NBA – Les 4 joueurs élus DPOY… sans intégrer la NBA All-Defensive First Team

Le "finger wag" de Dikemebe Mutombo est un geste marquant de l'histoire de la NBA qui a influencé un grand nombre de joueurs
(DR)

L’histoire de la NBA regorge de paradoxes, parmi lesquels on retrouve certains exemples bien particuliers. Ils sont ainsi 4 joueurs à avoir été nommés Défenseur de l’Année… sans terminer dans la meilleure équipe All-Defensive de la saison. Focus.

Publicité

La remise des awards de la saison est toujours un moment très attendu par la communauté NBA. Ces prix symboliques changent drastiquement la reconnaissance d’un joueur, et étoffe de manière significative son palmarès individuel. Si les gagnants de la course aux titres de MVP et de Rookie de l’Année sont ceux que l’on retient le plus volontiers, le Défenseur de l’Année reçoit également un joli crédit.

La logique veut quasiment toujours que le joueur qui remporte ce trophée apparaisse dans la All-Defensive First Team. Pourtant, dans l’histoire, 4 d’entre eux ont vu leur nom glisser dans le seconde sélection. Un « exploit » rarissime, que l’on cherche toujours à comprendre à l’heure actuelle. Voici les identités de ces grands bafoués du passé.

Publicité

Alvin Robertson (1986)

(crédit : ESPN/DR)

Un an seulement après sa Draft, Alvin Robertson reçoit le trophée de Défenseur de l’Année, notamment grâce à ses talents hors-pair d’intercepteur. Ses 3.7 unités par rencontre – un record de saison qui tient toujours – ne suffisent cependant pas pour le faire intégrer la All-Defensive First Team, composée de Paul Pressey, Kevin McHale, Mark Eaton, Sidney Moncrief et Maurice Cheeks.

Publicité




Dikembe Mutombo (1995)

(crédit : Andrew D. Bernstein)

Si l’on devait remettre un trophée d’honneur du Défenseur de l’Année, il reviendrait certainement à Dikembe Mutombo. Quadruple vainqueur du prix durant sa carrière, le pivot a vu son nom exclu de la première sélection All-Defensive lorsqu’il a reçu pour la première fois la distinction, en 1995. Et ce pour le plus grand bonheur de Mookie Blaylock, Gary Payton, Scottie Pippen, Dennis Rodman, mais surtout David Robinson.

Publicité

Tyson Chandler (2012)

(crédit : Nathaniel S. Butler)

Tyson Chandler n’a eu la chance d’être récompensé pour ses efforts défensifs qu’à une reprise dans sa carrière. C’était en 2012, après une saison aboutie du côté de New York qui l’a vu, entre autres, sortir 1.4 contre par match. Son dossier n’a malgré tout pas été retenu pour la All-Defensive First Team, où figuraient Chris Paul, Tony Allen, LeBron James, Serge Ibaka et Dwight Howard.

Publicité

Marc Gasol (2013)

(crédit : DR)

Ce dernier contresens de l’histoire pourrait être une conséquence directe du précédent. Un an après le sacre de Tyson Chandler, c’est Marc Gasol qui est nommé Défenseur de l’Année, sans intégrer la All-Defensive First Team. Une absence qui a profité à… Chandler, qui composait l’équipe avec Tony Allen, LeBron James, Serge Ibaka et Joakim Noah.

Lire aussi : Les 10 meilleurs défenseurs all-time selon les sélections All-Defensive Teams

On imagine que ces 4 joueurs auraient préféré ne pas faire partie de ce casting si sélect, même si cela ne doit pas les empêcher de dormir la nuit.

Marc Gasol NBA 24/24 Stats, records

Toute l'actu NBA