NBA – Pourquoi Jamal Crawford était le seul exclu du group chat des Suns

0

A l’heure où tous les jeunes joueurs en NBA sont connectés de manière permanente à leur smartphone, Jamal Crawford, en bon vétéran qu’il est, a un peu plus de mal à se mettre au goût du jour. L’assistant coach des Suns raconte d’ailleurs une anecdote à ce sujet.

En tant que spectateur de basket, on se focalise avant tout sur ce que l’on voit sur le parquet. Du show, de la tactique, des grosses ambiances… Mais ce n’est pourtant pas si facile que ça de gérer une franchise. La face cachée de ce business ne montre pas le travail de l’ombre de dizaines voire de centaines d’employés en coulisses.

Dans le staff, les head coachs sont tous aidés au quotidien par des assistants coachs. Par exemple, la Team USA actuellement au Mondial en Chine a comme assistants, entre autres, Steve Kerr (entraîneur de Golden State) et Lloyd Pierce (entraîneur d’Atlanta) pour soutenir Gregg Popovich (entraîneur de San Antonio), rien que ça.

Ces assistants sont bien évidemment là pour aider dans tout ce qui touche au sportif, notamment la tactique et la connaissance de l’adversaire mais pas seulement. Ils ont aussi un rôle important en dehors du vestiaire en ce qui concerne la gestion des hommes.

Car ce n’est pas tout le temps simple de gérer une quinzaine de joueurs sous contrats, satisfaire leurs exigences, réussir à établir des liens entre eux ou encore arriver à se faire comprendre sur les impératifs établis par le coach principal. Il faut parvenir à trouver le meilleur moyen de communication.

Lire aussi | Les conversations de groupe des joueurs : un monde fascinant

Vous allez penser que c’est facile, qu’il n’y a qu’à mettre toutes les personnes concernées dans un groupe sur un réseau social, ce que toutes les équipes font désormais. Mais comment faire quand l’un de vos joueurs ne possède pas un smartphone dernier cri et ne peut donc pas faire partie des plans ? Il faut s’adapter. C’est ce qu’a dû faire un assistant coach des Suns l’année passée qui a raconté une anecdote au site HoopsHype à propos de Jamal Crawford, 39 ans, qui a du mal à passer à la nouvelle génération…

GroupMe est utilisé par beaucoup d’équipes, et j’aime bien parce que vous pouvez voir qui a lu ou non votre message. Certaines équipes utilisent WhatsApp (surtout les équipes étrangères). Il y a aussi Teamworks, qui est une application de messagerie centrée sur l’équipe.

L’année dernière, quand j’étais avec les Suns, nous avons essayé plusieurs applications, mais nos joueurs avaient du mal à obtenir nos messages pour quelque raison que ce soit, alors nous sommes passés à l’ancienne méthode et envoyions simplement des SMS de groupe via iMessage (application de message Apple).

Cela s’est avéré être l’option de discussion de groupe la plus réussie pour nous. Jamal Crawford a toujours un BlackBerry, donc nous ne pouvions pas l’inclure dans les messages du groupe et nous devions à chaque fois lui envoyer des messages séparément, ce que je trouvais hilarant.

Gagne un voyage à New York sur l'appli Parlons Basket

Dans un groupe des Suns très rajeuni, Jamal Crawford a été très respecté de par ses exploits passés, mais pas forcément à la page au niveau technologique. L’anecdote est en tout cas pour le moins cocasse et rappelle que ce n’est pas toujours simple de trouver une coordination qui convient à chaque membre du vestiaire.

J-Crossover, comme il est surnommé, ne sera resté qu’une saison du côté de Phoenix. Toujours libre, il attend encore une offre de contrat de la part d’une franchise NBA. Un peu à l’image de Carmelo Anthony, nul doute que Crawford a encore tout le talent pour satisfaire les demandes de quelques équipes, lui qui a fini la saison dernière sur un match à… 51 points.

Si Crawford est à la pointe de ce qui se fait niveau handle sur un parquet, c’est plus compliqué en terme de modernité dans les appareils du quotidien. On imagine que le vestiaire des Suns a bien dû rigoler en découvrant le BlackBerry de son vétéran…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.