ canon grâce à une défense imperméable et une attaque appliquée. Emmenée par le « rookie » Amath M’Baye qui dispute sa première grosse compétition internationale, l’équipe de France marque les esprits avec un 14-0 après 6 minutes 30 de jeu. Le premier panier allemand est pour Maodo Lo à trois points (14-3). La France termine mieux et après les dix premières minutes la bande à Vincent Collet mène 16 à 4.

Malheureusement, les rotations effectuées par le sélectionneur français ne fonctionnent pas et nos bleus perdent en rythme malgré la bonne entrée de Frank Ntilikina (deux tirs à 3 points). Les allemands profitent des balles perdues tricolores (10 après 15 minutes) pour recoller et pointer à seulement quatre points de retard (20-24) sur un tir longue distance de Dennis Schroder.

Le retour des joueurs du cinq majeur rééquilibre la partie. M’Baye est toujours aussi efficace et adroit, Batum et Gobert font le ménage en défense et Daniel Theis n’arrive pas à contrôler l’intérieur du Jazz, faisant au passage sa troisième faute. Evan Fournier se montre précieux grâce à un bon tir à 3 points en sortie d’écran puis un panier en déséquilibre avec la faute. A la pause, la France rentre aux vestiaires avec une belle avance, 36 à 20.

Lire aussi | Team USA écarte la République-Tchèque pour son premier match !

La deuxième mi-temps est d’un tout autre calibre. Si Fournier lance bien l’EDF avec six points (42-22), la France va subir la foudre du duo Schröder-Voigtmann. Le meneur du Thunder alterne drives et tirs longue distance, tandis que l’ancien joueur du Baskonia Vitoria fait parler son adresser à 3 points (5/7 sur le match, 25 points). Alors que la France avait une vingtaine de points d’avance, les allemands reviennent une nouvelle fois. Après trois quart-temps, le score est de 59 à 50.

Le doute s’empare des bleus. Daniel Theis réalise le poster de la soirée sur la tête de Vincent Poirier avec un alley-oop plus la faute (59-53). Le français du soir est finalement bien Evan Fournier qui repousse encore une fois l’Allemagne dans les cordes sur une nouvelle démonstration offensive à 7 points (68-58).


Dans ce dernier quart-temps, l’équipe de France reste malgré tout très fébrile. L’écart fond à vitesse grand V et la défense française n’arrive pas à s’ajuster face au jeu allemand, toujours centré sur Schröder et Voigtmann. Nando De Colo (-2 d’évaluation), probablement gêné par un virus, n’est que l’ombre de lui même et perd même un ballon important à 25 secondes du buzzer. Zipser marque pour ramener la mannschaft à 2 points (76-74) alors qu’il ne reste que 6 secondes. Evan Fournier ne tremble pas sur la ligne des lancers et permet à la France de remporter ce match.

La compétition est lancée pour Vincent Collet et ses hommes. Le premier test contre le principal concurrent du groupe est passé, mais les enseignements sont nombreux. Si le cinq majeur a fait le travail, le staff doit revoir la copie de son banc de touche, incapable de maintenir le niveau de l’équipe. Evan Fournier est le héros du jour, bien épaulé par Amath M’Baye.

Encore 2 minutes ! | Giannis toujours aussi dominant face au Monténégro !