NBA – A une minute près, Tony Parker aurait été drafté… dans une équipe de l’Est

0

Le destin d’un joueur, et à travers lui d’une ou de plusieurs franchises, peut se jouer à très peu de choses. Un exemple parfait ? Le cas de Tony Parker, qui a failli ne jamais porter le maillot de San Antonio.

Juin 2001, Madison Square Garden. Dans le temple du basket, Tony Parker attend patiemment que le commissionnaire David Stern l’appelle sur l’estrade, validant ainsi sa Draft et son arrivée en NBA. Nous sommes dans la deuxième moitié du premier tour, et Chrysa Chin, une employée de la NBA connue pour amener les fameuses casquettes au soir de la Draft, vient voir le Français.

TP prend la casquette dans ses mains, la regarde. Le vert lui saute aux yeux et les deux mots aussi : Boston Celtics.

Parker en est alors convaincu, il va rejoindre la franchise la plus titrée de l’histoire, et sera sélectionné dans quelques instants via le numéro 21. La suite, c’est lui qui la raconte pour ESPN :

Les Celtics m’ont rendu les yeux humides ce soir-là ! Je vais vous raconter une histoire. Le soir de la Draft, Chrysa vient me voir au 19ème pick. Elle me donne une casquette des Celtics et me dit : « Ils vont te choisir ». Vous avez 5 minutes pour faire votre pick, et il restait alors 3 minutes sur l’horloge. Puis à une minute de la fin, elle revient, prend la casquette et dit : « Oh désolé, ils ont changé d’avis ». J’étais genre : « Quoi ? »

Lire aussi | Le meilleur match en carrière de Tony Parker

Je me suis toujours demandé ce qu’il s’était passé. Un jour, j’ai demandé à Chris Wallace (ancien GM des Celtics, ndlr) pourquoi ils avaient changé d’avis. La veille, je m’étais entraîné avec Boston. J’avais fait 2 workouts avec eux, le coach Jim O’Brien m’avait dit : « On te veut. Les Spurs vont essayer de faire un trade pour monter au 20ème pick, mais si tu es disponible au 21, on te prendra ». Le coach et le GM me voulaient, mais le big boss a changé d’avis.

Le big boss, c’est bien évidemment le mythique Red Auerbach, alors âgé de 84 ans. L’homme au cigare n’est pas convaincu par Tony Parker, et il hésite à prendre un joueur européen. Son coup de cœur ? Joseph Forte.

Quand Red Auerbach décide, il n’est pas contredit. Simple principe. Contre les souhaits de son GM et de son coach, c’est bel et bien Joseph Forte qui est sélectionné par Boston. Sa carrière en NBA ? Elle aura duré 2 ans, pour 1.2 points, 0.7 rebonds et 0.7 passes en un peu moins de 5 minutes par match. Il aura aussi réussi à se faire détester en arrivant à un match des Celtics vêtu d’une tenue en l’honneur de Magic Johnson, visiblement pas au courant de la grosse rivalité entre Boston et LA.

Parker lui, a atterri à San Antonio avec le 28ème pick, où il a gagné 4 titres, 1 MVP des Finales, fait 6 apparitions au All-Star Game, obtenu un maillot retiré et une place au Hall of Fame qui l’attend un jour.

A une minute près, et une erreur de Red Auerbach, TP aurait pourtant débuté sa carrière NBA à Boston. La vie se joue parfois à rien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.