NBA – Quand un bébé d’un jour était sélectionné à la Draft !

La Draft 1974 a vu un bébé être sélectionné par les Atlanta Hawks
DR / Kevin C. Cox

Aujourd’hui on ne peut plus sérieuse et scrutée, la Draft NBA se voulait beaucoup plus propice aux fantaisies par le passé. En 1974, les Hawks s’étaient par exemple permis de sélectionner… un nouveau né.

Publicité

Après une saison 1973-74 aux portes des playoffs, les Hawks débarquent à la Draft avec une flopée de picks pour se relancer. Ils comptent ainsi pas moins de deux choix du premier tour, et un choix du second. Mais ce n’est pas tout, puisque la loterie de l’époque ne comptait pas deux, comme c’est le cas aujourd’hui, mais bien… 10 rounds.

Malgré ses 11 picks répartis sur ces 10 rounds, Atlanta a par exemple laissé passer Jamaal Wilkes, Maurice Lucas, ou encore… George Gervin, récupéré avec le 40ème pick par Phoenix. Mais c’est bien pour la sélection effectuée avec… le 168ème choix que le front office s’est fait remarqué, comme le retrace Seth Rosenthal dans les colonnes de SB Nation.

Publicité

Le 27 mai 1974, l’exécutif des Atlanta Hawks Pat Williams fêtait la naissance de son fils James – l’un des membres de ce qui deviendra une fratrie de 18 enfants. Le 18 mai 1974 se tenait la Draft NBA. Après avoir utilisé la plupart des picks obtenus dans le transfert de Pete Maravich, Williams a décidé d’honorer son fils avec un pick du 10ème round.

Avec la sélection de James Williams, Atlanta est devenue la première (et, de ce que je sais, la dernière) franchise NBA à drafter une personne âgée d’un jour. L’envergure de Williams faisait pitié, et sa détente verticale était impossible à mesurer, puisqu’il ne pouvait même pas se lever, ou ne serait-ce que redresser sa tête. Parce qu’il était un nouveau né, vous comprenez.

Publicité




L’anecdote peut faire sourire aujourd’hui, mais témoigne bien de la liberté qu’offrait la Draft à l’époque grâce à son nombre de picks quasi illimité. Elle se révèle dans le même temps terrible pour un prospect universitaire qui espérait sans doute obtenir sa chance dans l’échelon supérieur, et qui avait le malheur… de porter le même nom que le petit James Williams.



Le pick aux allures de blague a embrouillé la ligue pendant un moment, puisque la personne à la taille d’un ballon de basket qu’a sélectionnée Atlanta partageait en réalité son nom avec un joueur universitaire – la légende de streetball James « Fly » Williams. Extrait du Greenville News du 29 mai 1974 :

Publicité

« ‘Pour le 10ème tour, Atlanta sélectionne James Williams’, a annoncé le general manager des Hawks Pat Williams, parlant très distinctement dans le téléphone qui se trouvait devant lui. »

‘Vous parler de The Fly ?’ lui a répondu l’officiel de la ligue à l’autre bout du fil, depuis New York, faisant référence au scoreur star de Austin Peay qui n’était pas éligible pour être sélectionné.

‘Non, il s’agit de James Littlejohn Williams’, a dit l’exécutif des Hawks.

‘Bon, et d’où vient-il ?’ a demandé l’homme de la NBA, qui ne voulait qu’obtenir l’information vitale dont il avait besoin pour chaque choix de draft.

‘Du Piedmont Hospital, à Atlanta’, lui a répondu Williams, ‘et il mesure 50 centimètres et pèse 3,2 kilos !’

Publicité

Après la bonne rigolade partagée par les deux interlocuteurs, la NBA a officiellement félicité Williams et sa femme, Jill, pour la naissance de leur fils, et a fini par invalider la sélection. »

Ce n’est donc pas le (très) jeune James Littlejohn Williams qui a eu le privilège d’être officiellement drafté par une franchise NBA, mais bien Brendy Lee, ailier de Nebraska.

Quand on sait que ce dernier n’a jamais eu l’occasion de disputer une minute dans la ligue, l’histoire n’aurait été que plus belle si la NBA avait accédé à la drôle de requête du GM des Hawks, en ce 27 mai 1974.

Atlanta Hawks NBA 24/24 NBA Flashback

Toute l'actu NBA