NBA – « Il n’a que de la gueule. C’est un chihuahua dans un corps de dobermann »

Stephen Curry et LeBron James
(DR)

Comparée aux années 80′, 90′, ou même 2000′, la NBA est devenue une ligue de « gentils ». En effet, les bad boys se font rares, puisque la ligue ne les tolère plus, et les accrochages sont aussi moins fréquents. Un changement qui doit plaire à une légende de la ligue, qui n’était visiblement pas la terreur qu’elle prétendait. Ça balance fort !

Publicité

C’est un reproche que l’on entend avec insistance dans la bouche des anciens joueurs : la NBA est devenue trop « soft ». En effet, les bagarres se font rares, les duels à l’intérieur sont bien moins virils, et une grande majorité des joueurs sont amis en dehors des parquets. Mais une chose que certains oublient, c’est que de tout temps, il y a eu de faux durs.

En effet, dans les années 2000′ ou même avant, certains joueurs n’étaient pas aussi vaillants qu’ils le laissaient penser. C’est ce qu’a expliqué l’ancien n°1 de draft Kenyon Martin dans une longue tribune publiée sur le site Basketball News, et il a ciblé une légende en particulier. Les fans des Celtics et des Wolves ne vont pas aimer.

Publicité

Tu ne pourras jamais transformer un chien de compagnie en un chien de garde. Et en NBA actuellement, il y a beaucoup de chiens de compagnie, alors qu’à mon époque c’était plus rare. Kevin Garnett est un petit chien de compagnie par exemple, c’est un chihuahua dans un corps de dobermann. Et je lui disais droit dans les yeux.



Ce n’était qu’un chiot, il faisait qu’aboyer. Il ne voulait pas se frotter à moi et je le menaçais sur le terrain, genre : « tu ferais mieux de bouger ton c*l vers ton coach avant que je m’énerve ! ». Si quelqu’un me manquait de respect, je n’hésitais pas une seconde, c’était une gifle dans la tête.

Publicité

Kevin Garnett a souvent eu cette réputation de faux dur. Dans la raquette il adorait trash-talker et chahuter ses adversaires (la preuve avec ses 7 plus gros affronts), mais au moment d’en découdre, il était bien content de voir ses coéquipiers s’interposer. Kenyon Martin se prenait lui moins la tête, comme le prouve son légendaire accrochage avec Corey Maggette… C’est clairement une tentative de décapitation.

Publicité

Kevin Garnett était un maitre de l’intimidation. Mais peut-on réellement lui reprocher de ne jamais en être venu aux mains ? D’après Kenyon Martin, la réponse est visiblement « oui ».

Buzz Déclarations Kevin Garnett NBA 24/24

Les dernières actualités