NBA – Un ancien coéquipier révèle la vraie personnalité de Dennis Rodman

Dennis Rodman a subi l'une des pires blessures imaginables pour un homme
The Chronical Herald (DR)

Unique, excentrique, voire fou : de nombreux qualificatifs folkloriques sont régulièrement accordés à Dennis Rodman par le grand public. Pourtant, d’après un ancien joueur des Bulls, la réalité était tout autre.

Publicité

Pendant ses 14 saisons dans la ligue, Dennis Rodman s’est forgé une solide réputation de joueur incontrôlable, que ce soit sur ou en-dehors des terrains. Les nombreux highlights de ses écarts sur les parquets, tout comme les innombrables anecdotes de ses folles escapades en plein exercice, n’ont fait que contribuer à cette image.

Son attitude et son look, s’ils ne le distinguaient pas du reste des joueurs durant ses jeunes années, ont progressivement fait de lui un phénomène de foire, ou tout du moins un personnage singulier de la ligue. Mais sa légende, largement basée sur ces traits, ne reflétait pas entièrement sa véritable personnalité.

Publicité

Le nom de Jud Buechler n’est certainement pas le plus résonnant dans l’histoire des Bulls. Pourtant, l’ailier fort a pris part à l’entièreté du second Three-Peat de la franchise, et a donc côtoyé Rodman pendant ces trois saisons. Dans les colonnes de HoopsHype, il raconte la bipolarité que son partenaire de la raquette pouvait afficher.

C’était un coéquipier incroyable. Quand il était sous le feu des projecteurs, il devenait fou, il pétait un câble ; c’était un showman, très flamboyant et tout ça. Mais je pense que la plus grande idée reçue à son sujet, c’était qu’il était comme ça tout le temps, mais dans les coulisses, il était très calme. Il était super sympa et super généreux avec nous tous, un vrai bon coéquipier. À l’entraînement, il bossait aussi dur que chacun d’entre nous. Il était presque timide, genre, il ne parlait pas tant que ça.

Lire aussi | Pourquoi Steve Kerr craint les prochains épisodes de The Last Dance

Publicité




Caractérisé comme ingérable, parfois en marge du groupe de par son caractère singulier, The Worm se montrait apparemment bien plus docile et appréciable officieusement. Buechler en garde en tout cas un excellent souvenir.

Je ne pense pas que le reste du monde puisse imaginer ça compte tenu de l’attitude qu’il avait devant les caméras, pendant nos matchs et tout. Mais c’était l’un de mes coéquipiers favoris. Quand il a été introduit au Hall of Fame, Steve Kerr et moi y étions, et j’étais vraiment très heureux d’être dans le public, de le voir ici et d’être présent pour assister à ce moment, pour lui. J’ai joué pendant 12 ans en NBA, et je dirais que c’est l’un des meilleurs coéquipiers que j’ai pu avoir.

Publicité

Le portrait extravagant communément répandu de Dennis Rodman, notamment dressé dans The Last Dance, ne constituerait visiblement que le sommet de l’iceberg. La personnalité de l’ancien intérieur serait en réalité bien plus diverse et réservée que ce que l’on pourrait penser, et que ce que nous laissent voir les images.

Une telle méprise laisse imaginer que le fait d’avoir Rodman à ses côtés constituait un enfer. Jud Buechler vient heureusement rétablir la vérité, et affirme l’exact contraire concernant l’un des meilleurs coéquipiers qu’il ait jamais eu. L’ex-gloire des Bulls n’arrêtera décidément jamais de nous surprendre.

Publicité

D’apparence fantasque et intenable, Dennis Rodman se révélait être un modèle de coéquipier d’après Jud Buechler, avançant même qu’il pouvait être caractérisé comme timide. De quoi ajouter un peu plus de complexité dans la légende de The Worm.

Chicago Bulls Déclarations Dennis Rodman NBA 24/24 The Last Dance

Toute l'actu NBA