NBA – L’énorme pétage de plomb et la solution extrême du proprio des Clippers

L'énorme pétage de plomb et la solution extrême du proprio des Clippers NBA
Kevork Djansezia

Cités comme les favoris en début de saison, les Clippers n’ont pas su répondre aux attentes. Une élimination au second tour des playoffs, et voilà que le propriétaire de la franchise aurait pété un plomb en coulisses. Au-delà du licenciement de Doc Rivers, Steve Ballmer voulait même aller encore plus loin. Et pas qu’un peu !

Publicité

Plutôt connu pour ses grandes réactions de joie et ses mimiques au Staples Center durant la saison, Steve Ballmer n’en reste pas moins un propriétaire, et encore plus un businessman. Désireux de remporter un titre en NBA, l’ancien Directeur Général de Microsoft voyait grand pour sa franchise. Peut-être un peu trop justement.

Malgré un effectif fourni en stars et bons joueurs, les Clippers ne verront pas la couleur d’une bague à l’issue de la saison 2019/20. L’équipe de Californie a été éliminée par les Nuggets au second tour des playoffs, après avoir pourtant mené 3-1. Un coup de massue pour Ballmer, pas habitué à connaître l’échec, et qui aurait « pété un plomb » à l’issue du Game 7 d’après des sources.

Publicité

Peut-être a-t-il vu trop grand dès le départ. C’est en tout cas ce qu’on peut se dire au vu de sa réaction après la défaite des Clippers, car c’est bien lui qui est derrière le licenciement de Doc Rivers. Le front office n’était apparemment pas favorable à ce choix, mais Ballmer a pris les devants. Ryen Russillo, d’ESPN, va même encore plus loin : le proprio voulait tout bonnement « virer tous les coachs et chaque joueur de l’effectif ».



Tellement déçu de la tournure des événements, l’homme diplômé d’Harvard a manifestement eu une réaction que l’on peut juger… excessive. Néanmoins, on peut aussi comprendre sa colère et sa déception, surtout quand on apprend ceci :

Ballmer a investi dans un secteur d’analyse très coûteux afin de récolter des données pour mieux choisir comment jouer. Rivers a ignoré ce secteur, notamment quand il a décidé de faire jouer Montrezl Harrell plutôt qu’Ivica Zubac malgré que ce dernier fût une option bien plus efficace.

Publicité

Autre source de conflits ? Le cas Michael Porter Jr. A la draft 2019, les Clippers possédaient deux choix : le 12ème et le 13ème. La décision du front office : Shai Gilgeous-Alexander puis Jerome Robinson. Si le premier s’est avéré être un excellent choix, on ne peut pas en dire autant du second qui reste aujourd’hui un joueur très peu influent.

De quoi énerver un peu plus Ballmer, d’autant que ce dernier était un grand fan de MPJ. Selon lui, l’ailier avait tout pour réussir aux Clippers, et ce ne sont pas les Nuggets, qui l’ont sélectionné juste derrière avec le 14ème pick, qui vont dire le contraire aujourd’hui. Une déception de plus pour le propriétaire, qui explique aussi, en partie, son pétage de plomb.

Publicité

Avec Steve Ballmer qui souhaite mettre son nez un peu partout, les Clippers vont devoir se méfier des turbulences à venir. Les joueurs sont prévenus : pas question de revivre un tel fiasco pour 2021.

Los Angeles Clippers NBA 24/24

Feed NBA 24/24