NBA – Le trash-talking très viril entre Scottie Pippen et Larry Johnson en 1996

(DR)

Pour s’occuper en cette nouvelle journée de suspension de la saison NBA, on jette un coup d’oeil dans le passé. Retour en 1996, pour une anecdote incroyable de trash-talking entre Scottie Pippen et Larry Johnson.

Publicité

Ce n’est pas un secret, la NBA était davantage physique et brutale dans les années 90. Le jeu pratiqué était plus lent qu’aujourd’hui, mais moins aseptisé et davantage porté sur la défense. Cela donnait bien souvent naissance à des séquences « violentes », tant dans les actes que dans les mots.

Alors quand deux équipes rivales s’affrontaient, c’était la quasi-assurance d’une embrouille minimum lors de chaque rencontre. Les Knicks et les Bulls, pas les meilleurs amis du monde à cette époque, ne dérogeaient pas à la règle.

Publicité

Nous sommes à l’intersaison 1996. Les Bulls viennent de remporter leur 4ème titre lors du mois de juin précédent et s’apprêtent à repartir au combat pour défendre le trophée Larry O’Brien. Dans ce contexte, Scottie Pippen trouve le moment idéal pour envoyer un énorme tacle en direction des Knicks, qui selon lui viennent de se tirer une balle dans le pied en échangeant durant l’été Anthony Mason contre Larry Johnson. Le bras droit de Michael Jordan ne se montre alors pas tendre envers le nouveau pensionnaire du Madison Square Garden :

Il ne vaut rien. Il pourrait aller s’asseoir à côté de Spike Lee. Tout ce qu’il fait, c’est être une cheerleader pour eux.

Publicité




Lire aussi | « Ils étaient là pour nous décapiter, c’était la mentalité »

Le stade de la sommation écarté, Pip tire d’entrée à balles réelles. Naturellement, ces mots ne tombent pas dans l’oreille d’un sourd et Johnson se venge quelques mois plus tard, en mars, lors d’une victoire 97-93 des Knicks dans laquelle Pippen termine avec seulement 14 points à 4/18 au tir :

Il doit fermer sa bouche désormais. Tout ce qu’il doit faire c’est donner la balle au numéro 23. C’est sa meilleure action. Il doit la fermer. Il est naze. Michael donne des tripes à tous ces gars. S’il n’était pas là…

Évidemment, l’ailier des Bulls ne reste pas bras croisés après ces quelques mots incisifs, et sa riposte ne se fait que très peu attendre :

Est-il meilleur que Mason ? À vous de me dire. Il est incapable de défendre, donc ils doivent aligner un cinq de petite taille. J’ai manqué un tir et il commence à dire qu’il mérite du crédit. Mais si vous enlevez Patrick (Ewing) du match, il est exposé comme un des pires défenseurs.

Publicité

Rivalité oblige, la petite chamaillerie dépasse le cadre des simples joueurs puisque Jeff Van Gundy, coach des Knicks, finit par s’en mêler lui-aussi :

Le fait d’évoluer aux côtés du numéro 23 te permet d’être insolent. C’est un excellent joueur, mais il n’a pas tiré à 4/18 sur un seul quart-temps. Il a tiré à 4/18 durant tout le match. Il dit que Larry ne défend pas. Je dirais qu’il est juste une personne de plus qui le sous-estime.

Au final, malgré la victoire des Knicks ce jour-là, Pippen et les Bulls auront le dernier mot : c’est bien eux qui remporteront le titre à l’issue de la saison.

Publicité

Ça chauffait entre Larry Johnson et Scottie Pippen. Mais comme toujours durant cette décennie, ce sont les Bulls qui gagnaient à la fin.

Anciens joueurs Chicago Bulls NBA 24/24 NBA Flashback New York Knicks Scottie Pippen

Toute l'actu NBA