NBA – Les flops les plus ridicules de l’histoire (partie 1)

LeBron James simule une chute lors d’un match du Miami Heat
Bleacher Report (DR)

Moments mémorables mais pas forcément reluisants pour leurs auteurs, les flops poussent la plupart du temps à la rigolade, mais aussi parfois au désespoir. On vous a donc retrouvé 5 des meilleurs exemples de ces jeux d’acteurs dignes des plus grands films hollywoodiens.

Publicité

Chris Bosh (Heat vs Bulls, 2011)

Chris Bosh savait comment s’y prendre pour se jouer des arbitres, et a sans doute atteint son apogée en la matière le 24 février 2011. Défendant au poste bas sur Carlos Boozer, l’intérieur du Heat a sorti sa meilleure simulation sur un coup de coude imaginaire de Carlos Boozer. Et histoire de bien le faire gober jusqu’au bout, autant rester allongé sur le parquet pendant 30 bonnes secondes !

Publicité

LeBron James (Heat vs Bulls, 2011)

Mêmes équipes, même année, joueur différent. Trois mois après le flop de Chris Bosh, c’est LeBron James qui s’illustre dans le domaine, avec un jeu d’acteur monumental sur une tentative d’interception de Derrick Rose. Là encore, les arbitres n’y voient que du feu, ce qui entraîne le petit clin d’œil du King vers le banc de touche. Filou.

Publicité

Tony Allen (Grizzlies vs Jazz, 2012)

Joueur réputé pour sa défense rugueuse, Tony Allen savait aussi tromper les arbitres avec des flops dignes des plus grands. En duel avec Gordon Hayward, le joueur des Grizzlies a sorti la carte du coup de coude dans le visage, et a bien attendu le coup de sifflet pour s’écrouler au sol. Vous apprécierez également la vérification du maillot pour s’assurer que son nez n’est pas en sang.

Publicité

J.R. Smith & Raja Bell (Jazz vs Nuggets, 2011)

Un seul flop ne suffit pas à votre bonheur ? Ne vous inquiétez pas, J.R. Smith et Raja Bell s’occupent de tout. Défenseurs tous deux accrocheurs, les deux joueurs savaient se servir de la crédulité des arbitres. Problème : ils ont eu la même idée, en même temps. Et à ce petit jeu de truqueurs, c’est finalement bien le joueur du Jazz qui a eu gain de cause.

Publicité

Rudy Fernandez (Lakers vs Nuggets, 2012)

Lorsque Matt Barnes est impliqué dans une échauffourée, il est rarement celui à plaindre. Mais cette fois-ci, c’est bien lui qui a subi les foudres d’un joueur lui aussi bien à l’aise dans l’exercice de la ruse : Rudy Fernandez. Encore une fois, l’Espagnol s’est appuyé sur la bonne vieille mais non moins efficace technique du coup de coude dans le visage. Un classique qui nous manquerait presque.

Voir aussi : L’action la plus honteuse de chaque star (partie 1)

Tous plus déconcertants les uns que les autres, ces flops nous rappellent qu’en plus d’être des basketteurs de grand talent, certains joueurs NBA auraient aussi pu faire carrière dans le cinéma.

Les dernières actualités