NBA – Le jour où la légende des Bulls de Jordan a vacillé

0

Troisième équipe la plus titrée de l’histoire avec 6 trophées, tous acquis sous l’ère de Michael Jordan, les Bulls font partie des équipes légendaires en NBA. Mais lors des playoffs 1998, la quête du 6ème titre a bien failli être mise à mal par les Pacers de Reggie Miller. La plus grosse frayeur de Jojo et sa bande. Flashback.

31 mai 1998. Match 7 des Finales de conférence Est entre les Pacers de Reggie Miller et les Bulls de Michael Jordan. En jeu, une qualification pour les finales NBA face au Jazz de John Stockton et Karl Malone, vainqueurs de la conférence Ouest. Les Bulls sont en plein dans leur « Last Dance » : ils jouent leur dernière saison ensemble, ils le savent, et ils veulent finir en marquant l’histoire au fer rouge.

Dans un match extrêmement tendu, les Bulls débutent mal. Surpris par l’agressivité des Pacers, qui prennent rapidement 10 points d’avance, les hommes de Phil Jackson ne paniquent pas et reviennent au score jusqu’à prendre l’avantage à la mi-temps, 48-45.

La deuxième mi-temps est un chasse-croisé entre les deux formations. Le plus gros écart est de 6 points en faveur de Jordan et ses coéquipiers à la fin du troisième quart-temps. Le match bascule à deux minutes de son terme. Les Bulls mènent alors 85-83, et la tension est à son paroxysme. La fin de la dynastie est-elle proche ? Scottie Pippen inscrit alors un panier avec la faute (voir ci-dessous), qui fait passer l’avance à +5. Les Pacers ne reviendront pas. Au bout du bout, les Bulls ont survécu.

D’un point de vue statistique, Jordan et Pippen shootent à 15/43 en combiné. Les Bulls dans leur globalité tirent à 38%, contre 48% en face. Malgré ça, refusant la défaite, ils ont trouvé un moyen de gagner le match. En dominant les Pacers au rebond sur le quatrième quart-temps et surtout dans l’envie et la combativité, Jordan et les siens arrachent leur 6ème qualification en Finales.

Lire aussi | La saison folle de Jordan à 40 ans

L’incroyable quatrième quart-temps des Bulls est raconté par Bill Simmons dans son livre Books of Basketball. Des Bulls qui, par fierté et orgueil, ont tout simplement signé l’une des plus belles pages de leur dynastie ce soir-là :

Ce qui a cimenté leur héritage ce n’était pas les cinq premiers titres mais le dernier, quand ils ont survécu uniquement grâce à leur fierté et l’indomptable volonté de Jordan. Les Bulls épuisés n’ont pas cédé face à une très bonne équipe des Pacers qui semblait proche de les éliminer. Jordan a lutté avec des jambes lourdes et un shoot court, donc il a commencé à driver au panier encore et encore, forçant son chemin sur la ligne des lancers… Jordan et Pippen debout avec les mains sur les genoux au milieu du terrain durant les dernières secondes, complètement vidés, incapables de célébrer davantage.

Ce type de performance démontre bien pourquoi Jordan est considéré par beaucoup comme le GOAT. Sa rage de vaincre presque pathologique déteint souvent sur ses coéquipiers et permet à toute l’équipe de se transcender pour réussir à s’arracher, comme lors de ce match 7. Par ailleurs, il ne faut pas oublier que les Bulls avaient perdu le match 4 de cette même série sur un shoot de Reggie Miller qui se démarque de façon très discutable. Jordan et les siens ont donc eu leur vengeance de la plus belle des manières, en éliminant les Pacers pour accéder aux Finales NBA.

Champions pour la 6ème fois à l’issue de la saison 1998, les Bulls avaient frôlé l’élimination ce soir de mai 1998. Mais Jordan et les siens ont décidé qu’il en serait autrement, et les Bulls ont poursuivi leur rêve.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.