NBA – Quand un joueur des « Jail Blazers » a voulu duper la police avec une carte Panini

Qyntel Woods a tenté de soudoyer la police de façon ridicule
Tom Patterson

Les Blazers du début des années 2000 étaient aussi bons sur le terrain qu’ils étaient fous en dehors, c’est dire. La preuve avec cette anecdote folle, dans laquelle Qyntel Woods a tenté d’échapper aux forces de l’ordre avec… une carte Panini ! Évidemment, le joueur a été condamné !

Publicité

Au début des années 2000, Portland est une équipe talentueuse, pleine de promesses, et destinée à atteindre les sommets. Ce n’est pas pour rien que Shaquille O’Neal lui même considérait les Blazers comme son adversaire le plus farouche. En fait, le seul point faible de cet effectif, c’est qu’il manquait une case à presque tout le monde dans le vestiaire…

Scottie Pippen tentait bien de gérer ce groupe d’insolents et d’insouciants jeunes millionnaires, mais un seul homme ne pouvait rien face à autant de cas sociaux… Violences domestiques, conduite sous l’influence de marijuana, conduite en état d’ivresse. Voici quelques unes des accusations contre Zach Randolph, Rasheed Wallace, Ruben Patterson et les autres…

Publicité

En fait, personne ne représente plus les Jail Blazers que Qyntel Woods, cet ailier contraint de faire une grande partie de sa carrière en Europe après s’être grillé Outre-Atlantique. Sur la seule année 2003, Woods compte pas moins de 3 faits d’armes marquants à son actif.

Tout a commencé par une vive altercation avec son propre coéquipier Ruben Patterson, puis l’ailier a enchainé rapidement avec une arrestation pour possession de marijuana… Mais le clou du spectacle, en cette année 2003, est intervenu au cours d’un contrôle routier.

Lire aussi | Le « Gun Incident », l’évènement qui a failli changer la ligue à jamais

Publicité

En mars, Qyntel Woods est donc pris par la patrouille pour excès de vitesse, et évidemment, la police s’est vite rendue compte que le joueur des Blazers était sous l’influence d’herbes. Parce que cela ne suffisait pas, Woods conduisait aussi sans permis, et sans carte d’identité.

Alors au moment de décliner son identité, le « Jail Blazer » a tenté le tout pour le tout : il a proposé aux policiers de regarder sa carte Panini pour montrer qu’il était connu. En complément, il a aussi sorti ses deux cartes de crédit… Forcément la manoeuvre a été un échec cuisant, puisqu’il a écopé d’une amende de 1096$.

Publicité

Malgré tous ses démêlés avec la justice, Qyntel Woods ne quittera pas les Blazers avant 2005… et une nouvelle condamnation. Après avoir organisé des combats de chiens chez lui, il a été jugé coupable de maltraitance animalière, et a écopé d’une peine de 80 heures de travaux d’intérêt généraux.

Rien ne crie plus « Jail Blazers » que Woods donc. Après deux autres courtes expériences en NBA et en G League, le trublion fera ses valises pour l’Europe, où il a effectué une longue carrière.

Publicité

Aujourd’hui, Qyntel Woods est un homme plus mûr, bien loin de ce passé tumultueux. Il évolue d’ailleurs au sein de la ligue Big 3.

Buzz NBA 24/24 Portland Trail Blazers

Les dernières actualités