NBA – L’avenir épineux d’Evan Fournier

Evan Fournier doit-il craindre un trade ?
Getty (DR)

L’été prochain, Evan Fournier devra prendre une décision importante concernant son avenir : activer, ou pas, sa player option. The Athletic s’est penché sur le dossier.

Publicité

Signataire en 2016 d’un contrat de 5 ans et 85 millions de dollars avec la cinquième saison en player option, Evan Fournier arrive lentement mais sûrement à un carrefour de sa carrière. Pour la première fois depuis qu’il a débarqué en NBA, il va pouvoir décider du maillot qu’il portera la saison prochaine.

Plusieurs options s’offrent à lui, dont celle-ci : activer sa player option de 17 millions, et donc rester à Orlando une saison de plus et devenir agent libre non restreint à l’été 2021. Il peut également décliner son option, devenir agent libre, et signer un nouveau contrat longue durée, à Orlando ou ailleurs. Lors d’une récente interview avec beIN Sports, l’arrière laissait entendre que la deuxième option serait très probablement celle qu’il choisirait.

Publicité

C’est le cas de figure que Josh Robbins, le journaliste attitré du Magic pour The Athletic, a choisi dans un récent papier, dans lequel il fait le point sur la situation du numéro 10 et sur son avenir. Et d’après lui, le meilleur choix que le club d’Orlando pourrait faire serait… de laisser partir Evan Fournier.

Son premier argument, c’est bien sûr l’argument financier. Le Magic a prolongé l’été dernier Nikola Vucevic (100M sur 4 ans) et Terrence Ross (54M sur 4 ans), et devra, dans un futur relativement proche, prolonger les jeunes Markelle Fultz et Jonathan Isaac.

Lire aussi | La grande ambition de Tacko Fall dans les mois à venir

Publicité

Investir de l’argent dès cet été sur Evan pourrait donc limiter la marge de manoeuvre du club à l’avenir. Si le Français recherche un contrat similaire ou presque à celui de Vucevic, on peut partir sur une fourchette comprise entre 85 et 100 millions de dollars. Une somme que le front office pourrait tout à fait utiliser différemment, par exemple en la divisant en quatre contrats à 20 millions, ou bien trois à trente millions.

C’est un véritable dilemme qui attend les différentes parties prenantes des futures négociations. Car il ne faut pas oublier qui est Evan Fournier sur le terrain. Après un magnifique Mondial l’été dernier, il est arrivé à Orlando le couteau entre les dents et a proposé sa meilleure saison en carrière : 18.8 points à 47% aux tirs et 40.6% derrière l’arc.

Publicité

Le Français s’est même temporairement affirmé comme que le patron offensif de l’équipe quand Vooch manquait 11 matchs consécutifs du 23 novembre au 13 décembre, moyennant 24.1 points pour un bilan collectif de 5 victoires et 6 défaites.

Seulement voilà, la NBA est une ligue qui raffole des stats avancées, et dans le cas d’Evan, celles-ci ne sont pas vraiment en sa faveur. D’après Robbins, le Magic était plus efficace sur le plan offensif lors des quatre matchs que l’arrière a manqué cette saison : des évaluations offensives de, respectivement, 114.4 face aux Lakers, 129.4 contre les Wolves, 121.2 contre les Rockets et 117.6 contre les Grizzlies. Quatre évaluations qui se classent toutes parmi les 21 meilleures évaluations du Magic durant toute la saison.

Publicité

L’intersaison va être capitale pour l’avenir d’Evan Fournier. Une grosse décision l’attend, que celle-ci l’amène à Orlando ou ailleurs.

Contrats Evan Fournier Les Français (NBA) NBA 24/24 Orlando Magic

Les dernières actualités